lundi, novembre 19, 2018
Accueil > Actualités > USA : UN FRANCHISE MUSULMAN PERD FACE A KFC, IL NE PEUT PLUS PROMOUVOIR DE POULET « HALAL »

USA : UN FRANCHISE MUSULMAN PERD FACE A KFC, IL NE PEUT PLUS PROMOUVOIR DE POULET « HALAL »

KFC est une entreprise américaine basée dans le Kentucky, elle est la filiale du groupe Yum ! Brands, Inc (Pizza Hut, Taco Bell, Long John Silver’s, A&W), des entreprises de restauration rapide. Toute sa « réputation » est basée sur ses recettes à base de poulet.

En 2011, KFC France se lance dans une grande campagne « halal » destinée aux consommateurs musulmans. On leur promet un poulet abattu conformément aux rites musulmans. Quelques mois plus tard, il s’avère que les volailles achetées par KFC à l’entreprise Doux, sont tuées manuellement par une vrille mécanique et non pas à la main.

Mais ce n’est pas le cas du poulet commercialisé par Afzal Lokhandwala, un propriétaire américain d’origine indienne. 

Arrivé aux Etats-Unis en 1989, Lokhandwala, un musulman pratiquant, a commencé comme assistant manager dans un KFC du South Side de Chicago et est rapidement devenu directeur avant de créer ses propres franchises. 

Au bout de quelques années, l’homme est à la tête de huit restaurants franchisés Kentucky Fried Chicken (KFC). En 2002, la chaîne de restaurant rapide lui permet d’annoncer que son poulet est halal car il respecte les exigences d’abattage islamique. 

Une précision qui lui permet d’ouvrir cinq restaurants à proximité des communautés musulmanes dans l’Illinois. Ses fast-foods deviennent rapidement lucratifs.

Pendant des années, Afzal commercialise sans problème ses poulets sous la certification « halal », jusqu’au jour où la chaîne KFC, change d’avis et refuse que ses franchises continuent à porter l’appellation « halal ». 

Il s’agit d’une véritable catastrophe pour le propriétaire musulman qui ne pourra désormais plus se targuer de vendre un produit halal.

Afzal intente une action en justice contre KFC devant la Cour des Etats-Unis, il soutient que KFC n’a jamais mentionné le changement de politique. Il demande donc au juge de déclarer que l’application de cette politique est de la mauvaise foi. 

Malheureusement, le juge John Robert Blakey de la Cour des Etats-Unis pour le district Nord de l’Illinois, donne raison à la chaîne de restauration rapide. Il déclare que « le contrat de franchise autorise sans ambiguïté KFC de contrôler la publicité émise par les propriétaires franchisés », même « si le défendeur a permis cette publicité dans le passé ».

Une décision qui devrait obliger le propriétaire musulman à fermer certains de ses fast-foods.

« Des milliers de musulmans dans la région métropolitaine de Chicago mangent dans les restaurants du plaignant parce qu’ils savent qu’Afzal Lokhandwala est musulman et que ses restaurants vendent du poulet halal », peut-on lire dans la plainte.

En octobre 2017, un documentaire de « zone interdite » sur KFC diffusé sur M6 a été censuré sous la pression. Le reportage démontrait que les poulets certifiés « halal » n’étaient pas abattus selon le rite musulman. L’usine où avait lieu l’abattage entretenait jalousement le secret de la procédure d’abattage soi-disant « halal ».

AJIB