mercredi, juin 19, 2019
Accueil > Actualités > LES ACTIVITES CORANIQUES DANS LE PLUS VASTE PAYS DU MONDE

LES ACTIVITES CORANIQUES DANS LE PLUS VASTE PAYS DU MONDE

Le centre Al-Mustafa (PBPS) chargé de promouvoir l’Islam dans les autres pays, a eu de bons résultats en Russie qui assiste à une montée des croyances religieuses.

Gulnaz Nariman Ava, femme au foyer qui vivait en Azerbaïdjan, après son mariage est venue à Qom pour étudier, et vit actuellement à Moscou où elle enseigne le Coran.

Gulnaz Nariman Ava a déclaré : « J’ai une licence d’Histoire des civilisations et j’ai appris les sciences coraniques au centre Bint ol Hoda de Qom en Iran. Ensuite avec mon mari, qui a fait ses études au centre islamique de Qom, nous sommes venus à Moscou il y a six ans, où j’enseigne le Coran au centre Jame’at-ol-Mostafa (as) qui a l’autorisation du gouvernement russe pour ses activités religieuses ».

Bien que le nombre de musulmans en Russie, soit inférieur au nombre de chrétiens, cela n’empêche pas les activités coraniques et les cérémonies islamiques. Les compétitions coraniques de Moscou sont organisées pour la 19ème année consécutive, cette année le 26 octobre, à la grande mosquée de Moscou.

Albert Korganov, mufti de Moscou et président du conseil religieux des musulmans de Russie, a commenté les activités islamiques en Russie et déclaré : « la plupart des villages du pays sont confrontés à un manque d’argent et de religieux. À l’heure actuelle, seules les universités sont l’objet de l’attention du gouvernement. Après la révolution de 1917, les religions y compris le christianisme et l’islam, ont été interdites en Russie. Les églises et les mosquées ont été détruites ou transformées en centres militaires et gouvernementaux. Après l’effondrement de l’ex-Union soviétique et le retour des libertés religieuses, le nombre des mosquées et des églises a considérablement augmenté, et les habitants sont retournés dans des lieux de culte après 80 ans d’interdiction ».

Les Centres islamiques
L’institut des études islamiques de Moscou ( http://islamfond.ru/fa/ ) accorde des subventions aux institutions, entreprises ou particuliers, et soutient les chercheurs dans leur programme. Si un chercheur en Russie, souhaite faire des recherches sur l’Iran ou l’islam, l’institut lui fournit un plan de parrainage et s’il se rend en Iran, établira des relations pour l’aider dans ses recherches, et si un chercheur iranien veut faire des recherches sur l’histoire et la civilisation de la Russie ou l’islam dans ce pays, l’institut s’efforcera de fournir des ressources et de le connecter avec des professeurs et des universités russes.

Le Centre islamique de Moscou ( https://icrus.ru/ ) restauré depuis environ 5 ans, organise des cérémonies et des rassemblements. Pendant les deux jours de Tasua et Ashura, environ 15000 personnes se rassemblent aux différentes heures de la journée. Un des autres programmes de ce centre consiste à organiser des cérémonies de prière et des cérémonies funéraires pour commémorer le martyre de Fatemeh (as) et d’autres programmes pendant le Ramadan.

Mojtaba Rashedi, représentant de l’institut d’études islamiques de Moscou et chercheur, a déclaré : « En Russie, l’islam est un islam salafiste traditionnel, avec des tendances extrémistes au Daguestan, en Tchétchénie et au Tatarstan. 95% des musulmans sont sunnites. Les wahhabites investissent beaucoup dans ce pays, ce qui oblige les chiites à travailler dans le respect de certaines lignes rouges ».

Iqna

Laisser un commentaire