samedi, janvier 22, 2022
Accueil > Actualités > PERE MARIUS HERVE DJADJI: « PASSONS PLUS DE TEMPS A EDUQUER NOS ENFANTS QU’A FREQUENTER LES CAMPS DE PRIERES !»

PERE MARIUS HERVE DJADJI: « PASSONS PLUS DE TEMPS A EDUQUER NOS ENFANTS QU’A FREQUENTER LES CAMPS DE PRIERES !»

Les congés anticipés constituent depuis plus d’une décennie, un véritable fléau. Chaque année, à la veille des vacances de Noel, les enfants se mettent eux-mêmes en congés avec en prime des dégâts matériels et humains conduisant parfois à des morts.

Au vu de cette situation qui est le reflet de la démission de tous (Etat, Parents, Société, etc.) le Père Marius Hervé Djadji (du diocèse de Yopougon)  exprime son ras-le bol  en s’attaquant à tous les acteurs de la vie sociale y compris les Religieux

Plume Libre revient sur son intervention : passons plus de temps à éduquer nos enfants que dans les camps de prière

Ndlr : Le titre est de la Rédaction de Plume Libre

Au lieu de vous enfermer dans les temples et rues pour crier alléluia amen, tomber en transe ou se promener pour applaudir des hommes politiques, chers parents, allez dire à vos enfants qu’on ne se donne pas un congé à l’école. Demain ils vont devenir rebelles, sorciers, brigands et vous allez courir partout pour chercher psaume de délivrance. C’est en famille qu’il faut jouer son rôle de fidèles engagés, de voyants et de prophètes.

Transformez vos familles, évangélisez vos familles, c’est la famille qui est le premier lieu de l’évangélisation, le premier sanctuaire disait le pape Jean Paul II. On n’abandonne pas sa famille et les enfants aux filles de maison pour aller organiser des campagnes d’évangélisation et passer des jours dans les retraites. Le premier lieu à purifier c’est la famille, le premier démon à chasser c’est dans la famille. Si chacun purifie sa famille, nous aurons une société selon le cœur de Dieu.

On n’abandonne pas les enfants pour écouter les soi-disant coachs et influenceurs ou pour commenter les formes et démarches des gens sur Facebook. Au lieu de se concentrer sur tout ce qui se passe sur les réseaux sociaux, concentrez-vous sur l’éducation des enfants.

Si les week-ends où il faut au moins rester à la maison pour éduquer les enfants, pour parler à vos enfants, vous partez chasser les démons dans les rues ou vous êtes dans les funérailles et dots, les enfants décideront d’eux-mêmes ce qu’il faut. Si vous passez le temps dans les camps de prière, si vous passez le temps dehors dans les maquis, si vous faites l’opération : « chacun est dehors », ne soyez pas étonnés que les enfants décident de leur éducation, s’imposent un libertinage et deviennent leurs propres parents.

Étant donné que les vieux du village et satan ont le dos large, vous allez les accuser d’être à l’origine de l’échec de l’enfant ou du fait qu’il ne trouve pas un travail. Quel employeur sérieux qui va engager quelqu’un qui se donne des vacances? Quelle université étrangère sérieuse qui acceptera l’inscription d’un enfant venant d’un établissement où les enfants sont au-dessus du ministère et des enseignants ?

Les mouvements de jeunesse et d’enfance dans nos villages et quartiers qui étaient des lieux de formation humaine sont devenus des groupes de soutien aux hommes politiques.

A l’Église, les mouvements d’enfance et de jeunesse catholique sont devenus des lieux d’élection miss et de propagande de danses et chants vicieux, des mouvements d’alcoolisme. On apprend maintenant à nos élèves à prêcher dans les rues pour devenir des prophètes, des bergers, des visionnaires puisque les adultes modérateurs, prophètes, prédicateurs disent que ce sont des métiers qui méritent rémunérations des clients comme la médecine, la comptabilité, le secrétariat au lieu de former les élèves à la recherche scientifique et à la vraie foi qui agit dans le travail.

Chers parents, Dieu vous posera la question: Qu’avez-vous fait des enfants que je vous ai donnés?

Aux hommes politiques et gouvernants : si vous passez le temps à vous afficher avec des médiocres et à honorer les paresseux, si vous soutenez ceux qui affirment que l’école n’est pas importante, si les médias sont devenus des lieux pour démontrer les stratégies d’escroquerie et de recherche de gains faciles, si les Miss reçoivent éloges et plus de dons que les vainqueurs de concours en mathématique ou en droit, il est tout à fait normal que les enfants se donnent des congés en bastonnant les enseignants puisque la science n’est rien dans ce pays.

Père Marius Hervé Djadji du diocèse de Yopougon

contact : lajoiedeprier.nguessan@yahoo.fr

Laisser un commentaire