samedi, octobre 31, 2020
Accueil > Actualités > MALI: AU MOINS 30 VILLAGEOIS ET 09 SOLDATS TUES PAR DES HOMMES ARMES EN DEUX JOURS

MALI: AU MOINS 30 VILLAGEOIS ET 09 SOLDATS TUES PAR DES HOMMES ARMES EN DEUX JOURS

Au Mali, les victimes des tueries ne se comptent plus. C’est ainsi qu’au moins trente civils dont des femmes, enfants et vieillards ont été tués le mercredi 1er juillet  02  2020 dans l’attaque de plusieurs villages Dogon dans le centre du Mali, apprend-t-on des sources locales. Dans le même contexte ; neuf soldats maliens ont été tués le lendemain  jeudi  02 juillet, dans une embuscade tendue alors qu’ils se rendaient sur les lieux où une trentaine de villageois avaient été massacrés la veille dans le centre du pays selon le porte-parole de l’armée.

De manière précise dans le centre du Mali, des hommes armés surgis sur des pick-up ont tué 30 civils, hommes, femmes, enfants et vieillards, dans l’attaque de plusieurs villages dogons. C’est une nouvelle attaque qui vient plonger le Mali en pleine crise politico-sécuritaire et en proie aux violences djihadistes et communautaires.

Les sources sécuritaires ont également signalé des disparus et d’importants dégâts matériels. C’est dans le même secteur de Bankass qu’une trentaine de villageois avaient été tués mi-février à Ogossagou, où 160 civils avaient déjà été massacrés un an plus tôt.

L’attaque contre les soldats de l’armée régulière s’est déroulée à l’entrée de Gouari, l’un des villages dans lesquels des hommes armés ont massacré une trentaine de civils mercredi. Un détachement militaire a été envoyé sur place à la suite d’informations sur une nouvelle attaque, quand il est tombé dans un guet-apens tenu par des assaillants.

Pour l’heure, l’on ne sait si les soldats disparus sont toujours en vie ou pas. Ces derniers jours, des attaques se sont multipliées dans le centre et le nord du Mali où l’Etat est très peu présent.

Ces nouveaux massacres illustrent à nouveau la dégradation de la situation sécuritaire à laquelle sont en proie le Sahel et le Mali, malgré l’intervention de forces onusiennes, africaines et françaises. C’est dans cette atmosphère que le mouvement M5-RFP avait appelé à la démission du président Ibrahim Boubacar Kéita.

by Ridouane Soglonou  3 juillet 2020 in Société, Mali

Laisser un commentaire