samedi, décembre 15, 2018
Accueil > Technologie > L’ACCES A L’INTERNET MOBILE EST ENCORE TROP CHER EN AFRIQUE

L’ACCES A L’INTERNET MOBILE EST ENCORE TROP CHER EN AFRIQUE

En Afrique, le prix à payer pour surfer sur son téléphone mobile est encore trop souvent exorbitant, constatent plusieurs observateurs.

Pour amener Internet, il faut de l’électricité. Or, beaucoup de pays africains ont encore un réseau sous-développé. Les opérateurs doivent donc ajouter des générateurs ou des panneaux solaires pour pallier ces failles, ce qui surenchérit les coûts, selon l’économiste Georges Vivien Houngbonon, actuellement Africa Digital Economist à Orange Labs. Le coût s’alourdit par ailleurs pour les pays enclavés, poursuit-il, car ils sont éloignés des câbles sous-marins par où transitent les données. La géographie n’explique pas tout. Ce qui manque surtout en Afrique pour faire baisser les prix, c’est la concurrence, souligne Ecobank. Car les chiffres sont têtus : plus il y a d’opérateurs, plus les prix baissent.

Les gouvernants sont-ils prêts à ouvrir davantage le marché des télécoms ?

Il y a encore beaucoup d’opérateurs publics fournissant des revenus juteux. Les gouvernants y tiennent. Depuis quelques mois, les Etats ont même tendance à vouloir profiter de ce pactole de l’Internet en taxant davantage les abonnés. C’est le cas en Ouganda, en Zambie, en Tanzanie, au Kenya et au Bénin. Ces nouvelles taxes sont parfois très politiques. Imposer les conversations sur les réseaux, c’est faire taire les voix critiques ou limiter leur écho dans l’opinion. Mais les Etats cherchent d’abord à augmenter leurs recettes fiscales. Les GAFA, les géants de l’Internet étant des champions de l’évitement fiscal, les argentiers africains ont déjà l’habitude d’imposer lourdement les opérateurs. Au Tchad, la moitié des profits réalisés par les opérateurs iraient dans les caisses de l’Etat. Mais ces opérateurs commencent à faire de la résistance. Reste donc l’internaute, facile à identifier, à tracer et donc à ponctionner.

Des usagers qui supportent mal ces ponctions sur leur pouvoir d’achat

Et grâce aux campagnes menées sur les réseaux sociaux, ils contraignent parfois les gouvernements à faire machine arrière. C’est ce qui vient de se produire au Bénin. Une décision applaudie par l’Alliance pour l’Internet abordable qui s’inquiète de cette frénésie fiscale. Ces décisions court-termistes sont néfastes pour l’essor du digital africain, estime l’association. C’est aussi l’avis de Georges Vivien Houngbonon, qui a publié une tribune sur cette question. Au lieu de taxer, pourquoi ne pas subventionner pour accélérer la transition ? L’Ethiopie par exemple a supprimé les tarifs douaniers sur les antennes paraboliques pour abaisser les coûts. Et c’est aujourd’hui l’un des pays africains où les prix sont contenus, bien en dessous de la moyenne africaine. C’est aussi une volonté des pouvoirs publics puisqu’il n’y a pas de concurrence pour le moment mais une seule compagnie nationale, Ethio Telecom.

RFI