mardi, décembre 18, 2018
Accueil > Carnet de route > CARNET DE ROUTE:LA BAIE DES SIRÈNES : COMME UNE SIRENE AU PARADIS

CARNET DE ROUTE:LA BAIE DES SIRÈNES : COMME UNE SIRENE AU PARADIS

Après nous avoir fait découvrir les charmes d’une Afrique ancestrale  aux coutumes non encore viciées par la « civilisation.» à travers un  séjour à Tomono dans la région  de la Bagoué dans la Côte d’Ivoire profonde et après nous avoir fait connaître le la douce cité de Lokoli  dans la Préfecture de Ferké au Nord de la Côte d’Ivoire la Région du  Tchologo , notre globetrotter  Mahoua Soumahoro épouse Bakayoko, écrivaine de son état nous fait redescendre au Sud-Ouest de la Côte d’Ivoire plus précisément à Grand-Béréby ,dans la célèbre baie des Sirènes

Visitez avec nous ce paradis terrestre à  370 kilomètres d’Abidjan

Le meilleur pour la fin, je pourrais dire !

Le sud-ouest, cette région à la nature si généreuse pour amorcer la fin de notre périple à travers la Côte-d’Ivoire, avec plus de 1200 km à notre compteur.

Cité paradisiaque

Après trois nuits à San-Pedro en provenance de Séguéla, nous repartons sur la route destination, Grand-Béréby distant seulement de 40 km de la région de la Nawá. Cette ville balnéaire, assez paisible pourrait figurer sans frémir sur le podium des villes côtières paradisiaques de notre planète.

Après un déjeuner copieux chez notre hôte, tonton Thiam, que les enfants retrouvent avec joie, nous prenons nos quartiers dans ce réceptif hôtelier rénové : La baie des sirènes.

Nous pénétrons dans le domaine curieux de découvrir cette baie dont on dit tant de jolies choses.

Le paysage comme une jeune mariée transi d’amour,

Notre comité d’accueil une voiturette blanche de liaison qui arrive dès le franchissement du portail par notre véhicule. Nous parcourons à son bord le reste de la distance, environ 200 mètres sur terre battue jusqu’à la réception, confortablement installés dans cet engin électrique, écologique qui ne fait aucun bruit. Au fil des mètres, nous en prenons plein la vue. Le paysage comme une jeune mariée transi d’amour, nous dévoile un à un ses charmes et atouts. Le temps des formalités un cocktail de jus de fruits très frais nous est proposé par un serveur au large sourire à la dentition irrégulièrement frappante. Les petits coquins piaffant à mes côtés se passeront le mot pour accompagner d’espièglerie cette autre découverte des agissements de dame nature dans ce petit paradis.

Un petit paradis

Nous sommes simplement sous le charme de ce personnel si avenant, un professionnalisme assez exotique. Nous ressortons de l’accueil, conduit une fois de plus à bord de la voiturette pour le grand bonheur des enfants en direction nos chambres. En ces instants l’excitation de la découverte est à son comble.

Une explosion de joie impossible à refouler quand s’ouvre devant nous nos chambres baignant dans une couleur d’ivoire laiteuse mettant fin à notre attente. Face à la blancheur irréprochable de la literie et à la vue du blanc de la douche et des appareils ultra neufs, nous poussons tous des cris de joie. Quand on aime, nous l’exprimons c’est plus fort que nous et le porte flambeau de ce trait de caractère c’est mon cadet, le voisin du roi.

La Floride à 370 km d’Abidjan

-waouhhhhhhh, Merci papa, merci maman, merci pour cette belle découverte on se croirait en Floride.

La vérité sort de la bouche des enfants, la baie des sirènes nous fait revivre en effet la Floride et même un bout du Sénégal. Et pourtant nous ne sommes qu’à 370 km de notre maison à Abidjan, en moins d’une heure de vol de la capitale, ce paradis c’est bien ici dans ma Côte-d’Ivoire.

Du soleil à revendre

La grande baie vitrée de nos chambres plonge directement notre vue dans ce dégradé vert de la mer atlantique luisant sous les rayons du soleil. Nous sommes conquis !

Une sieste tout de même retient nos corps qui n’en demandaient pas mieux. Nous sommes en vacances et l’esprit décidé à se lâcher, nous impose son calendrier relaxant, très loin des horaires scolaires et professionnels.

Un bonheur familial

À notre réveil, avec la moiteur du temps, 27 degrés, toute la famille nous décidons de plonger dans cette grande piscine assez chaude du complexe pour quelques brassés pour les uns et crawls pour les autres. Un bonheur familial partagé avec nos trois bouts de bois de Dieu. Notre vision de la famille que nous cultivons depuis l’arrivée de notre premier bébé dans nos murs. Ensemble, nous avons parcouru plusieurs continents, des contrées insoupçonnées. Nous ne partons jamais sans nos enfants, même quand le nombre augmentait car c’est cela notre passion, notre drogue à nous.

 

Coucher de soleil dans cet endroit idyllique

Nous assistons ensuite à notre premier coucher de soleil dans cet endroit idyllique, les pieds plongés dans cette piscine naturelle d’eau de mer. Faire des chorégraphies nautiques sous les étoiles. S’éclabousser avec cette eau trop fraîche de la mer, rire aux éclats. Mais se plier au respect de l’océan quand le regard se perd au firmament infini de son immensité. Repue de magie, nous plongeons doucement dans un sommeil réparateur recueillis par ces draps si douillets, bercés par ces chutes inlassable des vagues sur les rochers, à seulement quelques mètres de nous.

La baie des sirènes…mon coup de foudre éburnéen de ces vacances d’août 2018. Plus qu’une carte postale, la baie des sirènes

Mahouas.Bakayoko