mardi, janvier 19, 2021
Accueil > Actualités > OIM : AU MOINS 3 174 MIGRANTS SONT MORTS CETTE ANNEE

OIM : AU MOINS 3 174 MIGRANTS SONT MORTS CETTE ANNEE

À l’occasion de la Journée internationale des migrants, les Nations unies déclarent qu’au moins 3 174 migrants sont morts cette année alors qu’ils cherchaient à se mettre à l’abri des persécutions et de la violence ou dans l’espoir d’améliorer leurs conditions de vie.

Selon l’Organisation internationale pour les migrations, le nombre de décès de migrants enregistrés est probablement très sous-estimé. Selon elle, des dizaines de milliers de personnes s’embarquent pour des voyages dangereux à travers les déserts, les jungles et les mers. Plusieurs milliers d’entre elles ne survivent pas, mais leur décès n’est pas enregistré.

Selon l’OIM, le nombre total de décès de migrants enregistrés cette année est inférieur à celui des années précédentes. Toutefois, elle note que le nombre de décès a augmenté de manière significative sur certaines des routes migratoires. Par exemple, le porte-parole de l’OIM, Paul Dillon, affirme qu’au moins 593 décès ont été enregistrés en 2020 sur la route des Canaries en Espagne, contre 45 décès en 2018.

« Une augmentation des décès de migrants a également été enregistrée en Amérique du Sud par rapport aux années précédentes, avec au moins 104 vies perdues – la plupart des migrants vénézuéliens – contre moins de 40 pour toutes les années précédentes », a déclaré M. Dillion.

 « Cela inclut au moins 23 personnes qui se sont noyées au large des côtes du Venezuela le week-end dernier. Quelque 381 hommes, femmes et enfants ont également perdu la vie à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique ».

Cette année, les migrations à l’intérieur et en direction de l’Europe ont fait le plus grand nombre de victimes, soit plus de 1 700. Selon M. Dillon, un nombre important de ces décès sont survenus parmi les migrants d’Afrique subsaharienne.

Selon lui, les migrants ne sont pas que des statistiques. Ce sont des personnes qui apportent une contribution significative à leur pays d’origine, surtout en cette période de coronavirus.

« Ce que nous voyons tous les jours, ce sont les images de médecins, d’infirmières et de personnel de soutien dans les établissements de soins et les maisons de retraite, dont beaucoup sont des travailleurs migrants qui contribuent à la réponse à la pandémie de COVID-19, sauvent des vies, font de longues heures de travail ardu au nom de ceux qui sont frappés par le virus », a déclaré M. Dillion.

Selon M. Dillon, les migrants devraient être accueillis et appréciés pour les services et les rôles bénéfiques qu’ils jouent dans leurs sociétés d’adoption au lieu d’être vilipendés et soumis à la discrimination.

Xavier Jaze by Xavier Jaze in Afrique Actuelle

Laisser un commentaire