mercredi, janvier 20, 2021
Accueil > Actualités > SAKASSOU/RÉGION DU WALÈBO : LA REINE DES BAOULÉ RÉAFFIRME SON AUTORITÉ

SAKASSOU/RÉGION DU WALÈBO : LA REINE DES BAOULÉ RÉAFFIRME SON AUTORITÉ

Le jeudi 23 mai 2019 Sa Majesté Nanan AKOUA Boni 2, Reine du Royaume Baoulé a présenté son gouvernement devant les 39 chefs de canton du pays Baoulé et les 172 chefs traditionnels du département de Sakassou, siège du Royaume.

L’honorable Louis Habonouan, PCA de l’ONEP est nommé conseiller spécial de Sa majesté, chargé de la veille stratégique au niveau du Royaume.

Après cette intronisation ce dernier a tenu à faire les points suivants

Depuis un certain temps, Nanan Akoua Boni II, IIIè Reine du Royaume baoulé et XIVè dans l’ordre de succession des Souverains au trône, fait l’objet de contestation de son pouvoir par une frange de ses sujets.

Le jeudi 23 mai 2019, elle a convoqué les 29 chefs de tribus du Walêbo et ses sujets qui répondent toujours d’elle, ainsi que certains chefs de cantons dont Nanan Boigny N’Dry III, chef du canton Akoué et Nanan N’Goran Koffi II, chef de canton Faafouè, à sa résidence. Ce, pour présenter officiellement l’organisation et le démembrement du royaume baoulé.

Il a été aussi question de rétablir la vérité sur l’ordre successoral dans le Royaume baoulé. Des cadres de la région dont Louis Habonoua, président du conseil d’administration de l’Onep (Office national de l’eau potable) était présent.

Il est mentionné clairement que le conseil du royaume baoulé est placé sous l’autorité de sa Majesté Nanan Akoua Boni II, Reine du royaume Baoulé. Autre fait notable, le bureau du conseil du royaume baoulé est composé de 7 chefs de cantons.

Aussi, cette rencontre a été l’occasion pour la Cour Royale de clarifier, une bonne fois pour toute, la procédure successorale à la tête du Royaume baoulé.

Dans une interview que le chef du village de Sakassou, Nanan Kouadio Kouassi, a accordée à un journaliste de la place, il affirme tout d’égo qu’en pays Walêbo, un roi ne se fait pas introniser en public. «Il y a des processus à suivre selon les us et coutumes et ce n’est pas parce qu’on a assuré l’Atchouin qu’on doit se faire introniser Reine », a-t-il martelé. « Faux », rétorque, la Cour royal à travers son porte-parole. « C’est celui ou celle qui a assuré l’Atchouin qui devient automatiquement l’héritier ou l’héritière du trône », a-t-il fait savoir.

Toujours selon le chef du village de Sakassou, dans la cour royale il y a deux chaises. Une pour la Reine-mère et une autre pour le Roi. « Archi-faux », réplique, le porte-parole de la cour royale. «Dans la cour royale, il n’y a pas deux chaises. Mais bel et bien une seule chaise royale qu’occupera le Roi ou la Reine au moment de la succession », a-t-il avoué.

Pour sa part, Nanan Boigny N’Dri III, chef de canton Akouê, est revenu sur l’ordre successoral dans le Royaume baoulé. « Dans le royaume baoulé tant que dans la lignée qui a droit à la succession, il y a des personnes vivantes, on ne peut pas passer à une autre lignée. Par conséquent, dans le cas présent, le fils de la Reine actuelle ne peut pas héritier du trône », a-t-il souligné.

kemebrama@hotmail.com

Source : Sercom LH

Laisser un commentaire