mercredi, juin 19, 2019
Accueil > Actualités > PORT-BOUET : LE PRÉFET D’ABIDJAN TENTE DE DÉSAMORCER LA CONTESTATION DES BOUCHERS CONTRE LE NOUVEL ABATTOIR

PORT-BOUET : LE PRÉFET D’ABIDJAN TENTE DE DÉSAMORCER LA CONTESTATION DES BOUCHERS CONTRE LE NOUVEL ABATTOIR

La modernisation de l’Abattoir de Port-Bouet, ne semble pas avoir l’assentiment de tous et notamment, celui des centaines de travailleurs de différentes spécialités de ce secteur. Ces derniers gagnaient leur vie à travers l’ancien abattoir dont l’insalubrité et les conditions d’hygiène déplorables avaient valu beaucoup de critiques à ce plus grand abattoir d’Abidjan. Leur contestation selon les propos recueillis, repose sur la nouvelle tarification par tête de bête abattue dans le nouvel abattoir moderne.

Pour désamorcer cette « bombe », le préfet d’Abidjan, Vincent Toh Bi Irié, par ailleurs Président de la Commission d’Agrément des bouchers et autres opérateurs de la filière bétail (plus de 5.000 à Abidjan), s’est rendu sur le terrain pour désamorcer la bombe

Ce dernier dans son intervention au milieu des manifestants surexcité, a fait savoir que la modernisation est une nécessité car, il n’est plus possible avec l’évolution du monde, de continuer à gérer le secteur de la boucherie de façon amateure et traditionnelle. Cette modernité s’impose à tous au risque de rester en marge de l’évolution des nations. Il a conclu son intervention en affirmant qu’il est impératif que tout notre système de production dans le secteur de la production animale et de la boucherie modernise.

Le nouvel abattoir, il faut le savoir, a nécessité selon les autorités, des investissements lourds .Qui plus est, il est entièrement automatisé. De ce fait, de l’abattage de la bête aux produits finis pour consommation, tout est mécanisé et informatisé, dans des conditions d’hygiène aux normes internationales.

Par ailleurs, selon les informations des autorités en charge de ce secteur, les emplois perdus du fait de la modernisation, ont été réorientés et les formations effectuées. Dans cette nouvelle dynamique, ce sont environ 3.000 emplois directs et indirects créés.

Notons que des négociations ont débuté le mercredi 22 mai avec le Ministre des ressources animales et des ressources halieutiques Kobenan Kouassi Adjoumani et le Gouverneur du district autonome d’Abidjan, Beugré Mambé Ces négociations se sont poursuivies ce jeudi 23 Mai 2019.

kemebrama@hotmail.com

Laisser un commentaire