jeudi, septembre 24, 2020
Accueil > Actualités > EN IRAN, NOEL, POPULAIRE AUSSI CHEZ LES JEUNES MUSULMANS

EN IRAN, NOEL, POPULAIRE AUSSI CHEZ LES JEUNES MUSULMANS

Les chrétiens représentent moins de 1% de la population iranienne. Et pourtant, dans tout le pays, de nombreuses devantures de magasins se sont parées de décorations de Noël. La raison ? Cette fête est de plus en plus populaire auprès des jeunes, indépendamment de leur religion.
Ces dernières années, la jeunesse iranienne célèbre non seulement Noël mais aussi d’autres fêtes très populaires en Occident, comme Halloween ou la Saint-Valentin. Des fêtes iraniennes très anciennes ont également été réhabilitées, comme Jashn-e Mehregan (la fête d’automne).

« Personne ici ne veut être en décalage par rapport au reste du monde« 

André vit à Ispahan. Il est chrétien.
Depuis les dernières élections, le climat social s’est apaisé. Le précédent gouvernement était particulièrement strict sur la question des fêtes, notamment celles de Noël ou encore de la Saint-Valentin. Les boutiques n’étaient pas autorisées à vendre des décorations de Noël, sauf celles qui se trouvaient dans les quartiers chrétiens. Aujourd’hui, on les trouve partout.
 

En Iran, les gens regardent beaucoup les chaînes étrangères grâce à la télévision par satellite. Ils s’aperçoivent que Noël concerne énormément de monde sur la planète. Personne ici ne veut être en décalage par rapport au reste du monde, en particulier les jeunes qui s’inspirent systématiquement des tendances qui marchent à l’étranger. Je pense que mes amis non-chrétiens sont plus enthousiastes à l’idée de célébrer Noël que les chrétiens comme moi. Ils regardent nos traditions, et font la même chose, comme l’achat d’arbres de Noël et de cadeaux.

Bien sûr, la plupart du temps, Noël est un prétexte à la fête chez les non-chrétiens. Beaucoup d’entre eux ne connaissent pas l’histoire qui se cache derrière cette tradition. Il est intéressant de noter que, contrairement à certains pays musulmans, je n’ai jamais entendu un musulman iranien dire que les fêtes de Noël étaient incompatibles avec leur religion. De plus, si les chrétiens représentent encore qu’un faible pourcentage de la population iranienne.

Par ailleurs, tous les chrétiens d’Iran ne célèbrent pas Noël de la même façon. Les Arméniens orthodoxes assistent seulement à la messe du 24 décembre puis célèbrent ensuite le Nouvel An.
Personnellement, je ne participe pas aux fêtes musulmanes. Je préfère les fêtes traditionnelles persanes païennes, comme Chahar Shanbeh Souri [célébrée le dernier mercredi de l’année dans le calendrier persan] ou Norouz [le Nouvel An persan]. Ces fêtes permettent de rassembler tous les Iraniens – la jeune génération en tête.

Laisser un commentaire