lundi, juillet 13, 2020
Accueil > Actualités > ECO: DES DIVERGENCES ENTRE LE NIGERIA ET LES PAYS DE L’UEMOA POURRAIENT RETARDER LE DÉBUT DU PROJET.

ECO: DES DIVERGENCES ENTRE LE NIGERIA ET LES PAYS DE L’UEMOA POURRAIENT RETARDER LE DÉBUT DU PROJET.

La nouvelle monnaie de la CEDEAO, l’Eco, est au centre des discordances entre les Anglophones et les Francophones. Il existe une véritable crise de confiance entre ces 2 entités concernées par cette monnaie unique.

On se rappelle que le président du Nigeria, Muhammadu Buhari, a exprimé ses inquiétudes quant à la faisabilité de la monnaie régionale Eco, affirmant que les pays sont désormais à la croisée des chemins avec ce projet. Il a même brandi le risque de dislocation de la CEDEAO en cas d’adoption unilatérale de l’Eco par l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), dominée par les anciennes colonies de la France.

Pour le Nigéria, il prévaut un manque de confiance dans les discussions devant mener à une adoption commune de la nouvelle monnaie prévue pour l’ensemble de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO).

Notons qu’en février dernier, le Nigeria avait formulé une demande de prolongation du délai pour le lancement de la monnaie unique et souhaité également que « les critères de convergence » (les conditions économiques à remplir par tous les membres) soient atteints par la majorité des pays. Pour Djibrin Ibrahim, professeur de sciences politiques à l’Université d’Abuja, il s’agit effectivement “d’un problème entre Francophones et Anglophones ».

La nouvelle monnaie va-t-elle résister à la crise qui couve ?

« Mais il y a aussi un deuxième problème, il s’agit des critères, des conditions et des principes annoncés pour l’établissement de cette nouvelle monnaie. La plupart des pays ouest-africains n’arrivent pas à remplir ces conditions qui sont très exigeantes et difficiles » explique-t-il. Le président libérien, George Weah, en marge d’une réunion de la Zone monétaire ouest-africaine (ZMOA), a proposé, pour sa part, la création d’un « comité spécial » qui sera chargé de prendre langue avec les présidents ivoirien, Alassane Ouattara et français, Emmanuel Macron, pour aplanir les différends liés à l’adoption de cette monnaie commune de l’Afrique de l’ouest.

Cette rencontre, élargie à la Guinée, a permis de discuter des zones d’ombre apparues suite à la décision des pays de la zone UEMOA d’adopter unilatéralement l’Eco comme monnaie officielle en remplacement du franc CFA, dès ce mois de juillet.

kemebrama@hotmail.soir

 

Laisser un commentaire