jeudi, février 2, 2023
Accueil > Actualités > FOCUS : LE CONSEIL DE COOPERATION DU GOLFE (CCG), UNE ORGANISATION SOLIDE AU PROFIT DU DEVELOPPEMENT DES PAYS DU GOLFE

FOCUS : LE CONSEIL DE COOPERATION DU GOLFE (CCG), UNE ORGANISATION SOLIDE AU PROFIT DU DEVELOPPEMENT DES PAYS DU GOLFE

L’Arabie saoudite a accueilli le 42e sommet du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) le mardi 14 décembre dernier Des dirigeants de six pays membres ont ainsi  exploré différents moyens de renforcer davantage les liens et de promouvoir la coopération à tous les niveaux.

Mais qu’est-ce le CCG ?

Le sommet DU CCG  se tient chaque année pour discuter des progrès réalisés au niveau du renforcement de l’intégration et de l’interdépendance entre les États du Golfe dans les domaines économique, commercial, éducatif et culturel, afin d’améliorer le développement de leurs pays et de leurs populations.

Le 9 février 1981, lors de la première session du sommet du CCG, les ministres des Affaires étrangères ont signé un document fondateur du Conseil de coopération du Golfe, qui comprenait six États: l’Arabie saoudite, Bahreïn, le Koweït, le Qatar, Oman et les Émirats arabes unis. Axé sur les objectifs futurs, il est considéré comme l’un des groupements régionaux les plus réussis.

Réaliser les visions et les espoirs

«Le CCG a été fondé pour promouvoir la sécurité, la stabilité, le développement, la prospérité et le bien-être pour les citoyens des pays du Golfe. Ils sont notre richesse fondamentale et nous permettent de réaliser nos visions et nos espoirs», a déclaré le roi Salmane.

En chiffres, le CCG a réussi à unifier 68 lois et règlements du Golfe, et 116 lois et règlements indicatifs du Golfe. Il a également créé 42 institutions conjointes du Golfe dans le domaine de la coopération technologique et économique, et 26 organisations du Golfe opérant sous l’égide du CCG. Il a également signé 17 accords et stratégies de développement conjoints.

 «Les pays du Golfe cherchent toujours à renforcer la coordination et la coopération, et à échanger des expériences dans tous les domaines», a indiqué l’ambassadeur saoudien à Oman, Abdallah al-Anzi, à Arab News.

Des sommets réguliers

Au cours des quarante dernières années, le CCG a tenu 41 sommets annuels, quatre sommets extraordinaires, 17 sommets consultatifs et 5 sommets conjoints.

Les pays du CCG figurent en tête de la liste des 30 pays les plus sûrs du monde dans le contexte de la pandémie mondiale.

«Ce qui a été réalisé tout au long de l’histoire du CCG nous rend fiers», a déclaré le président des Émirats arabes unis, cheikh Khalifa ben Zayed al-Nahyane.

Investissement personnel du  prince héritier

De manière pratique, avant le lancement du 42e sommet du CCG qui vient de s’achever le mardi 14 décembre, le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, s’est rendu dans les cinq pays membres du CCG afin de renforcer les liens entre les pays membres. Par la suite, les dirigeants des pays du Golfe sont arrivés à Riyad, le mardi, pour le 42e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG).

Le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a tout d’abord reçu la délégation omanaise, dirigée par le vice-Premier ministre, avant d’accueillir dans la capitale saoudienne le cheikh Mohammed ben Rachid al-Maktoum, vice-président des Émirats arabes unis et émir de Dubaï.il a ensuite  reçu son homologue koweïtien, Mishaal al-Jaber al-Sabah; l’émir qatari, Tamim ben Hamad al-Thani; et le roi Hamad de Bahreïn, à leur arrivée à Riyad.

De son côté, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Faisal ben Farhane, avait souligné que ce sommet se tenait à un moment délicat et sensible. Dans ce sens La sécurité de la région a constitué  un point clé de cette rencontre.

kemebrama@hotmail.com

Source :ArabNews

Laisser un commentaire