mardi, octobre 27, 2020
Accueil > Actualités > CORONAVIRUS : LE PREMIER AFRICAIN INFECTE PAR LE VIRUS EST GUÉRI

CORONAVIRUS : LE PREMIER AFRICAIN INFECTE PAR LE VIRUS EST GUÉRI

Lorsque Kem Senou Pavel Daryl, un étudiant camerounais de 21 ans résidant dans la ville chinoise de Jingzhou, a contracté le coronavirus, il n’avait aucune intention de quitter la Chine, même si cela était possible.

« Quoi qu’il arrive, je ne veux pas ramener cette maladie en Afrique », a-t-il déclaré depuis son dortoir universitaire, où il est désormais placé en quarantaine pendant 14 jours.

Il souffrait de fièvre, d’une toux sèche et de symptômes ressemblant à ceux de la grippe.

Quand il est tombé malade, il a pensé à son enfance au Cameroun, où il a contracté le paludisme. Il craignait le pire.

« Quand je suis allé à l’hôpital pour la première fois, je pensais à ma mort et à la façon dont elle allait se produire. »

Pendant 13 jours, il est resté en isolement dans un hôpital chinois local. Il a été soigné avec des antibiotiques et des médicaments généralement utilisés pour traiter les patients atteints du VIH. Après deux semaines de soins, il a commencé à montrer des signes de rétablissement.

Le scanner n’a montré aucune trace de la maladie. Il est devenu le premier africain à contracter le virus et le premier infecté au monde à guérir. Ses soins médicaux étaient couverts par l’État chinois.

L’Égypte est devenue le premier pays africain à confirmer un cas de coronavirus. Les professionnels de la santé affirment que les pays dont les systèmes de santé sont plus faibles peuvent avoir du mal à faire face à une éventuelle épidémie de la maladie, qui a déjà tué plus de 1 770 personnes.

Depuis fin janvier, les gouvernements du monde entier, les États-Unis en tête, ont commencé à évacuer leurs citoyens de Wuhan et des villes voisines.

Mais des milliers d’étudiants, de travailleurs et de familles africains sont toujours bloqués dans la province centrale du Hubei et à Wuhan et réclament leur rapatriement.

« Nous sommes des fils et des filles de l’Afrique, mais l’Afrique ne veut pas venir à notre secours quand nous en avons le plus besoin », déclare Tisiliyani Salima, étudiante en médecine à l’université de médecine de Tongji et présidente de l’association des étudiants zambiens de Wuhan.

Depuis près d’un mois, Salima vit en auto-quarantaine. Le temps a commencé à perdre de son sens pour cette étudiante de 24 ans. Elle passe ses journées à dormir et à parcourir les médias pour avoir des informations sur cette maladie.

Elle assure la liaison entre son ambassade et les 186 étudiants zambiens qui vivent en quarantaine à Wuhan. Beaucoup s’inquiètent de la sécurité alimentaire, de l’approvisionnement et du manque d’information dans une ville qui, cette semaine, a connu une moyenne de 100 décès par jour.

kemebrama@hotmail.com

Source : AfrikMag

Laisser un commentaire