samedi, décembre 15, 2018
Accueil > Actualités > GRANDE FIGURE DU FOOTBALL FRANÇAIS, HENRI MICHEL EST MORT A L’AGE DE 70 ANS

GRANDE FIGURE DU FOOTBALL FRANÇAIS, HENRI MICHEL EST MORT A L’AGE DE 70 ANS

Légende du FC Nantes et des Bleus, l’ancien joueur et sélectionneur français Henri Michel est mort à l’âge de 70 ans. Sur le banc, il avait notamment mené les Bleus à l’or olympique en 1984 avant d’atteindre les demi-finales du Mondial-1986.

C’est un monument du football français qui s’en est allé. Henri Michel, ancien sélectionneur de l’équipe de France (entre 1984 et 1988) et champion olympique en 1984 à Los Angeles, est décédé à l’âge de 70 ans, a annoncé mardi l’Union nationale des footballeurs professionnels (UNFP) sur son compte Twitter.

« Henri Michel, monument du football français, nous a quittés ce matin », indique l’UNFP dans un tweet, en adressant « ses plus sincères condoléances à sa famille et à ses proches ». International français à 58 reprises entre 1967 et 1980, Michel a évolué pendant seize ans au milieu de terrain du FC Nantes (1966-1982), dont il est devenu un joueur légendaire.

Il est devenu ensuite sélectionneur de l’équipe de France olympique en 1982, avec laquelle il a remporté la médaille d’or aux JO-1984, face au Brésil en finale. Après ce succès, il a succédé à Michel Hidalgo à la tête de l’équipe de France en 1984, et atteint les demi-finales du Mondial-1986 au Mexique.

« Vous me l’apprenez, quel coup dur ! », a réagi Hidalgo auprès de l’AFP. « Je savais qu’il avait des problèmes de santé mais pas à ce point… C’était un grand ami, un grand professionnel, un garçon formidable à tous points de vue, d’une immense gentillesse. Le passage de relais s’était parfaitement déroulé entre nous ».

Fragilisé par la non-qualification pour l’Euro-1988, la fin du cycle Heni Michel à la tête des Bleus est actée après un nul piteux contre Chypre (1-1) lors des éliminatoires du Mondial-1990.

Trois Mondiaux avec des sélections africaines

« Dans mon parcours il a eu une importance particulière. C’est lui qui m’a donné pratiquement mes neuf sélections en équipe de France, a confié à l’AFP l’ancien international Sylvain Kastendeuch, aujourd’hui co-président de l’UNFP. « Quand on vit et connaît quelques sélections, c’est évidemment des moments très importants dans une carrière. Il a été l’artisan de ma petite présence en équipe de France ».

Lire la suite sur France24