jeudi, février 27, 2020
Accueil > Actualités > UNE ASSOCIATION JUIVE AU SECOURS D’UN ALBANAIS MUSULMAN, DONT LE PERE SAUVA DES JUIFS DE L’HOLOCAUSTE

UNE ASSOCIATION JUIVE AU SECOURS D’UN ALBANAIS MUSULMAN, DONT LE PERE SAUVA DES JUIFS DE L’HOLOCAUSTE

Plus de 70 ans après l’Holocauste, Muhamet Bicaku, 83 ans, un Albanais de confession musulmane dont le père sauva d’une mort certaine une vingtaine de familles juives, aux heures sombres de l’occupation nazie, bénéficie d’un magnifique élan de solidarité qui le bouleverse profondément.

Alors que le vieil homme n’avait plus que ses yeux pour pleurer, tant le tremblement de terre qui frappa son pays, le 26 novembre dernier, fut dévastateur, et contemplait, affligé, les décombres de sa maison réduite à l’état de ruines, la nouvelle de son malheur s’est rapidement répandue, jusqu’en Pologne.

C’est au crépuscule de sa vie que Muhamet Bicaku mesure pleinement l’importance que représente la figure des « Justes parmi les Nations » aux yeux de la diaspora juive, l’infinie reconnaissance qu’elle leur voue, et à quel point son père Mefail, aidé par son grand frère Njazi, méritèrent d’être élevés à ce rang honorifique en 1996.

Le sachant anéanti et totalement démuni, l’organisation juive « From the Depths », basée en Pologne, dont la vocation première est de commémorer les victimes de la barbarie nazie et d’honorer la mémoire des sauveurs non-juifs, a immédiatement volé à sa rescousse. Ses responsables ont décidé de lancer une collecte de fonds pour restaurer sa maison.

« Le coût des travaux se monte à près de 40 000 euros, et pour l’heure nous avons réussi à réunir la somme de 15 000 euros. La collecte de fonds se poursuit activement », a indiqué mercredi, dans un communiqué de presse, Jonny Daniel, le fondateur de l’association.

Et de poursuivre : « Ils ont répondu au besoin le plus fondamental, l’abri, durant des moments difficiles pour notre peuple, et ont sauvé des vies. Cela coule de source pour nous, aujourd’hui, de nous mobiliser et de rendre la pareille. »

Muhamet Bicaku n’avait que cinq ans lorsque son père se fit un devoir d’héberger des réfugiés juifs, au péril de sa vie. Se retrouvant sans toit à présent, le vieil homme, qui a trouvé refuge chez l’un de ses fils, est submergé par l’émotion. Il n’a pas de mots assez forts pour exprimer sa gratitude à ses bienfaiteurs juifs et, plus que jamais, toutes ses pensées sont tournées vers son père et son frère, ces deux héros musulmans plongés dans l’horreur du nazisme.

Oumma

Laisser un commentaire