samedi, septembre 21, 2019
Accueil > Actualités > GUINÉE: NANFO DIABY, L’IMAM QUI FAIT PRIER EN LANGUE MALINKE INTERDIT D’EXERCER.

GUINÉE: NANFO DIABY, L’IMAM QUI FAIT PRIER EN LANGUE MALINKE INTERDIT D’EXERCER.

 

Depuis bientôt une semaine, une vidéo circule sur les réseaux sociaux, dans laquelle on voit des musulmans en train de prier en langue Maninka. La vidéo aurait été filmée lors de la prière surérogatoire pendant le mois de Ramadan dans une mosquée du quartier Bordeaux, dans la commune urbaine de Kankan. Le présumé auteur de cet acte a été convoqués hier dimanche, 09 juin 2019, par les autorités religieuses, rapporte le correspondant de Guineematin.com basé dans la préfecture.

L’imam qui apparait sur la vidéo, en train de diriger la prière, accompagné d’autres responsables de N’ko, est Ismaël Nanfo Diaby, fervent promoteur de l’écriture N’ko à Kankan. Il a été convoqué à la grande mosquée par la ligue islamique régionale et la notabilité. Au cours de cette réunion, monsieur Diaby a été invité d’arrêter de diriger les prières en Maninka, sous peine de s’exposer à des sanctions, apprend-on.

Selon Youssouf Konaté, porte-parole de la ligue islamique régionale et grand imam du quartier Korialen, « il faut dire aux Karamo de N’ko, que cette manière de prier en N’ko n’est pas admise ici. Même pas à Kankan ici, nous allons combattre cette manière de diriger la prière partout en Guinée. On ne peut pas changer la manière de diriger la prière, on peut faire des douas dans la langue nationale. Il y a des choses dont leurs manières ne peuvent pas changer en islam, il faut qu’on dise ça à notre frère. Il y a des rumeurs qui courent que les gens veulent aller mettre sa maison à sac. Mais, s’il est avec nous, il n’y aura rien. Il doit comprendre qu’il est avec les fidèles musulmans. Si on lui demande d’arrêter une chose, il doit arrêter ça. Ce qui s’est passé doit rester au passé, mais il ne devrait plus y avoir une telle chose à Kankan », a-t-il martelé.

Après avoir écouté ce discours, la notabilité a décidé de donner la parole au principal intéressé, Ismaël Nanfo Diaby. Dans son intervention, il a dit se soumettre à la volonté de la notabilité. « Je ne suis pas quelqu’un qui manque du respect à la notabilité. Je suis derrière la notabilité de Bâté, je réside sous la bénédiction des sages de Bâté. Mon papa m’a dit que je suis Maninkamory. Donc, je ne peux pas aller à l’encontre de ce que veut la notabilité de Bâté. La notabilité, je suis derrière vous aujourd’hui, demain et après-demain. Si Dieu le veut, je ne ferai pas ce que vous ne voulez pas », a-t-il dit.

Si jusque-là le conseil était satisfait de la déclaration du mis en cause, c’est vers la fin de son discours qu’il a énervé tout le monde. En effet, Ismaël Nanfo Diaby a laissé entendre que les sages ne lui ont pas parlé de versets coraniques, encore moins de paroles du prophète Mohamed pour le convaincre du bien fondé de cette interdiction. L’on aura assisté à une dizaine de minutes de dispute.

Prenant la parole, l’inspecteur régional de la ligue et premier imam de Kankan, Karamo Bangaly Kaba, a laissé entendre qu’une décision va être prise contre Ismaël Nanfo Diaby. « On peut faire des douas dans toutes les langues, mais c’est la langue arabe qui est recommandé pour la prière. On ne peut prendre aucune décision ici et maintenant, mais on le fera après, parce qu’il est très au sérieux dans ce qu’il dit. Il a une mosquée, il parle dans les radios. Nous allons prendre une décision par rapport à tout ça. Il sera le seul responsable dans la situation qu’il se verra », a fait savoir le premier imam de Kankan.

Aux alentours de la grande mosquée, un important dispositif sécuritaire avait été déployé car, selon nos informations, des fidèles musulmans non identifiés avaient prévu de s’en prendre physiquement à Ismaël Nanfo Diaby.

kemebrama@hotmail.com

Source : Abdoulaye N’koya SYLLA pour Guineematin.com

 

 

Laisser un commentaire