samedi, décembre 3, 2022
Accueil > Actualités > COP27 : ACCLAME, LULA PROMET L’ARRET DE LA DEFORESTATION AVANT 2030

COP27 : ACCLAME, LULA PROMET L’ARRET DE LA DEFORESTATION AVANT 2030

La 27e Conférence des Parties (COP), s’est ouverte lundi 7 novembre à Charm el-Cheikh (Égypte).L’image du jour (mercredi 16 novembre), c’est la frénésie qui s’est emparée de la cour principale de la COP alors qu’une prise de parole du président Lula était annoncée, en milieu d’après-midi. Dans la foule, beaucoup de Sud-Américains évidemment, dont un certain nombre de médias brésiliens.

Des dizaines de personnes ont commencé à s’amasser devant l’une des salles de conférence, espérant pouvoir assister à la prise de parole de Lula, le mercredi 16 novembre 2022 à la COP27.

Élu le 30 octobre dernier et attendu comme le messie à cette COP. Il suscite beaucoup d’espoirs sur la scène climatique, après l’ère du climato-sceptique Jair Bolsonaro. La majeure partie de la forêt amazonienne, l’un des grands puits de carbone de la planète, se situe au Brésil.

« JE SUIS LA AUJOURD’HUI POUR VOUS DIRE QUE LE BRESIL EST DE RETOUR!, »

 

a lancé à plusieurs reprises le futur président Lula da Silva, accueilli par une foule compacte surexcitée qui scandait son nom (lire ci-dessous).

En effet, dans son discours, pas d’annonces majeures, mais la volonté réaffirmée de faire de la protection du climat et de l’environnement une priorité. « Je suis là aujourd’hui pour vous dire que le Brésil est de retour ! Il n’y a pas de sécurité climatique pour le monde sans une Amazonie protégée. Nous ferons tout ce qu’il faudra pour avoir zéro déforestation et dégradation de nos écosystèmes d’ici 2030. Le combat contre le changement climatique se reflètera dans la composition de mon gouvernement. »

Il explique vouloir développer l’agro-écologie, valoriser les savoirs des peuples indigènes, plaider pour renforcer l’aide financière aux pays vulnérables au changement climatique et

LE MONDE D’AUJOURD’HUI N’EST PLUS CELUI DE 1945.

défendre la création d’une ONU climat. « Nous sommes de retour pour proposer une nouvelle gouvernance mondiale. Le monde d’aujourd’hui n’est plus celui de 1945. Il est nécessaire d’inclure plus de pays au Conseil de sécurité de l’ONU et en finir avec le droit de veto. » Lula assure vouloir en faire encore plus pour l’environnement que lors de ses précédents mandats et souhaite que la COP30 en 2025 soit accueillie en Amazonie. Il s’est également prononcé sur la thématique brûlante des pertes et dommages tant attendue par les pays les plus affectés par les effets du climat (lire ci-dessous) : « Nous avons un besoin urgent de mécanismes financiers pour remédier aux pertes et dommages causés par le changement climatique, nous ne pouvons plus reporter ce débat. »

Géraud Bosman-Delzons, France 24

Laisser un commentaire