mercredi, février 24, 2021
Accueil > Actualités > NOURIN MOHAMED SIDDIG : L’ART AFRICAIN DE LA RECITATION DU CORAN

NOURIN MOHAMED SIDDIG : L’ART AFRICAIN DE LA RECITATION DU CORAN

Les médias sociaux ont permis une renaissance des styles africains uniques de récitation coranique, qui étaient autrefois dominés par les traditions du Moyen-Orient. Comme le rapporte Isma’il Kushkush, une voix du Soudan en est venue à illustrer ce que le continent a à offrir.

Lorsque Nourin Mohamed Siddig a récité le Coran, les gens du monde entier ont décrit son ton comme triste, émouvant et romantique.

Sa sonorité unique fait de lui l’un des récitants les plus populaires du monde musulman.

En conséquence, son décès à l’âge de 38 ans dans un accident de voiture au Soudan en novembre a été pleuré du Pakistan aux États-Unis.

« Le monde a perdu l’une des plus belles voix de notre temps », a tweeté l’imam Omar Suleiman du Texas.

Hind Makki, une éducatrice interconfessionnelle sudano-américaine, explique qu’il s’agit d’une qualité difficile à décrire.

« Il y a une authenticité africaine que les gens soulignent même s’ils ne sont pas capables d’exprimer exactement ce qu’elle est et qu’ils l’aiment », dit-elle.

La comparaison faite avec la musique Blues n’est pas un accident.

Selon l’historienne Sylviane Diouf, les chants, les prières et les récitations des esclaves musulmans d’Afrique de l’Ouest, qui peuvent ressembler à ceux des musulmans de la région du Sahel jusqu’au Soudan et à la Somalie, peuvent avoir contribué à la création de « la musique afro-américaine distinctive du Sud qui a évolué vers le holler et finalement le Blues ».

Selon la tradition, le Coran, le livre sacré de l’Islam, est généralement récité de manière chantante, encouragé par le prophète Muhammad (psl), qui a dit aux gens qu’il fallait « embellir le Coran avec vos voix ».

Lieux différents, Approches différentes

Elle est particulièrement appréciée lorsque de grands nombres se rassemblent pour des occasions religieuses telles que les prières du soir du mois de Ramadan, « taraweeh ».

Il existe même plusieurs concours internationaux de récitation. Cependant, on oublie parfois qu’il existe de nombreuses approches pour réciter le Coran.

Différents styles peuvent être entendus lors de conférences de récitation comme celle-ci au Bangladesh en 2017

Le ton et l’articulation de celles-ci peuvent varier en fonction de la géographie, de la culture et des expériences historiques dans le vaste monde musulman au-delà de son cœur au Moyen-Orient.

Les récitations de Siddig et sa mort prématurée ont attiré l’attention sur un style africain traditionnel. Il a repris le ton en étudiant dans une école coranique traditionnelle de son village d’al-Farajab, à l’ouest de la capitale, Khartoum, au milieu des années 1990.

Lorsqu’il a ensuite déménagé à Khartoum, il a dirigé les prières dans plusieurs des principales mosquées de la ville et a attiré l’attention des gens. Sa notoriété s’est étendue dès que des vidéos de lui ont été mises en ligne sur YouTube.

Al-Zain Muhammad Ahmad est un récitant soudanais du Coran.

Alors que les sons décrits comme reflétant une gamme heptatonique de sept notes sont populaires au Moyen-Orient, la récitation de Siddig reflétait la gamme de cinq notes ou pentatonique qui est commune dans les régions à majorité musulmane du Sahel et de la Corne de l’Afrique.

« C’est le ton de l’environnement dans lequel j’ai grandi, le désert ; on dirait du dobeit [genre de musique folklorique soudanaise] », explique Al-Zain Muhammad Ahmad, un autre récitant soudanais populaire.

« Les récitants du Levant récitent selon les mélodies qu’ils connaissent, comme le font ceux d’Égypte, du Hijaz, d’Afrique du Nord et d’ailleurs ».

Cette opinion est soutenue par des musicologues tels que Michael Frishkoph, professeur de musique à l’université d’Alberta au Canada.

