mardi, octobre 20, 2020
Accueil > Actualités > COVID-19 : LE LONG COMBAT DES AUTORITÉS  SAOUDIENNES  CONTRE LA PANDÉMIE

COVID-19 : LE LONG COMBAT DES AUTORITÉS  SAOUDIENNES  CONTRE LA PANDÉMIE

Comme tous les pays du monde, l’Arabie saoudite est confrontée à la Pandémie du Corona virus qui ne cesse d’endeuiller la planète.

« Le plus dur reste  à venir en ce qui concerne la pandémie »

C’est dans ce sens que, le 20 mars dernier, le souverain saoudien,  Salmane Ben Abdel Aziz Al Saoud avait souligné que « le plus dur reste  à venir en ce qui concerne la pandémie » alors que son pays était déjà confronté à ce défi sanitaire et à celui, économique, de l’effondrement des prix du pétrole.

27 février suppression de la Omra ou petit pèlerinage

Auparavant, le 27 février 2020, dans le cadre de la gestion de cette crise sanitaire, les autorités saoudiennes avaient déjà pris des mesures de restriction importantes, comprenant la fermeture des lieux publics non essentiels et, la suppression du petit pèlerinage, la « omra », à La Mecque et Médine.

23 mars début des couvre-feux

Dans le courant de cette décision, elles ont décrété le 23 mars, le couvre-feu, pour contenir la pandémie de Covid-19 dans le Royaume

Pourtant, les villes étaient déjà soumises à un couvre-feu quotidien de 15 heures et étaient également bouclées à l’instar de la capitale Ryad et la ville de Jeddah, avec interdiction d’entrées et de sorties. La circulation entre les différentes régions était par ailleurs interdite.

Ce couvre-feu  avait été annoncé par le Ministère saoudien de l’Intérieur sur Twitter en ces termes : «Un couvre-feu de 24 heures est instauré dans les villes de Ryad, Tabouk, Dammam, Dhahran, Hofouf ainsi que dans les gouvernorats de Jeddah, Taëf, Qatif, Khobar». Cette mesure s’applique à partir de (lundi) et jusqu’à nouvel ordre. Seules les sorties pour des besoins urgents, comme les soins médicaux ou les courses, sont autorisées».

De son côté, le Ministre de la santé Tawfiq al-rabiah, a justifié ces mesures par le fait que, de nombreux habitants ne respectaient pas les restrictions sur les déplacements imposées ces semaines précédentes

02 avril ; couvre-feu à la Mecque et à Médine

Par la suite, cette décision s’est étendue aux villes saintes de la Mecque et de Médine le 02 avril à partir d’une déclaration du Ministère de l’Intérieur citée par l’agence de presse officielle saoudienne, SPA qui stipulait que : « Un couvre-feu total de 24 heures s’applique aux villes de La Mecque et Médine à partir d’aujourd’hui et jusqu’à nouvel ordre »

Ce couvre-feu sera effectif dans tous les quartiers des deux villes saintes, avec une interdiction continue d’y entrer et d’en sortir, a précisé la dépêche, citant un fonctionnaire du ministère de l’Intérieur.

L’interdiction d’entrée et de sortie qui continue jusqu’à présent, ne s’applique cependant  pas aux employés des secteurs vitaux du gouvernement et du secteur privé, dont les travaux nécessitent une exécution continue pendant la période d’interdiction.

Les habitants des quartiers des deux villes, ne sont autorisés à quitter leur domicile que pour satisfaire aux besoins nécessaires, tels que les soins de santé et l’approvisionnement en nourriture, dans les quartiers, de 06h00 à 15h00 tous les jours.

Une prévision de 200 000 cas de contamination

Le 07 avril dernier , un article de l’AFP, citant l’Agence officielle saoudienne SPA , annonçait également que, le Royaume saoudien prévoyait jusqu’à 200.000 cas de contamination par le Covid-19 dans les prochaines semaines .Ces prévision sont fondées sur une déclaration du ministre saoudien de la Santé, Tawfiq al-Rabiah selon laquelle : « les études prévoient que dans les quelques semaines à venir, le nombre de cas va se situer entre un minimum de 10.000 à un maximum de 200.000 ».

Cette declaration  soulignait que le Royaume se trouvait à un « moment critique » de sa lutte contre le virus.

Le Ministre de la Santé a précisé que les projections avaient été faites sur la base de quatre études réalisées par des experts saoudiens et internationaux.

Cette déclaration sur une explosion éventuelle de la maladie, intervenait au lendemain d’une décision des autorités d’étendre à plusieurs villes, y compris la capitale Riyad, un couvre-feu de 24 heures afin de limiter la propagation du virus.

Selon le dernier décompte du Ministère de la Santé publié le 07 avril,  un total de 2.795 infections ont été recensées dans le royaume, dont 41 décès.

47% de Saoudiens contaminés contre 53% d’étrangers

(Ndlr : Il est évident que ces chiffres ont dû évoluer actuellement)

Dans le même registre, deux jours auparavant, soit  le 05 avril, les informations faisaient cas de 2385 personnes contrôlées positives au Covid-19, 34 morts et 488 personnes rétablies.

Des précisons apportées par le Ministère de la Santé soulignaient tout de même que, « 47% des personnes contaminées, étaient de nationalité saoudienne et, 53% de nationalités étrangères. ».

Il faut toutefois noter que, jusqu’à présent, les autorités saoudiennes n’ont pas encore annoncé si le grand pèlerinage du hajj aura bien lieu dans ce contexte. C’est l’un des plus grands rassemblements religieux au monde, et cette année il doit se tenir fin juillet.

Toutefois, les autorités saoudiennes ont appelé le mardi 31 mars dernier, les Musulmans de tous les pays à suspendre pour le moment, leurs préparatifs pour le hajj, le grand pèlerinage, face aux incertitudes liées à la pandémie du nouveau coronavirus.

Inquiétudes quant à la tenue du  pèlerinage

Cette décision inédite comme il fallait s’y attendre, a soulevé des inquiétudes quant à la tenue de ce pèlerinage  qui attire chaque année des millions de pèlerins du monde entier.

En termes de réponse, le ministre saoudien du Pèlerinage, Mohammad Benten, a déclaré à la télévision d’Etat Al-Ekhbariya : « L’Arabie saoudite est totalement préparée à servir les pèlerins. Mais dans les circonstances actuelles […], le royaume veut protéger la santé des Musulmans et des citoyens et nous avons demandé à nos frères musulmans dans tous les pays d’attendre, avant de passer un contrat (avec des sociétés pour effectuer le hajj), que la situation soit claire »

Le hajj, une source de revenus importants

Il est important de savoir que le pèlerinage, est une source de revenus importante pour le royaume mais serait un lieu de contamination privilégié en raison de la présence d’une foule immense dans les sites religieux.

Selon les statistiques publiées par le ministère de tutelle, en 2019 quelques 2,5 millions de fidèles, venant des régions d’Arabie saoudite et des quatre coins du monde, ont accompli ce rite.

 Une prévision de 2,7 millions en  2020

Les prévisions de cette années 2020 estiment à 2,7 millions de pèlerins devant prendre part au pèlerinage

Kemebrama@hotmail.com

Sources : Le Figaro avec AFP  

Laisser un commentaire