mardi, octobre 20, 2020
Accueil > Actualités > Internationale > ÉTATS-UNIS: LA PHRASE «BLACK LIVES MATTER» PEINTE DEVANT LA TRUMP TOWER A NEW YORK

ÉTATS-UNIS: LA PHRASE «BLACK LIVES MATTER» PEINTE DEVANT LA TRUMP TOWER A NEW YORK

Des Américains peignent la phrase « Black Lives Matter » devant la Trump Tower à New York, le 9 juillet 2020.

Après Washington, c’est au tour de New York de défier le président américain. La ville a décidé de peindre la phrase Black Lives Matter en lettres géantes devant la Trump Tower, le domicile new-yorkais de Donald Trump. Une initiative qui avait provoqué la colère du président sur Twitter.

Avec notre correspondante à New York, Loubna Anaki

Au pied de la Trump Tower, sur la célèbre 5e avenue, les ouvriers et les bénévoles tracent lentement, à la peinture jaune les lettres géantes qui formeront la phrase « Black Lives Matter », les vies noires comptent.

Au milieu se tient un homme. Mike Tucker a perdu son fils il y a 15 ans, victime de violences policières. C’est lui qui a suggéré ce projet à la mairie. « C’est un symbole et un message au monde, que les vies noires comptent, que les vies des minorités comptent, que nos voix seront entendues et que nous serons plus jamais silencieux. »

Et le choix de marquer ces lettres juste devant le domicile new-yorkais du président n’est pas anodin. Donald Trump est souvent accusé de mépriser le mouvement Black Lives Matter et les manifestations de ces derniers mois.

« Dans ta gueule ! Tu vois Trump, les vies noires comptent ! », lance un militant. « C’est un rappel à Trump que New York n’est pas sa ville. Il est peut-être président, mais le peuple américain ne lui appartient pas », ajoute une femme.

S’ils accueillent le symbole, certains New-Yorkais réclament aussi du concret. « C’est important de se concentrer aussi sur des politiques concrètes et des changements de lois et pas juste de la peinture dans la rue. »

Sur place, le maire de New York a réaffirmé la volonté de la ville d’agir contre le racisme. De son côté, Donald Trump n’a pas réagi dans l’immédiat. Mais lorsque le projet avait été annoncé, il avait qualifié la phrase Black Lives Matter de « symbole de haine ».

RFI

Laisser un commentaire