dimanche, juin 13, 2021
Accueil > Actualités > AL-QAIDA « SUR LES CORDES » APRES DEUX DECENNIES DE GUERRE

AL-QAIDA « SUR LES CORDES » APRES DEUX DECENNIES DE GUERRE

Les principaux responsables américains ne reviennent pas sur leur évaluation selon laquelle le noyau d’Al-Qaïda, bien qu’il constitue toujours une menace, est en déclin, écartant les renseignements suggérant que l’organisation terroriste reste retranchée en Afghanistan et pourrait se renforcer.

Depuis des mois, les tensions se sont accrues entre les Etats-Unis et leurs alliés au sujet du statut d’Al-Qaïda, certains responsables de la lutte antiterroriste estimant que Washington risque de sous-estimer la menace posée par le groupe terroriste.

Mali : Ba Ag Moussa, haut cadre d’Al-Qaïda, tué par l’armée française

Mais le plus haut responsable de la lutte contre le terrorisme du département d’État a déclaré mardi qu’Al-Qaïda s’était considérablement dégradé à la suite des efforts des Etats-Unis.

« Je pense qu’Al-Qaida est dans les cordes, sans aucun doute », a déclaré l’ambassadeur Nathan Sales, coordinateur de la lutte contre le terrorisme, lors d’une interview préenregistrée au Forum virtuel sur la sécurité mondiale

 « Nous avons décimé leurs cadres supérieurs au cours des 20 dernières années, laissant le noyau de la direction d’Al-Qaida vraiment un vestige de son ancien visage », a-t-il déclaré.

Les commentaires de M. Sales arrivent juste un jour après que le conseiller américain pour la sécurité nationale Robert O’Brien ait également minimisé la capacité du noyau d’Al-Qaida à faire du mal.

« Al-Qaida a été incapable de diriger une attaque complexe et à grande échelle contre les États-Unis en raison de la pression que nous avons maintenue sur eux », a-t-il déclaré. « Et il y a plus à venir. »

Mais on ne sait pas encore quelle a été l’ampleur du coup porté à la direction d’Al-Qaida ces derniers temps.

Ni Sales ni O’Brien n’ont abordé les récentes rumeurs selon lesquelles le leader de longue date d’Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri, aurait finalement succombé à la maladie. Ils n’ont pas non plus parlé de l’assassinat présumé du successeur probable de Zawahiri, Abu Muhammad al-Masri, lors d’une opération israélienne en août dernier à Téhéran, comme l’a rapporté pour la première fois le New York Times.

Mais Sales a fait valoir que peu importe qui pourrait être responsable, leur influence a diminué.

« Il y a un sens dans lequel la question de savoir qui dirige les affaires fondamentales d’Al-Qaida est un peu moins importante aujourd’hui qu’il y a dix ans, et certainement vingt ans », a-t-il déclaré au forum virtuel.

« Ce que nous avons vu est une sorte de dévolution de l’autorité du noyau d’Al-Qaida aux branches et aux affiliés », a déclaré M. Sales. « Ces branches, je pense, ont une autonomie organisationnelle croissante pour développer des plans d’attaque afin de fixer des objectifs stratégiques. »

Des évaluations contrastées

Mais les responsables internationaux de la lutte contre le terrorisme et les responsables de la sécurité afghane eux-mêmes affirment que leurs renseignements suggèrent que le noyau d’Al-Qaida reste pertinent et s’est renforcé.

« Des personnalités de haut rang restent en Afghanistan, ainsi que des centaines d’agents armés », a averti Edmund Fitton-Brown, coordinateur de l’équipe de surveillance des Nations unies pour l’État islamique, Al-Qaïda et les Talibans, lors d’un webinaire le mois dernier.

De récents rapports de l’ONU, basés sur les renseignements des Etats membres, avertissent également que le noyau dur de la direction du groupe semble rassembler un nombre croissant de combattants, peut-être jusqu’à 600, alors qu’il opère dans 12 provinces afghanes.

De telles remarques contrastent fortement avec les déclarations des principaux responsables américains, qui estiment que le nombre de combattants mis à la disposition du noyau dur d’Al-Qaïda ne représente que « quelques dizaines de combattants qui se concentrent principalement sur leur survie ».

