vendredi, octobre 30, 2020
Accueil > Actualités > MARCHES DE L’OPPOSITON : DÉGÂTS HUMAINS ET MATÉRIELS CONSTATES

MARCHES DE L’OPPOSITON : DÉGÂTS HUMAINS ET MATÉRIELS CONSTATES

Au cours de cette journée du 13 août 2020, des marches éclatées  de  l’opposition ont éclaté dans certaines villes du pays .Selon les informations recueillies sur les réseaux sociaux et les agences de presse étrangères, elles se sont déroulées dans les villes telles que Bonoua, Dabou, Saouia, Elibou sur l’Autoroute du Nord

Dans ces villes notamment, bonoua, Dabou, Daoukro, les jeunes ont brulé des pneus à certains endroits. Par ailleurs, des affrontements ont éclaté en plusieurs endroits, entre manifestants et forces de l’ordre. Les réseaux sociaux ont présenté des groupes de manifestants érigeant des barricades et brûlant des pneus dans différents endroits .Et pourtant ces  manifestations, avaient été interdites, la veille, dans un communiqué du ministre ivoirien de l’Administration du territoire, Sidiki Diakité, qui avait été lu à la télévision publique.

La ville d’Abidjan a connu quelques remous comme ce fut le cas à Yopougon,  le quartier le plus peuplé de la capitale politique ivoirienne.

La ville de  Daoukro, fief du Président du PDCI, Henri Konan Bédié était déjà en ébullition à la veille, le mercredi 12 août. Ces manifestations contre la candidature à l’élection présidentielle du président Ouattara se sont soldées par des actes de vandalismes des pertes en vie humaines oscillaient entre un et trois selon diverses sources. Le siège local du RHDP, le rassemblement présidentiel, a été saccagé. En riposte, les jeunes du RHDP ont mis à sac celui du parti dirigé par Bédié. ».

Le bilan  de ces marches varie selon les sources d’information .Cependant,Les chiffres oscillent entre 04 et 05 selon un premier bilan, non officiel, délivré à Jeune Afrique par un haut gradé de la police. Ce dernier estime qu’il y aurait eu au moins cinq personnes tuées au cours de ces heurts manifestants. Une source sécuritaire et des témoins ont fait état d’au « moins trois morts » à Daoukro (centre), fief de l’ex-chef d’Etat et candidat à la présidentielle Henri Konan Bédié, lors d’affrontements mercredi entre ses partisans et des jeunes favorables à Ouattara.

Dans cette même veine : « un jeune de 18 ans a été tué jeudi à Bonoua (sud-est, 50 km d’Abidjan) lors de heurts entre manifestants et forces de l’ordre » a annoncé l’AFP le maire de la ville, Jean-Paul Améthier.

Dans cette ville de bonoua au sud du pays des manifestants armés de gourdins, de pierres, ont saccagé le commissariat de police et passé à tabac le commissaire de la ville. En effet, une vidéo relayée sur les réseaux sociaux présente le commissaire de police en train d’être brutalisé par les opposants qui s’élèvent contre un  troisième mandat du  Prédisent Alassane Ouattara

Le président Alassane Ouattara, 78 ans, élu en 2010 puis réélu en 2015, a annoncé qu’il allait se présenter à la présidentielle du 31 octobre pour un troisième mandat, ce dont l’opposition lui conteste le droit.

Rappelant qu’il avait initialement décidé de passer la main à son Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, mais invoquant un « cas de force majeure » après son décès le 8 juillet, le président Ouattara a expliqué avoir « reconsidéré sa position ».

Il est bon de signaler que le mercredi 12 août ; Nestor Dahi, président de Ensemble pour la Démocratie et la Souveraineté (EDS), coalition proche du Front populaire ivoirien (FPI) de l’ex-président Laurent Gbagbo avait déclaré : « Nous, jeunesse des partis politiques d’opposition (…) demandons à toute la jeunesse ivoirienne et à tout le peuple ivoirien de se joindre à notre manifestation jeudi pour contester contre cette forfaiture de trop. »«

Outre EDS, le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI, principale formation d’opposition) et Générations et peuples solidaires (GPS), proche de l’ancien président de l’Assemblée nationale Guillaume Soro, composent la plateforme de la jeunesse de l’opposition.

kemebrama@hotmail.com

Laisser un commentaire