vendredi, août 23, 2019
Accueil > Actualités > AZERBAÏDJAN: LES FEMMES VOILEES SE PLAIGNENT DE NE PAS TROUVER D’EMPLOI

AZERBAÏDJAN: LES FEMMES VOILEES SE PLAIGNENT DE NE PAS TROUVER D’EMPLOI

L’Azerbaïdjan interdit formellement les femmes portant le hijab dans les emplois gouvernementaux. Les employeurs privés discriminent aussi, disent les femmes.

Sevda Kamilova a obtenu un diplôme en linguistique à l’université. Elle s’attend à ce que ses compétences en anglais ouvrent des perspectives d’emplois rémunérateurs dans le secteur de l’accueil en Azerbaïdjan. Elle a interviewé plusieurs entreprises internationales, mais on lui a demandé à chaque fois si elle accepterait de retirer son foulard pour le poste. Elle a refusé et n’a pas trouvé d’emploi.
« Ces sociétés ne veulent pas être représentées par une femme portant un hijab », a-t-elle déclaré à Eurasianet. Aujourd’hui, elle travaille pour l’entreprise familiale où elle porte toujours le foulard islamique. « Ma foi est importante pour moi et je ne veux pas l’enlever pour un travail », a déclaré Kamilova.
Alors que 97% des Azerbaïdjanais s’identifient comme musulmans, le nombre de ceux qui pratiquent activement la religion est beaucoup plus petit et le pays est fier de sa tradition laïque. Mais depuis l’effondrement de l’Union soviétique, l’observance religieuse s’est accrue. Bien que personne ne conserve de statistiques sur la question, une augmentation notable du nombre de femmes portant le hijab est devenue un sujet brûlant parmi les Azerbaïdjanais. Parallèlement à cela, disent les porteurs de hijab, cela équivaut à un retour de bâton.
« Maintenant, les gens peuvent pratiquer leur religion librement, et ceux qui veulent se couvrir ont le choix de le faire », a déclaré à Eurasianet Sadagat, propriétaire d’un magasin de vêtements islamique à Sumgayit. Mais elle a dit que la pression sociale, liée à une perception générale liant le hijab à l’extrémisme, demeure. « Certaines femmes finissent par retirer le hijab, simplement pour éviter une plus grande attention en public », a-t-elle déclaré.
Le propriétaire d’une autre entreprise de confection islamique, à Bakou, a déclaré que de nombreuses femmes couvertes sont venues dans son magasin pour postuler à des emplois parce qu’elles ont été victimes de discrimination ailleurs. « Elles ne peuvent trouver de travail nulle part, alors elles postulent pour un emploi dans un magasin qui vend des hijabs », a-t-il déclaré à Eurasianet.
La constitution de l’Azerbaïdjan garantit la liberté de pratiquer sa religion, avec toutefois de nombreuses mises en garde. « Les rituels religieux peuvent être accomplis librement s’ils ne perturbent pas l’ordre public et ne sont pas contraires à la morale publique », prévoit l’article 48.
La loi n’aborde pas explicitement la question du hijab sur le lieu de travail, mais une interdiction non officielle de le porter dans un emploi gouvernemental, a déclaré Aynur Veyselova, conseillère principale au Comité d’Etat pour la famille, les femmes et les enfants. « L’Azerbaïdjan est un pays laïc et notre constitution est basée sur des valeurs laïques », a-t-elle déclaré à Eurasianet. « Par exemple, en Turquie, il existe des lois selon lesquelles les femmes portées par le hijab peuvent même travailler dans des institutions gouvernementales, mais nous n’en avons pas ici. »
Il est également formellement interdit aux filles de porter le hijab dans les écoles. En 2011, des activistes religieux ont organisé une série de manifestations réclamant que le gouvernement élimine l’interdiction, mais en vain. L’interdiction est restée intacte.
Dans le même temps, le public azerbaïdjanais reste majoritairement laïc et méfiant envers le hijab. Ces craintes ont été exacerbées par le nombre croissant de touristes en provenance d’Iran et de pays arabes ces dernières années.
« Bakou est la seule ville musulmane au monde où se trouve un monument montrant une femme en train de jeter son tchador. Tout le monde a besoin de comprendre la signification de ce monument. Pour moi, c’est l’un des symboles clés de notre pays. Nous ne devrions pas le prendre pour acquis. Nous devrions y faire des pèlerinages et comprendre sa valeur et son importance historiques, a écrit le poète azerbaïdjanais Rasim Garaja face au nombre croissant de touristes voilés dans le pays.
Pendant ce temps, certains croyants se plaignent discrètement de discrimination dans l’emploi à l’encontre des femmes qui portent le hijab. Les médias ont récemment commencé à couvrir le problème .
Saida, une jeune femme qui travaille dans une épicerie à Bakou, est autorisée à porter le hijab au travail. Mais elle a raconté l’histoire d’une amie qui a été forcée de retirer son hijab pour obtenir un emploi de vendeuse. Pour sa part, Saida a confié à Eurasianet qu’elle avait peu de problèmes, à l’exception d’un « look bizarre occasionnel » et que « certains clients ne savaient pas comment me parler, surtout lorsqu’ils achetaient de l’alcool ».
Novella Jafarova de l’Association pour la protection des droits de la femme, une organisation non gouvernementale, a déclaré à Eurasianet que les femmes portant le hijab avaient les mêmes droits que les autres. Interrogée sur la discrimination sur le lieu de travail, elle a répondu : « Nous n’avons reçu aucun rapport concernant ce problème. Si nous l’avons, nous le soulèverons ».
Veyselova du Comité d’État de la famille a également déclaré qu’elle n’avait jamais reçu de plainte pour discrimination au travail liée au hijab. Kamilova, la majeure en linguistique, a déclaré qu’elle n’avait rapporté aucune de ses expériences lors des entretiens d’embauche, estimant que personne n’agirait. « Les femmes en hijab ne sont qu’une minorité dans la société, personne ne nous entend donc », a-t-elle déclaré.
armenews

Laisser un commentaire