samedi, décembre 15, 2018
Accueil > Actualités > LE PRÉFET D’ABIDJAN SUR LE PONT GÉNÉRAL DE GAULLE AFIN DE COMPRENDRE LES CAUSES ET ENDIGUER LES DIFFÉRENTS ACCIDENTS

LE PRÉFET D’ABIDJAN SUR LE PONT GÉNÉRAL DE GAULLE AFIN DE COMPRENDRE LES CAUSES ET ENDIGUER LES DIFFÉRENTS ACCIDENTS

Le préfet d’Abidjan, Monsieur  Vincent Toh Bi , a effectué une visite sur le pont De Gaulle, le mardi 23 octobre 2018. Il était accompagné pour la circonstance par, le commandant du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), Colonel Sako Issa, le  chef de district de police d’Adjamé, Cissé Zakaridja, le directeur régional des Transports des Lagunes, madame  Dao Makouara  et d’autres responsables de services techniques liés à  la réglementation du  monde du transport à Abidjan.

Interrogé par la presse sur les lieux de la visite, le préfet a affirmé que : « La finalité de notre visite, c’est de constater de nous-mêmes les mesures qui peuvent être suggérées et être portées à notre hiérarchie, notamment le respect des limitations de vitesse dans les virages, la nécessité de revoir l’état des véhicules, l’application des consignes de prudence données par les différents ministères et d’une manière générale, faire attention quand on aborde ce virage »

Pour lui donc, des accidents arrivent dans la vie de tous les jours. Ils sont dus de manière générale à l’environnement, l’imprudence humaine, la qualité technique des engins et à bien d’autres causes. Malgré tout, il a tenu à insister   sur le fait que ses accidents peuvent certes survenir mais : « quand ils se produisent plus d’une fois au même endroit, cela nous interpelle, nous responsables de la sécurité et du bien-être des populations. »

En  partant de ce constat, il s’est interrogé en ces termes : «  quelles sont les raisons particulières de la chute des voitures dans la lagune ?  Quelles recommandations formuler pour éviter de tels accidents spectaculaires ? »

Pour lui, ces interrogations se justifient dans la mesure où en ce même endroit du  pont général De Gaulle, une camionnette blanche avait fait une chute dans la lagune le 04 octobre 2018.Cette chute avait causé la mort de deux personnes .Mais ce qui paraît incompréhensible, c’est qu’avant ce drame, un autre Camoin avait fait une chute en ce même lieu pratiquement dans les mêmes circonstances.

Interrogé  à son tour par la presse, le commissaire divisionnaire de police, chef de district de police d’Adjamé, Cissé Zakaridja, a indiqué que l’enquête pour ce drame du 04 octobre, était toujours en cours afin de déterminer si l’accident était effectivement dû à une défaillance technique du véhicule ou à une imprudence du conducteur .Cependant il a tenu à préciser que : « le plus important est qu’il faut procéder à une sensibilisation de nos compatriotes notamment lorsqu’ils amorcent un virage, au respect de la limitation de vitesse ».

De son côté, le Colonel Sako Issa, commandant du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), a insisté sur le fait que, la vitesse est un des facteurs les plus importants dans les cas d’accidents. Pour lui : « si le véhicule roulait à une vitesse raisonnable, il aurait pu faire un accident mais pas avec un impact aussi grand »

Pour sa part, le directeur régional des Transports des Lagunes, madame  Dao Makouara a estimé qu’. « Il est bon de demander aux usagers d’observer les règles de conduites, de respecter le code la route et surtout d’être prudents et vigilants. Il y a beaucoup d’accidents certainement parce que les gens ne respectent pas le code de la route »,

Au sortir de ces différentes interventions, ce qui est à saluer à travers cette visite de terrain, c’est la volonté de nos autorités d’endiguer la série d’accidents qui ne cessent d’endeuiller les familles surtout qu’on tend allègrement vers les fêtes de fin d’années généralement marquées par les drames routiers.

kemebrama@hotmail.com