dimanche, septembre 27, 2020
Accueil > Actualités > INTERVIEW : S.E.M WANG YI : NOTRE MODÈLE DE DEVELOPPEMENT NOUS CONVIENT ET A FAIT SES PREUVES

INTERVIEW : S.E.M WANG YI : NOTRE MODÈLE DE DEVELOPPEMENT NOUS CONVIENT ET A FAIT SES PREUVES

Le 5 août 2020, le Conseiller d’État et Ministre des Affaires étrangères Wang Yi a accordé une interview exclusive à l’Agence Xinhua.

Cette interview prend en compte de nombreux problèmes au niveau des relations entre la Chine et les Etats-Unis dans un climat de tension entre les deux puissances Dans cette première partie qui fait l’objet de notre parution, nous allons nous focaliser sur les relations économiques entre la Chinet les Etats-Unis 

Xinhua : Dans son récent discours à la Bibliothèque présidentielle Richard Nixon en Californie, le Secrétaire d’État américain Michael R. Pompeo a déclaré que la politique d’engagement à l’égard de la Chine, menée par les administrations américaines depuis Richard Nixon, n’a pas atteint les objectifs escomptés et a donc échoué. Ce discours est contesté et critiqué par beaucoup aux États-Unis qui y voient plutôt une « diatribe idéologique » qu’une feuille de route claire et faisable. Qu’en pensez-vous ?

Wang Yi : Le discours affirmant l’« échec de la politique d’engagement à l’égard de la Chine » reprend la logique de la guerre froide et renie complètement les fruits des échanges sino-américains des dernières décennies. C’est une ignorance de l’histoire et un manque de respect vis-à-vis des peuples chinois et américain. Ce genre d’agissements qui propagent des « virus politiques » sont naturellement contestés et critiqués aux États-Unis comme dans le monde.

Si les dirigeants chinois et américains ont pu réaliser une poignée de main trans-Pacifique il y a plus de 40 ans, c’était au fond parce qu’ils ont su observer le principe du respect mutuel, rechercher un terrain d’entente par-delà les divergences et mettre de côté leurs différences idéologiques.

En 1972, lors de la première visite en Chine du Président Nixon, le Premier Ministre Zhou Enlai a souligné que la Chine et les États-Unis devaient bien connaître leurs divergences et essayer de trouver des points communs pour assurer un nouveau départ à leurs relations bilatérales. Le Président Nixon a lui aussi affirmé clairement qu’il existait certes de grandes différences entre les deux pays, mais ce qui les rassemblait, c’était leurs intérêts communs qui transcendaient ces différences. Le Communiqué de Shanghai publié par les deux pays a scellé leur volonté commune de se respecter mutuellement et de rechercher un terrain d’entente par-delà les divergences.

Ce qui s’est passé après a montré que ce choix majeur que les deux parties avaient fait ensemble est tout à fait judicieux. Pendant les plus de quatre décennies qui ont suivi l’établissement de leurs relations diplomatiques, grâce aux efforts communs des Chinois et des Américains de plusieurs générations, la relation sino-américaine est devenue l’une des relations bilatérales les plus étroites qui couvrent les domaines les plus larges et qui sont fondées sur les intérêts communs les plus nombreux. Les deux pays représentent plus d’un tiers de l’économie mondiale et plus de la moitié de la croissance mondiale.

Le commerce sino-américain s’est multiplié par plus de 250 par rapport au début de leurs relations diplomatiques et représente désormais un cinquième du commerce mondial. Les investissements dans les deux sens, qui étaient quasiment nuls, ont atteint aujourd’hui près de 240 milliards de dollars US. Cinq millions de voyages sont effectués chaque année entre les deux pays. Les deux pays assument des responsabilités importantes sur presque toutes les questions planétaires liées à la paix et au développement dans le monde. Autant de faits qui ne doivent ni ne peuvent être niés.

