dimanche, novembre 1, 2020
Accueil > Actualités > SOCIÉTÉ: QUAND LA COMMÉMORATION DU MAHOULID VA AU DELÀ DU FAIT RELIGIEUX

SOCIÉTÉ: QUAND LA COMMÉMORATION DU MAHOULID VA AU DELÀ DU FAIT RELIGIEUX

Les Musulmans vivant en Côte d’Ivoire, à l’instar de nombreux musulmans de l’Afrique de l’ouest, viennent de célébrer le Mahoulid ou la commémoration de la naissance du prophète Muhammad (saw) Cette célébration s’est déroulée dans la nuit du samedi 09 au dimanche 09 novembre 2019. Cependant, constat nouveau, d’autres manifestations auront lieu en cours d’année. Cela est devenu une constante si bien que certaines personnes affirment que la notion du Mahoulid devient « élastique »

Qu’à cela ne tienne, c’est que dans la nuit du samedi 09 au dimanche 10 novembre, les mosquées d’Abidjan et celles et de l’intérieur du pays ?ont refusé du monde. Les fidèles ont passé la nuit ou la plus grande partie de la nuit à parler de la vie du prophète Muhammad (saw) à prier, à écouter des conférences à faire le zikr ou invocation. En un mot, la spiritualité a été de mise.

Dans ce sens, la célébration officielle de cette commémoration s’est déroulée à la mosquée du Golf  à  la Riviera-Palmeraie, en présence du  Président de la République, Son Excellence Monsieur  Alassane Ouattara, de plusieurs membres musulmans du gouvernement de même que de nombreux diplomates de pays musulmans accrédités en Côte d’Ivoire. En cette occasion, de nombreux messages de paix et de cohésion sociale ont été lancés.

Mais au-delà du fait religieux, le Mahoulid comme c’est le cas les autres années, a occasionné un déplacement massif des populations des différentes régions du pays vers les zones fortement islamisées notamment au  Nord et à  l’Est de la Côte d’Ivoire.

En effet, ce sont des centaines de cars qui se sont déplacés pour aller du côté d’Odienné, de Mankono, de Samatiguila au nord mais également de Bondoukou, Sandégué, Tanda, Kong etc. Mais en  plus des cars, les avions ont été beaucoup sollicités par les cadres de la région

Ces zones ont donc vu leurs populations doubler, tripler ou même quintupler pour certaines. En cette occasion, ce sont des milliers de personnes qui se sont rendues dans leurs villes ou villages avec les mains chargées de cadeaux, avec des sommes d’argent pour les offrir aux parents comme cela se fait depuis des lustres Comme paquinou en pays baoulé, ce sont de centaines des milliards qui ont été dépensés en transport,nourriture,cadeaux,habillement,etc selon des études économiques réalisées par des spécialistes .

????????????????????????????????????

En réalité, c’est que le Mahoulid, au-delà de son aspect religieux, revêt un caractère socio économique.

Au niveau  social, ce fait religieux est devenu  un facteur de retrouvaille annuel des filles et fils des régions comme c’est le cas avec la fête de Pâques ou « Paquinou » en pays baoulé C’est l’occasion pour les ressortissants de ces zones fortement islamisées de se retrouver pour non seulement parler Religion, mais surtout, de Développement, de cohésion sociale, mais également de célébrer des mariages

Dans les régions d’Odienné, de Séguéla, de Kong, de Mankono pour ne citer que ces grandes villes, pendant la période du Mahoulid, des écoles sont offertes, des ponts sont construits, des querelles sont aplanies. Les mutuelles de développement se réunissent et posent des actes allant dans le sens du développement.

Dans la région du Denguélé avec pour capitale Odienné, aujourd’hui, le Mahoulid sous l’impulsion des cadres de la région, voit le déferlement des populations à Keleindjan dans le département de Samtiguila où se trouve le cheikh Boiké Samassi et ensuite, à Dabadougou avec Daba Doumbia et la fin de toutes ces cérémonies se déroule à Odienné en grande pompe.

Au-delà de ces impacts économiques et sociaux on a également un impact culturel certains notamment à l’Est de la Côte d’Ivoire dans la les zones de Bondoukou de Yorobodi de Bouandougou, etc. Dans ces zones, ce sont des mariages qui sont célébrés en groupes avec tout ce que cela entraine comme réjouissance

Le mahoulid devient  donc cela un facteur de cohésion de développement

Des points de vue divergents

Mais comme il faut s’y attendre, le point de vue diffèrent en fonction des tendances internes propres à l’islam

Une « bida » ou innovation selon  les wahhabites

En effet, dans la tendance wahhabite, à chaque approche du Mahoulid, ce sont les éternels prêches contre ce fait religieux qui relève selon les partisans de cette tendance du « bida » ou innovation. Ces derniers partent du fait que le prophète Muhammad (saw) ne l’ayant pas commémoré, cette célébration est un acte qui n’est pas en conformité avec l’orthodoxie islamique.

Un acte permis selon la tendance malékite

Nombreux par contre parmi  les Musulmans de la tendance malékite, n’y voient pas d’inconvénient à condition que cette commémoration ne soit pas l’occasion de commettre des actes anti-islamiques. Et cette position a été défendue par l’imam Cissé Abdallah de la grande mosquée du plateau (mosquée Salam) dans son sermon du vendredi 08 novembre 2019.

L’imam Cissé Djiguiba: « oui mais….»

Pour ce dernier, la commémoration du Mahoulid n’est pas une mauvaise chose en soit car elle permet non seulement de parler de la vie du prophète Muhamed (saw) mais en plus, elle constitue une occasion pour les ressortissants de différentes régions à forte populations musulmanes  de se retrouver et de parler de Développement, Cependant, il insiste sur le fait que : «  il ne  faudrait pas que Mahoulid soit l’occasion  pour poser des actes qui vont à l’encontre de notre religion tels que l’adultère et la fornication,  et d’autres actes non recommandés »

Mais la fin des fins ce qui est palpable c’est qu’au-delà des querelles doctrinales, le Mahoulid constitue pour nous, un puissant facteur de cohésion sociale et de développement

kemebram@hotmail.com

Laisser un commentaire