jeudi, octobre 29, 2020
Accueil > Actualités > Africaine > LE STOCKAGE DE PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX INQUIÈTE AU MALI

LE STOCKAGE DE PRODUITS CHIMIQUES DANGEREUX INQUIÈTE AU MALI

Du nitrate d’ammonium sert surtout à produire des engrais

Par crainte que le scénario de l’explosion de Beyrouth ne se répète, la région de Kayes surveille de près ses stocks de nitrate d’ammonium.

C’est un sujet désormais polémique au Mali depuis les explosions dans le port de Beyrouth au Liban le 4 août dernier. Environ 3.050 tonnes de nitrate d’ammonium ont été transportées du port autonome de Dakar avec, comme destination finale, les mines d’or de la région de Kayes au nord-ouest de Bamako. Les autorités régionales mais aussi les populations civiles surveillent désormais les lieux de stockage de ce produit chimique.

Au sein de la société civile de Kayes, plusieurs associations alertent en effet depuis plusieurs semaines les autorités régionales sur la nécessité de prendre des dispositions pour éviter tout accident en lien avec la grande quantité de nitrate d’ammonium qui a transité par la ville.

Mamedy Dramé est le président du FARK, le Front d’actions pour la région de Kayes. Il est également membre de l’association Waati Sera :

« Après plusieurs investigations, nous avons appris que des mesures appropriées ont été prises pour l’acheminement des produits (nitrate d’ammonium, ndlr) à destination et que le trajet initial qui était la RN1 (route nationale numéro 1, ndlr) entre Dakar et Kayes a été dévié. Les cargaisons sont parties à environ 15 kilomètres à la ronde avant d’entrer dans la ville pour acheminer le produit vers sa destination finale. »

Cyanure

Selon les autorités régionales, du nitrate d’ammonium mais aussi du cyanure transitent depuis plusieurs années depuis la frontière sénégalaise jusqu’aux sociétés minières basées dans le cercle de Kenieba, dans le sud-ouest de la région de Kayes.

Bata Ndiaye, secrétaire général du Conseil régional de Kayes, estime que sans la tragédie du port de Beyrouth, l’acheminement de ces produits n’aurait pas suscité autant d’intérêt :

« Ce qui est important pour nous, c’est de pouvoir apporter la sécurité nécessaire pour qu’il n’y ait pas d’accident. C’est ce qui a été fait. A ce niveau, la douane peut jouer un rôle important mais aussi le service de l’environnement, notamment la Direction régionale de l’assainissement et du contrôle des nuisances qui a été associée à la démarche. »

Stockage

Selon Fousseyni Diakité, ex-directeur de l’exploration chez Randgold Ressources Mali, les risques autour du nitrate d’ammonium sont avant tout liés aux conditions de stockage :

« La population civile n’a pas accès à l’ammonium en tant que tel. Parce qu’il est utilisé seulement dans l’industrie chimique et dans les mines, hors de l’usage commun de la population. Les risques c’est lorsqu’il stocké en grande quantité quelque part. A ce moment il peut y avoir des explosions. Le risque pour la population est lié au stockage. »

Le nitrate d’ammonium est utilisé comme explosif dans les mines est également utilisé dans le domaine agricole, notamment pour la fabrication d’engrais chimiques.

Enfin, les autorités de Kayes n’ont pas été en mesure de nous donner de détails quant à la sécurité du stockage de ces 3.000 tonnes de nitrate d’ammonium livrées depuis Dakar.

DW

Laisser un commentaire