Aujourd’hui, plus de 40 ans après, la Chine et les États-Unis demeurent très différents en termes de système social et dans bien d’autres domaines. Mais ces différences, qui n’ont pas empêché les deux pays de coexister en paix et de mener une coopération gagnant-gagnant dans le passé, ne sauraient ni ne devraient les en empêcher dans l’avenir. Il est inutile et impossible pour les deux pays de changer l’autre. Ce qu’il faut faire, c’est de respecter le choix que les deux peuples ont fait eux-mêmes. Les grands succès que la Chine a réalisés dans son développement ces dernières décennies démontrent déjà que la voie du socialisme à la chinoise est une voie qui lui convient, qui bénéficie du soutien le plus large et le plus ferme du peuple chinois et qui a apporté des bénéfices au monde entier et à tous les peuples, y compris le peuple américain. La Chine poursuivra son développement et son progrès en réponse aux aspirations de son peuple et apportera une plus grande contribution à l’humanité. Chercher à entraver et à détourner ce processus ne peut être que de vaines tentatives.

Xinhua: Certains aux États-Unis prétendent sans cesse que les relations sino-américaines sont depuis longtemps inéquitables et non réciproques, et que les États-Unis ont pâti de leurs échanges avec la Chine alors que c’était eux qui ont aidé à reconstruire la Chine. Pensez-vous que c’est vrai ?

Wang Yi : La coopération sino-américaine n’a jamais été une aumône pour l’un ni une privation contre l’autre. La Chine comme les États-Unis en ont tous les deux énormément bénéficié. Ni l’un ni l’autre n’a été pénalisé ou n’en a tiré indûment profit.

La coopération mutuellement bénéfique de longue date a fait des deux pays une communauté d’intérêts partagés. La Chine a réalisé un développement rapide grâce à l’ouverture et à sa coopération avec les différents pays du monde dont les États-Unis. Et son développement continu a donné une impulsion à la croissance durable et offert un marché immense aux États-Unis et d’autres pays. Selon les statistiques, les relations économiques et commerciales sino-américaines ont soutenu 2,6 millions de postes d’emploi aux États-Unis, et le commerce avec la Chine a permis à chaque ménage américain d’économiser en moyenne 850 dollars US par an. Au total, plus de 70 000 entreprises américaines sont actives en Chine avec un chiffre d’affaires annuel de 700 milliards de dollars US, et 97% d’entre elles sont rentables. Même avec les impacts des frictions commerciales et de la COVID-19, la grande majorité des entreprises américaines en Chine entendent rester et accroître leurs investissements sur le sol chinois. Si la coopération sino-américaine est inéquitable et manque de réciprocité comme le disent certains, comment a-t-elle pu durer pendant des décennies ? Comment les relations sino-américaines ont-elles pu atteindre la profondeur et l’ampleur d’aujourd’hui ?

Certes, la mondialisation et le libre-échange, tout en apportant des dividendes de développement aux différents pays, pourraient leur créer des problèmes en matière de structure économique et de répartition de bénéfices. Ces problèmes sont à régler à travers des réformes internes. Un malade ne guérira pas de ses maux en demandant aux autres de prendre des médicaments. Le rejet de responsabilités sur les autres voire un prétendu « découplage » sont voués à l’échec et finiront par nuire davantage aux entreprises et au peuple américains.

Dans le monde globalisé d’aujourd’hui, les intérêts des pays sont profondément imbriqués. Nous sommes toujours d’avis que le développement de la Chine et celui des États-Unis ne sont pas incompatibles et que les deux pays n’ont pas à s’exclure l’un l’autre, mais peuvent tout à fait contribuer au succès l’un de l’autre. Au moment où l’économie mondiale est durement frappée par la COVID-19, la Chine et les États-Unis, les deux plus grandes économies dans le monde, doivent rester attachés au principe d’égalité et de bénéfice mutuel, développer leurs relations par la coopération et non par le découplage, et assumer leurs responsabilités envers le monde.

kemebrama@hotmail.com

Source: Ambassade de la République populaire de Chine avec l’Agence Xinhua

 

Laisser un commentaire