samedi, décembre 3, 2022

ENVIRONNEMENT : LES DERNIERS GLACIERS DU KILIMANDJARO ET D’AFRIQUE DISPARAITRONT D’ICI 2050, SELON L’ONU

Selon un rapport de l’ONU, les glaciers du monde entier, y compris les derniers en Afrique, disparaîtront inévitablement d’ici 2050 en raison du changement climatique.

Selon un rapport de l’UNESCO, les glaciers d’un tiers des sites du patrimoine mondial des Nations unies vont fondre d’ici trois décennies.

Les derniers glaciers du mont Kilimandjaro disparaîtront, tout comme ceux des Alpes et du parc national de Yosemite aux États-Unis.

Selon les auteurs, ces sites fondront quelles que soient les mesures prises par le monde pour lutter contre le changement climatique.

Le rapport, qui établit des projections sur la base de données satellitaires, intervient alors que les dirigeants du monde entier se préparent à se réunir en Égypte pour la conférence sur le changement climatique COP27 de la semaine prochaine.

Environ 18 600 glaciers ont été recensés dans 50 sites du patrimoine mondial des Nations unies. Ils représentent près de 10 % de la surface glacière de la Terre et comprennent des sites touristiques renommés et des lieux sacrés pour les populations locales.

Le recul et la disparition des glaciers constituent « l’une des preuves les plus spectaculaires du réchauffement du climat de la Terre », selon le rapport.

« Nous espérons nous tromper, mais il s’agit de la science dure », explique Tales Carvalho Resende, responsable de projet à l’UNESCO, l’un des auteurs.

« Les glaciers sont l’un des indicateurs précieux du changement climatique, car ils sont visibles. C’est quelque chose que nous pouvons vraiment voir se produire ».

Les glaciers restants dans les deux autres tiers des sites du patrimoine mondial des Nations unies pourraient être sauvés, mais seulement si le monde limite le réchauffement climatique à 1,5C, affirment les auteurs.

La semaine dernière, un autre rapport des Nations unies a constaté que le monde ne disposait actuellement d' »aucune voie crédible » pour y parvenir.

Ces projections s’appuient sur un précédent rapport qui utilisait des modèles pour calculer l’évolution des glaciers des sites du patrimoine mondial au fil du temps.

« Ce qui est sans précédent dans les archives historiques, c’est la rapidité avec laquelle cela se produit », affirme Beata Csatho, glaciologue de l’université de Buffalo, qui n’a pas participé aux recherches.

« Au milieu des années 1900, les glaciers étaient assez stables », ajoute-t-elle « Puis il y a ce recul incroyablement rapide ».

LES SITES DU PATRIMOINE MONDIAL REPERTORIES COMME AYANT DES GLACIERS QUI DISPARAITRONT D’ICI 2050 SONT :

Parc national de Durmitor (Monténégro)

Parc national des Virunga (République démocratique du Congo)

Zone d’intérêt panoramique et historique de Huanlong (Chine)

Parc national de Yellowstone (États-Unis d’Amérique)

Parc national/Forêt naturelle du Mont Kenya (Kenya)

Pyrénées Mont Perdu (France, Espagne)

Parc national des Monts Rwenzori (Ouganda)

Plateau de Putorana (Russie)

Arène Tectonique Suisse Sardona (Suisse)

Parc national Nahanni (Canada)

Parc national de Lorentz (Indonésie)

Système naturel de la réserve de l’île Wrangel (Russie)

Parc national du Kilimandjaro (Tanzanie)

Parc national de Yosemite (États-Unis d’Amérique)

Les Dolomites (Italie)

Forêts vierges de Komi (Russie)

Un autochtone tiré par chiens de traîneau.

Les communautés locales et les populations autochtones seront les premières victimes des inondations causées par la disparition des glaciers.

Le rapport indique que la perte de glace dans les sites du patrimoine mondial pourrait avoir causé jusqu’à 4,5 % de l’élévation du niveau de la mer observée au niveau mondial entre 2000 et 2020. Ces glaciers perdent 58 milliards de tonnes de glace chaque année, soit l’équivalent du volume annuel total d’eau utilisé en France et en Espagne réunies.

De nombreuses personnes dépendent également des glaciers comme source d’eau pour l’usage domestique et l’agriculture, et leur disparition pourrait entraîner une pénurie d’eau douce pendant les saisons sèches, a déclaré le professeur Duncan Quincey, expert en glaciologie à l’université de Leeds, qui n’a pas participé aux recherches.

« Cela entraîne des problèmes de sécurité alimentaire, car ils utilisaient cette eau pour irriguer leurs cultures », affirme Quincey.

Les communautés locales et les populations autochtones seront les premières victimes des inondations causées par la disparition des glaciers, estiment les auteurs du rapport, qui préconisent la mise en place de systèmes d’alerte précoce et de réduction des risques de catastrophe.

Cependant, la chose la plus évidente à faire est de limiter le réchauffement de la planète.

« Il y a là un message d’espoir », indique M. Carvalho Resende. « Si nous parvenons à réduire drastiquement les émissions, nous pourrons sauver la plupart de ces glaciers ».

« C’est vraiment un appel à agir à tous les niveaux – pas seulement au niveau politique, mais à notre niveau en tant qu’êtres humains. »

Par Patrick Hughes BBC News Climat et Science

Laisser un commentaire