« C’EST UNE GUERRE, PAS UNE GUERRE DE RELIGIONS », ASSURE LE PAPE

Par la-croix.com

Publié le 28.07.2016

Le-pape-Francois-part-Italie-pour-Pologne-27-juillet-2016_0_730_486

Le pape François part d’Italie pour la Pologne, le 27 juillet 2016.  / Telenews/AP

 

Dans l’avion qui le menait, mercredi 27 juillet, à Cracovie aux Journées mondiales de la jeunesse, le pape est venu répondre aux questions des journalistes.

Il a été interrogé notamment sur la vague d’attentats qui a touché l’Europe ces derniers jours, et l’assassinat mardi du P. Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray.

À peine son avion avait-il décollé de Rome que le pape François est venu à la rencontre des journalistes. Interrogé sur les questions de « sécurité », le pape n’y est pas allé par quatre chemins : « Le vrai mot est ‘guerre’», a-t-il assuré. « Plusieurs fois j’ai parlé d’une ‘guerre par morceaux’. C’est une guerre. Comme la guerre de 1914, la guerre de 39-45, les autres grandes guerres dans le monde, c’en est une », a-t-il martelé, tout en reconnaissant que, si cette guerre sans fronts « n’est pas organique », elle est« organisée ».

« Ce saint prêtre qui est mort au moment même où il offrait le sacrifice de toute l’Église est une victime unique », a-t-il déclaré à propos du P. Jacques Hamel, assassiné alors qu’il allait célébrer la messe mardi 26 juillet à Saint-Etienne-du-Rouvray. « Mais il y a tant d’autres chrétiens, tant d’innocents, tant d’enfants. Pensons au Nigeria… mais ‘c’est l’Afrique’». Là-bas aussi « c’est la guerre », estime le pape.

Un peu plus d’espérance

« N’ayons pas peur de dire la vérité : le monde est en guerre parce qu’il a perdu la paix », a-t-il continué avant d’en appeler aux jeunes qu’il va rencontrer à Cracovie et qui « disent l’espérance »« Espérons que les jeunes donneront un peu plus d’espérance à ce monde ».

Le pape a aussi voulu remercier tous ceux qui ont pris la parole hier après l’assassinat du P. Hamel, notamment François Hollande « qui a voulu parler avec moi au téléphone, comme un frère ».

Après avoir salué un à un les journalistes présents sur le vol papal, François a ensuite repris la parole, de façon inhabituelle, pour préciser ses propos sur la guerre. « Je parle de guerre seulement, pas de guerre de religions, a-t-il insisté. C’est une guerre d’intérêts, une guerre pour l’argent, une guerre pour les ressources naturelles, une guerre pour la domination des peuples. » « Certains diront que c’est une guerre de religions mais toutes les religions veulent la paix. Les autres veulent la guerre. Compris ? », a-t-il conclu.

 Lire l’article sur la-croix.com

 

Apropos de auteur

Notice:SVP, soyez courtois dans vos commentaire. Vous pouvez utiliser du HTML dans vos commentaires. Merci.

Laisser un commentaire

*