CAN-2015: LE GHANA QUALIFIE POUR LA FINALE AU TERME D’UN MATCH CHAOTIQUE

Le Ghana s’est imposé 3-0 face à la Guinée équatoriale, jeudi, en demi-finale de la CAN-2015 et rejoint la Côte d’Ivoire en finale. Le match a dû être interrompu pendant plus d’une demi-heure, le temps d’évacuer le public, devenu incontrôlable.

Sur le terrain, la victoire du Ghana face à la Guinée équatoriale (3-0) en demi-finale de la CAN 2015, jeudi 5 février, n’a souffert d’aucune contestation. Mais visiblement, les spectateurs de l’équipe locale ne l’entendaient pas ainsi : jets de projectile sur l’arbitre et les joueurs, intervention des forces de sécurité dès la mi-temps, supporteurs ghanéens évacués à la hâte et finalement plus d’une demi-heure d’interruption de match. Déjà à la mi-temps, l’ambiance était tendue et les joueurs ghanéens ont dû rejoindre les vestaires sous les boucliers de la police, pour éviter les projectiles.

Penalty indiscutable

Largement dominateur, avec un jeu plus posé et mieux construit, le Ghana a toutefois dû attendre un penalty pour ouvrir la marque. Un penalty indiscutable après une faute du gardien Ovono, sorti dans les jambes d’Appiah, seul face au but. Jordan Ayew a ouvert le score et le public équato-guinéen, déjà bouillant, a commencé à faire entendre son mécontentement (41e, 1-0). Deux minutes plus tard, Wakaso a doublé la mise pour le Ghana, servi par Atsu au terme d’un contre rondement mené (45e+2, 2-0). Et ce but a encore envenimé la situation, les fans du pays-hôte criant « arbitre dehors » en jetant sur la pelouse tout ce qu’ils avaient sous la main.

Le retour des vestiaires n’a pas calmé le public malgré les appels du speaker et des joueurs équato-guinéens, désemparés. Le Nzalang Nacional n’a d’ailleurs pas démérité sur le terrain, misant sur les contres et la rapidité de ses attaquants, Edu et Balboa. Malgré quelques occasions, notamment sur coups de pied arrêtés, la marche était vraiment trop haute pour la modeste équipe de Guinée équatoriale, 118e au classement Fifa.

La tension a même fini par gagner la pelouse où les joueurs se rendaient coup pour coup, avec en fond sonore le bruit des sirènes et le bourdonnement d’un hélicoptère des forces de sécurité au-dessus du stade. Et le Ghana a fini par enfoncer le clou avec un dernier but d’André ayew, qui a repris un centre d’Appiah (76e, 3-0).

Les tribunes évacuées

La situation est alors devenue ingérable en tribunes : les supporters ghanéens, rassemblés dans une tribune à l’angle du stade, ont commencé à être évacués, a priori à l’initiative des forces de l’ordre. Ils ont alors longé le terrain, et reçu de nombreux projectiles des autres tribunes, remplies de supporters locaux. La partie a alors été interrompue par l’arbitre gabonais Eric Otogo, auteur d’un sans-faute et plein de sang-froid malgré le contexte très tendu.

La police, aidée d’un hélicoptère de la gendarmerie, a alors chargé et évacué une large partie du stade, usant notamment de gaz lacrymogènes. Il a fallu plus de 30 minutes avant qu’un calme assez précaire ne revienne. Le match a ensuite repris pour seulement trois petites minutes, scellant la qualification du Ghana au terme d’une soirée chaotique.

La Guinée équatoriale aura encore une autre partie à disputer dans sa capitale, samedi face à la RD Congo, pour la troisième place. Sauf si des sanctions sont prises par la CAF d’ici là… Le Ghana, lui, ira défier en finale la Côte d’Ivoire, dimanche à Bata, et tentera d’ajouter une cinquième couronne à son prestigieux palmarès, 33 ans après la dernière.

Source:http://www.france24.com

Apropos de auteur

Notice:SVP, soyez courtois dans vos commentaire. Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Merci.

Laisser un commentaire

*