jeudi, décembre 3, 2020
Accueil > Actualités > Internationale > YEMEN: UN TRIBUNAL CONDAMNE A MORT TRUMP, LE ROI ET LE PRINCE HÉRITIER SAOUDIENS

YEMEN: UN TRIBUNAL CONDAMNE A MORT TRUMP, LE ROI ET LE PRINCE HÉRITIER SAOUDIENS

Un tribunal yéménite a prononcé des condamnations à mort contre dix accusés, dont le président Donald Trump, le roi saoudien Salman Bin Abdulaziz Al-Saud et le prince héritier Mohammed Bin Salman Bin Abdulaziz Al-Saud pour des crimes de guerre présumés.

Le procès contre les accusés a eu lieu en leur absence au tribunal pénal spécialisé géré par les Houthis dans le gouvernorat yéménite de Saada sur l’affaire de l’attaque de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite contre un bus rempli de jeunes garçons à Dahyan, dans le district de Majz.

L’agence de presse Yéménite (SABA), a confirmé que le tribunal avait prononcé des condamnations à mort contre Donald Trump, Salman Bin Abdulaziz Al-Saud, Mohammed Bin Salman Bin Abdulaziz Al-Saud et Norton Schwartz pour leurs rôles présumés dans l’attaque.

Le commandant de l’armée de l’air saoudienne, Turki bin Bandar bin Abdulaziz, le président yéménite Abedrabbo Mansour Hadi, le vice-président du Yémen Ali Mohsen Saleh Al-Ahmar, le Premier ministre Ahmed bin Dagher, le ministre de la Défense Muhammad Al-Maqdishi et l’ancien secrétaire américain à la Défense James Norman Mattis ont également été condamnés à mort.

L’agence de presse a indiqué que les accusés sont également tenus de payer une amende de 10 milliards de dollars aux familles des personnes tuées lors de la frappe aérienne de 2019.

Les accusations concernaient une frappe aérienne qui aurait frappé un bus scolaire, tuant 51 personnes, dont 40 enfants.

L’agence de presse a rapporté que: « L’accusation a enregistré son appel partiel au cinquième paragraphe du verdict, concernant le droit des personnes incluses dans l’acte d’accusation. Ainsi, le tribunal n’a pas encore tranché. L’avocat du parquet privé, Hamdan Shani, a joint son appel à l’appel de l’accusation, tandis que l’avocat de la défense, Abdel Wahab Al-Fadhli, s’est réservé le droit de faire appel au nom des accusés.

AfrikMag

Laisser un commentaire