samedi, décembre 7, 2019
Accueil > Actualités > NORVEGE : LA POLICE « REINTERPRETE » LA LOI POUR INTERDIRE LE FAIT DE BRULER LE CORAN

NORVEGE : LA POLICE « REINTERPRETE » LA LOI POUR INTERDIRE LE FAIT DE BRULER LE CORAN

Un exemple récent de Coran brûlé par Stop Islamisation of Norway (SIAN) dans la ville de Kristiansand, que certains ont qualifié de première en Norvège, a déclenché un débat passionné sur l’acceptation de telles actions et la collision perçue entre la liberté d’expression et la liberté religieuse.
Alors que la police est finalement intervenue pour arrêter la manifestation de SIAN au milieu d’une bagarre entre les militants et leurs opposants, ils agissaient sur un nouvel ordre explicite du directeur de la police, Benedicte Bjornland, a rapporté la chaîne norvégienne NRK.
« La violation du Coran pourrait, dans un contexte donné, constituer une violation de l’article du Code criminel sur les discours haineux », a déclaré M. Bjornland, cité par le radiodiffuseur.
Bjornland a déclaré que les cas de brûlage de tous les symboles religieux doivent être traités de la même manière et correctement.
Le message est le suivant : « Si vous le faites encore, nous l’empêcherons », a déclaré M. Bjornland, admettant que l’évaluation de l’opportunité d’intervenir dans le domaine de la liberté d’expression et de réunion est une question difficile. « Tout le monde devrait prendre la parole tant qu’il n’enfreint pas les lois, en l’occurrence le Code criminel. Nous ne sommes pas une police d’opinion, mais nous avons des conseils, et quand nous voyons des violations des directives données, nous intervenons« .
L’une des principales raisons de cette nouvelle interprétation est l’évaluation de la menace faite par le Service de sécurité de la police (PST) selon laquelle les combustions publics du Coran pourraient mener à de graves représailles par vengeance contre la Norvège.
« Il est vrai qu’au cours des derniers mois, le PST s’est inquiété des conséquences que peut avoir le fait de brûler le Coran. Nous y voyons un événement déclencheur d’actes de violence, et nous avons fourni une description de la situation à la police », a déclaré Martin Bernsen, conseiller principal du PST, cité par NRK.
Suite à la manifestation à Kristiansand, un membre de SIAN a été arrêté pour non-respect des ordres de la police.
Le maire de Kristiansand, Harald Furre, qui était présent lors de la manifestation de SIAN, a condamné ces actions.
« J’aurais aimé que la police intervienne plus tôt et empêche cela », a dit Furre.
Le chef de la police du district d’Agder, Morten Sjustol, a qualifié ces actions de controversées, soulignant qu’elles suscitent un engagement fort.
Le Ministère turc des affaires étrangères a ensuite condamné la destruction par le feu du Coran, soulignant sa profonde préoccupation face à la discrimination contre les musulmans, la haine de l’Islam et les attaques contre les mosquées en Europe occidentale en général.
Le leader de SIAN, Lars Thorsen, a qualifié l’action de « bonne façon de visualiser le pouvoir négatif que représente l’Islam » et a clairement indiqué que les reprises de l’action ne doivent pas être exclues.
Stop à l’islamisation en Norvège remonte au début des années 2000 et prétend contrer la prolifération de l’islam, qu’il considère comme une idéologie politique totalitaire qui viole la Constitution norvégienne ainsi que les valeurs démocratiques et humaines.
nouvelordremondial

Laisser un commentaire