La réaction à ces évaluations positives ne vient cependant pas seulement des alliés des États-Unis et des pays ayant des intérêts dans la région.

Talibans afghans et liens avec Al-Qaida

Un nouveau rapport sur l’Afghanistan de l’inspecteur général du ministère de la défense, publié mardi, a également soulevé des questions sur la persistance d’Al-Qaïda, citant la dépendance de Washington à l’égard des talibans pour rompre tout lien avec le groupe terroriste.

« Il n’est pas clair à ce stade si les talibans respectent leurs engagements », a écrit l’inspecteur général par intérim Sean O’Donnell, ajoutant qu’ »il est difficile de discerner dans quelle mesure il satisfait à l’exigence selon laquelle l’Afghanistan ne doit pas servir de refuge aux terroristes qui menacent les États-Unis

Le rapport note également que les dirigeants d’Al-Qaida ont généralement bien accueilli l’accord conclu en février entre les États-Unis et les talibans.

« Il n’exige pas des talibans qu’ils renoncent publiquement à Al-Qaïda et l’accord comprend un calendrier de retrait des États-Unis et des forces de la coalition, ce qui constitue l’un des principaux objectifs d’Al-Qaïda », indique le rapport.

Mais M. Sales, qui s’est exprimé avant la publication du rapport, a déclaré que les termes de l’accord signé en février dernier « sont parfaitement clairs ».

« Nous allons surveiller de très près pour vérifier », a-t-il déclaré. « Nous attendons d’eux qu’ils respectent leurs obligations. »

Les filiales d’Al-Qaida en Afrique

En attendant, M. Sales a déclaré que les États-Unis ont l’intention de se concentrer sur ce qu’ils considèrent comme le danger le plus pressant du réseau de filiales d’Al-Qaïda en Afrique, notamment Al-Shabab, Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin (JNIM) et Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQOM).

 « Ces groupes continuent à se battre avec un certain degré d’autonomie opérationnelle, sans recevoir le message qu’Al-Qaïda a été éviscérée », a-t-il déclaré, qualifiant de « priorité absolue » l’effort des États-Unis pour dégrader et vaincre al-Shabab.

Les inquiétudes concernant la portée d’Al-Shabab se sont considérablement accrues au cours de l’année dernière, s’intensifiant fortement après une attaque meurtrière en janvier dernier sur l’aérodrome de la baie de Manda au Kenya, qui a pris les forces américaines au dépourvu

On craint également qu’Al-Shabab ne soit intéressé par l’idée de mener des attaques contre les États-Unis et l’Occident, avec une arrestation en 2019 aux Philippines qui indique des liens entre le groupe et d’éventuelles attaques utilisant des avions de ligne

Dans le cadre de leur campagne continue contre al-Shabab, les États-Unis ont largement compté sur les attaques de drones visant les hauts dirigeants.

Mais les États-Unis intensifient également leurs efforts sur d’autres fronts.

Mardi, le département d’État a nommé deux hauts responsables d’al-Shabab – l’expert en explosifs et chef des médias Abdullahi Osman Mohamed et le commandant d’unité Jaysh Ayman Maalim Ayman – comme terroristes mondiaux spécialement désignés (SDGT).

Sales, qui a informé les journalistes après l’annonce, a décrit Al-Shabab comme « l’une des filiales d’Al-Qaida les plus dangereuses et les plus compétentes au monde » et a déclaré que ces désignations auront des conséquences sur les finances du groupe. « Il est d’autant plus difficile pour les personnes ou organisations désignées d’essayer de faire transiter de l’argent par le système financier international », a-t-il déclaré.

« Nous apportons tous nos outils à cette lutte », a ajouté le responsable du département d’État. « Pas seulement des sanctions, mais aussi le partage d’informations, la contre-messagerie, la lutte contre les voyages et le renforcement des capacités des partenaires pour protéger les cibles vulnérables ».

 

Un rapport des Nations Unies publié le mois dernier a révélé qu’Al-Shabab dispose d’un budget de fonctionnement d’au moins 21 millions de dollars en 2019 et a réussi à collecter au moins 13 millions de dollars auprès de quatre sources seulement au cours d’une période de neuf mois se terminant en août dernier.

Xavier Jaze by Xavier Jaze in Journal le Monde

Laisser un commentaire