mardi, janvier 19, 2021
Accueil > Actualités > CÔTE D’IVOIRE : « NOUS INVITONS LE PARTI SOCIALISTE À CHANGER LES LUNETTES AVEC LESQUELLES IL SCRUTE L’ACTUALITÉ IVOIRIENNE » (ADJOUMANI)

CÔTE D’IVOIRE : « NOUS INVITONS LE PARTI SOCIALISTE À CHANGER LES LUNETTES AVEC LESQUELLES IL SCRUTE L’ACTUALITÉ IVOIRIENNE » (ADJOUMANI)

 

Le RHDP a pris connaissance, non sans surprise d’une correspondance adressée le 1er décembre 2020, par le Premier Secrétaire du Parti Socialiste français, M. Olivier Faure à M. Yves Le Drian, ministre de l’Europe et des Affaires Etrangères.

A travers son courrier, M. Olivier Faure invitait sans aucune pudeur, M. Yves Le Drian, à exercer des pressions directes sur le Président Alassane Ouattara dont il conteste la légitimité de sa réélection à la tête de la Côte d’Ivoire, afin de le contraindre à libérer immédiatement tous les dirigeants de l’opposition interpellés suite à la tentative de remise en cause de l’ordre constitutionnel au lendemain de l’élection présidentielle du 31 octobre dernier.

Ainsi donc, M. Olivier Faure, au mépris de la position exprimée par la France et l’ensemble de la communauté internationale sur le dossier ivoirien, prend le malin plaisir de s’insurger contre la candidature du Président Alassane Ouattara, de contester les résultats du scrutin du 31 octobre 2020 et de dénoncer par voie de conséquence l’arrestation des auteurs des appels à la désobéissance civile et au boycott actif qui ont provoqué tant de morts, de blessés et de désolation.

Il passe curieusement sous silence, la tentative de déstabilisation des institutions de la République projetée par cette même opposition, avec notamment, la création d’un Conseil national de transition (CNT) qui envisageait se substituer à l’ordre constitutionnel établi. Au regard du contenu de ce courrier particulièrement orienté, partisan et manifestement guidé par des desseins obscurs et inavoués,

Le RHDP voudrait marquer sa plus vive indignation. Car, le Parti Socialiste ne peut pas s’ériger en avocat du diable en défendant l’indéfendable. Il ne peut pas non plus cautionner l’inacceptable, c’est-à-dire, la cause de ceux qui ont ouvertement et publiquement décidé de s’attaquer à la démocratie et au suffrage populaire, en tentant par tous les moyens d’empêcher la tenue d’un scrutin démocratique. Ceux qui ont, de façon délibérée, combattu avec panache la démocratie avec des armes et moyens non conventionnels.

Le Parti Socialiste français peut-il se permettre, sans risquer de souiller sa propre réputation et ses propres valeurs, de soutenir et d’exiger la libération de dirigeants politiques qui ont choisi de boycotter avec violence une élection, qui ont agressé, tué, brûlé et commis des actes terroristes et séditieux ?

Quel modèle démocratique le Parti Socialiste défend-t-il pour afficher une position qui prend totalement à contre-pied la position officielle de la France, des Etats-Unis, de l’Union Européenne, de l’Union Africaine, des Nations Unies, de la CEDEAO, de la Russie, de la Chine, de l’OIF, etc., aussi bien sur l’organisation et les résultats du scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 que sur la candidature du Président Alassane Ouattara ?

Avec quel microscope imaginaire le Parti Socialiste scrute-t-il l’actualité du monde ? Cette sortie de M. Olivier Faure a l’avantage de nous aider à comprendre pourquoi le Parti Socialiste français ne fait plus bonne recette aujourd’hui, pourquoi est tant vomi par les Français. Nous comprenons aussi pourquoi c’est sous le Parti Socialiste Français qu’il y a eu le génocide Rwandais en 1994.

Alors, un parti qui est en chute libre dans les profondeurs abyssales de la politique française peut-il s’ériger en donneur de leçons face au RHDP et surtout au Gouvernement du Président Macron qui a vite fait de lui tourner le dos ? Quels conseils le Parti Socialiste a-t-il donné au socialiste Laurent Gbagbo pour qu’il évite de conduire la Côte d’Ivoire dans une crise qui a fait plus de 3 000 morts ?

En outre, qu’a fait le Parti Socialiste quand les escadrons de la mort, sous la refondation, faisaient régner la terreur aux bords de la lagune Ebrié, terreur qui emporta les journalistes Jean-Helene, Guy André Kieffer, l’ex directeur du Novotel d’Abidjan, Stéphane Frantz Di Rippel, le président de SIFCA, Yves Lambelin, pour ne citer que ceux-là ?

Par ailleurs, la création du CNT serait-elle une inspiration du Parti Socialiste français ? En d’autres termes, est-ce M. Olivier Faure qui a conseillé au président du FPI de se lancer dans une telle action séditieuse pour venir aujourd’hui exiger sa libération sans condition comme si cet acte n’était pas constitutif d’une infraction pénale ?

Nous nous souvenons que lorsque certaines personnalités du Parti Socialiste Français débarquaient à Abidjan, ils préféraient la bamboula dans des hauts lieux de débauche et de prostitution en compagnie de l’ex-président Ivoirien plutôt que de le conseiller utilement. Le Parti Socialiste, nous le savons tous, est un parti de jouisseurs qui ne crée pas de richesses mais qui veut partager la richesse. Et c’est l’une des raisons de son déclin.

En tout état de cause, que M. Olivier Faure sache que la Côte d’Ivoire sous le Président Alassane Ouattara a changé. Le pays avance. Il n’a rien à voir avec la Côte d’Ivoire des années 2000 sous Laurent Gbagbo, le poulain des socialistes.D’ailleurs, nous invitions M. Olivier Faure à faire un tour à Abidjan pour constater la merveilleuse métamorphose : une capitale en plein essor, à l’instar de tout le pays. En tant que libéral, le Président Alassane Ouattara a fait du social et de la paix ses chevaux de bataille.

Nous avons pour preuves, les importantes ressources allouées pour soutenir des projets allant dans le sens de l’amélioration des conditions de vie des populations, de la promotion de l’emploi-jeune et de l’autonomisation des femmes. Le RHDP voudrait aussi rappeler que le Président Alassane Ouattara, bien que se trouvant en situation de légitime défense face à une opposition violente n’a pas attendu d’être interpellé par le Parti Socialiste pour engager le dialogue politique avec le chef de file de l’opposition, M. Henri Konan Bédié.

Mieux, certaines personnalités de l’opposition qui avaient été interpellées à la sortie des récents événements ont été relâchées, des mesures de restriction des libertés de mouvement d’autres membres de l’opposition ont été levées. Toutes ces initiatives témoignent de la volonté du Président de la République, Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, d’aller à l’apaisement et à la paix. Nous invitons par conséquent, le Parti Socialiste français à changer les lunettes avec lesquelles il scrute l’actualité ivoirienne s’il veut voir les choses plus clairement.

POUR LE RHDP

LE PORTE-PAROLE PRINCIPAL

LE MINISTRE

KOBENAN KOUASSI ADJOUMANI

Source : afriksoir.net

 

Laisser un commentaire