mardi, octobre 27, 2020
Accueil > Actualités > Côte d'Ivoire > CORONAVIRUS: LE RETOUR MASSIF DES ABIDJANAIS INQUIETE LES POPULATIONS DE DAOUKRO

CORONAVIRUS: LE RETOUR MASSIF DES ABIDJANAIS INQUIETE LES POPULATIONS DE DAOUKRO

Le retour au village de certains fils de la région est diversement interprété

La forte pluie qui s’est abattue sur la ville de Daoukro, dans l’après-midi du 24 Mars, n’a pas empêché l’arrivée massive dans la localité, de plusieurs personnes en provenance d’Abidjan, la capitale économique. Depuis les mesures de prévention prises par le gouvernement, la tendance est, pour plusieurs Ivoiriens de se rendre à Daoukro. Et la tendance a atteint son pic, la veille de l’application de l’interdiction des voyages d’Abidjan vers l’intérieur du pays.

Constat confirmé par le secrétaire général de la mutuelle des chauffeurs de l’Iffou (Mugeci), Ky François. «Depuis peu, nous avons plus de voyageurs en provenance d’Abidjan qui arrivent à Daoukro. Et ce dernier jour, avant la mise en application de l’interdiction de voyage vers Abidjan, le nombre d’arrivée s’est accru».

Une situation qui inquiète les populations en place. D’ailleurs, le 21 Mars, lors d’une rencontre de sensibilisation avec le préfet de région, préfet du département, le chef du village de Dengbè, Kouassi Kouadio, avait posé le problème : « Aujourd’hui, nous savons que tous les cas de personnes contaminées sont à Abidjan et nous recevons au quotidien des parents, qui fuient cette situation, pour Daoukro. Quel comportement devons-nous avoir face à eux ? «

L’autorité administrative, Julie Aka Sonoh, a conseillé d’observer avec eux les mêmes mesures de prévention et surtout de les isoler, en attendant d’être certain qu’ils n’ont pas le virus. Le chef du village avait répliqué que les isoler était compliqué dans la mesure où ces personnes vivent dans des cours communes et partagent des chambres communes. Face à cette situation complexe, certains habitants s’interrogent dans la ville et s’inquiètent que l’un de ces «Abidjanais» n’arrive avec le virus à Daoukro,

comme le signifie l’enseignant N’Guessan Jacques : « Certes, ce sont nos parents qui reviennent nous voir, en fuyant la situation critique qui sévit à Abidjan, mais qu’est ce qui prouve que l’un d’entre eux, n’est pas porteur du virus. Pis, il y a beaucoup d’entre eux qui n’ont plus remis les pieds ici depuis belle lurette et reviennent à cause de cette maladie. Cela inquiète un peu».

D’ailleurs, le cas de ceux qui ont mis les pieds dans leur localité, il y a longtemps et qui y reviennent ces jours-ci, a failli créer l’émeute à Krégbé, située à 7 km de Daoukro. Le sous-préfet de cette localité, Gnanmien Raoul, que nous avons eu au téléphone, nous a affirmé que les populations ont voulu s’en prendre à l’un d’entre d’eux.

Car, le considérant comme quelqu’un qui revenait de l’Italie. «Je suis étudiant et l’université est fermée; pour éviter des dépenses inutiles à Abidjan, je préfère rentrer en famille à Daoukro», s’est justifié Kouakou Éric.

N’Dri Jacob lui emboîtera le pas: «Moi je suis à Abidjan depuis longtemps. Je me débrouille dans un maquis, qui est fermé sur décision gouvernementale.

Quoi de plus normal de revenir au village, même si cela fait une éternité que je n’ai pas foulé ce sol». Comme solution à ces suspicions, Ky François a proposé des contrôles au thermomètre à infra-rouge, à chaque corridor d’entrée de la ville.

MSN

Laisser un commentaire