dimanche, novembre 1, 2020
Accueil > Actualités > TERRORISME : QUI ÉTAIT ABDELMALEK DROUKDEL, LE CHEF D’AL-QAÏDA AU MAGHREB ISLAMIQUE ?

TERRORISME : QUI ÉTAIT ABDELMALEK DROUKDEL, LE CHEF D’AL-QAÏDA AU MAGHREB ISLAMIQUE ?

Abdelmalek Droukdel a été tué dans le nord du Mali le jeudi 04 juin 2020, très exactement, à Talhandak, à 80 kilomètres de Tessalit, le long de la frontière algérienne. L’opération a été déclenchée jeudi. Abdelmalek Droukdel aurait été tué par le tir d’un drone, mais à cette heure, ce point n’est pas confirmé. Un tir suivi d’une opération héliportée avec le déploiement de troupes au sol

Par contre, son décès a été confirmé, il ne fait aucun doute, assurent le colonel Frédéric Barbry, porte-parole des armées. Il y a également un prisonnier, l’un des terroristes qui s’est rendu sans combattre. On ne connaît pas encore son identité.

Mais qui était cet homme qui a donné du fil à retordre à tous les pouvoirs de toute cette zone et même à  la France ?

Né en 1971 dans un quartier pauvre de la grande banlieue d’Alger, Abdelmalek Droukdal rejoint les Groupes islamiques armés (GIA) en 1993.

A la fin des années 90, Abdelmalek Droukdel, ingénieur de formation, participe à la fondation du GSPC algérien (Groupement salafiste pour la prédication et le combat).Avant sa mort, Il  régnait en maître absolu depuis un peu plus de 15 ans sur de nombreux groupes djihadistes d’obédience salafiste en Afrique du Nord et dans le Sahel. Il est d’abord l’émir du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), devenu en 2007 al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) qui a fait allégeance à al-Qaïda.

En effet, élu en Algérie en 1999, le président Abdelaziz Bouteflika réussit à convaincre la plupart des groupes armés de rendre les armes. Le GSPC, lui, refuse. Abdelmalek Droukdal décide alors de se rapprocher d’Al-Qaeda. Son affiliation à l’organisation terroriste d’Oussama ben Laden est confirmée en 2006. En janvier 2007, le GSPC est rebaptisé «Al-Qaeda pour le Maghreb islamique» (Aqmi). L’Afghanistan, il connaît pour y avoir combattu. De retour en Algérie, il est accusé d’avoir commis plusieurs attentats sanglants.

A partir d’octobre 2011, l’émir d’Aqmi cherche à élargir ses activités au Sahel. Il le fera par le biais d’Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghaly, l’un des groupes qui prennent en 2012 le contrôle du nord du Mali jusqu’au lancement en janvier 2013 d’une opération internationale pour les en chasser, France en tête. En mars 2017, le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM) est créé. Il réunit plusieurs formations djihadistes liées à Aqmi sous la direction de Iyad Ag Ghaly. Cette alliance, qui depuis sa création a revendiqué les principaux attentats dans le Sahel, a été placée sur la liste noire américaine des «organisations terroristes».

Son mentor, c’était le terroriste jordanien, Abou Moussab Al-Zarqaoui. Et à son image, Droukdel était décrit comme un dur, doté d’une forte personnalité.

L’armée française revendique également la capture au cours de cette opération d’un cadre important de l’État islamique au Grand Sahara (EIGS), un groupe terroriste rival d’Aqmi qui sévit dans la zone des trois frontières. Le 19 mai dernier, les soldats de l’opération Barkhane capturaient Mohamed el Mrabat, là aussi un vétéran du jihad, chargé du recrutement.

La France vient donc de porter des coups sévères aux deux plus importants groupes terroristes actifs au Sahel.

kemebrama@hotmail.com

Source:AFP

Laisser un commentaire