S’il met en garde contre le risque de regrouper l’Afrique subsaharienne en une seule tradition sonore, il confirme que la gamme pentatonique est largement présente dans la région.

« En général, on ne trouve pas de récitation pentatonique ou hexatonique [six notes] en Égypte, alors qu’on en trouve au Niger et au Soudan, au Ghana et en Gambie ».

L’imam Omar Jabbie, d’Olympia, dans l’État de Washington, est diplômé de la prestigieuse université islamique de Médine, en Arabie saoudite. Il est né en Sierra Leone et a d’abord appris à réciter le Coran avec des enseignants au Sénégal et en Gambie.

« C’est là que j’ai appris de nombreux tons coraniques », explique-t-il.

Au cours des dernières décennies, les styles de récitation du Coran du Moyen-Orient ont commencé à dominer dans de nombreuses régions d’Afrique et dans le monde entier, en particulier dans les zones urbaines.

Les auditeurs du Coran avaient accès à des enregistrements par le biais de disques vinyles, d’émissions de radio sur ondes courtes, de cassettes audio et de CD, produits et distribués ou vendus par des organisations provenant principalement d’Égypte et d’Arabie saoudite.

Les étudiants égyptiens de retour de l’université Al-Azhar et de l’université islamique de Médine, ainsi que l’impact des organisations caritatives financées par le Golfe, ont également contribué à diffuser et à populariser ces styles du Moyen-Orient auprès de nombreux récitants dans le monde entier, y compris ceux d’Afrique subsaharienne, certains d’entre eux excellant même dans cette approche.

Certains l’ont considéré, et l’ont propagé, comme plus authentique, ce qui s’est parfois fait au détriment des traditions locales.

Siddig aurait étudié le Coran sur des planches comme celle-ci où les versets sont écrits à la main

Mais l’internet et les médias sociaux en particulier ont suscité un regain d’attention, surtout de la part de la jeune génération, pour les voix traditionnelles.

« Les forces démocratisantes des médias sociaux et de la technologie moderne ont des effets atténuants sur ces forces historiques », explique le professeur Mbaye Lo, qui fait des recherches sur la sociologie de l’Islam

Elebead Elshaifa de Naqa Studio, une société de production médiatique basée à Khartoum et créée en 2016, précise : »Les médias sociaux n’ont pas besoin des mêmes exigences qu’une station de télévision par satellite », dit-il, en soulignant la baisse des coûts et des restrictions légales.

Le texte du Coran est peut-être universel mais le son de la récitation peut changer en fonction de la géographie

Appel mondial

Ahmad Abdelgader, vidéaste amateur, enregistre les récitations de l’imam Jabbi pour sa chaîne YouTube depuis 2017. « L’enregistrement vidéo le plus populaire est la supplication de style africain [du’a] avec plus de deux millions de vues », dit-il. « La plupart des personnes qui regardent ces vidéos viennent de France, où vivent de nombreux musulmans d’Afrique de l’Ouest, suivis par les Etats-Unis ».

Ces enregistrements en ligne ont également attiré l’attention sur différentes écoles de verbalisation du Coran, la qira’at.

Le Coran, pour les Musulmans, aurait été transmis selon sept écoles de verbalisation qui varient légèrement dans la manière de lire certains mots.

La plus connue de ces écoles est aujourd’hui l’école Hafs, mandatée par les Turcs ottomans sur les terres qu’ils ont conquises et qui, par la suite, a été largement enseignée dans les établissements d’enseignement et distribuée par le biais d’exemplaires imprimés du Coran fabriqués au Caire et à La Mecque.

Mais dans certaines parties du monde musulman, notamment dans les zones rurales du continent africain, d’autres écoles de verbalisation ont continué à être utilisées, comme al-Duri au Soudan, que Siddig suivait souvent dans ses récitations.

Son style de récitation rappelait les traditions à la fois universelles et diverses des musulmans et, pour de nombreux adeptes et observateurs, il y a là une leçon claire.

Si le contenu et la lettre du Coran font l’objet d’un large consensus, les différents styles de récitation fournissent un message universel exprimé par une « belle combinaison de son local et de sémantique globale », explique le professeur Frishkoph.

BBC new Afrique

Laisser un commentaire