lundi, novembre 19, 2018
Accueil > Actualités > IRAK: MELINA BOUGHEDIR CONDAMNEE A LA PERPETUITE POUR APPARTENANCE AU GROUPE EI

IRAK: MELINA BOUGHEDIR CONDAMNEE A LA PERPETUITE POUR APPARTENANCE AU GROUPE EI

La Française Mélina Boughedir a été condamnée ce dimanche 3 juin à Bagdad à la prison à perpétuité (soit vingt ans de prison en droit local). La jeune femme risquait la peine capitale pour avoir rejoint en 2015 le groupe Etat Islamique dans le nord de l’Irak.

Mélina Boughedir s’est présentée devant ses juges en robe et voile noire, sa plus jeune fillette âgée de seulement 18 mois dans les bras. « Je suis innocente », a-t-elle lancé au juge en français. « Mon mari m’a dupée et, ensuite, il a menacé de partir avec les enfants », a-t-elle encore plaidé, martelant cette phrase : « Je suis contre les idées de l’Etat islamique ». Elle dit n’avoir plus de nouvelles de son mari – également français – depuis la chute de Mossoul. Le couple et leur 4 enfants, dont les 3 aînés ont, depuis, été rapatriés en France avait rejoint le groupe Etat islamique à l’automne 2015. Si la jeune femme redoutait cette sentence, c’est avant tout un soulagement. En étant condamnée à la prison à vie – soit vingt ans de réclusion au regard de la loi irakienne – la Française échappe à une exécution par pendaison.

Arrêtée à l’été 2017 à Mossoul, Mélina Boughedir avait été condamnée une première fois en février dernier à sept mois de prison pour entrée illégale en Irak. En revanche, elle avait alors été acquittée des charges de terrorisme, les juges considérant que son dossier était vide. Pour Me Pradel, un des trois avocats français, la jeune femme « est assommée ». « Je crois, poursuit-il, qu’elle ne se rend pas compte de la gravité de la situation. Elle a le sentiment d’avoir subi la situation depuis le début. Elle a suivi son mari. Elle a ignoré les méthodes de l’Etat islamique ; elle s’est trouvée dans l’impossibilité de revenir en arrière à partir du jour où elle a rejoint la Syrie, puis l’Irak ».

Revirement

Jusqu’ à ce revirement de la Cour de cassation irakienne, réexaminant son dossier la haute juridiction, avait estimé qu’elle savait que son mari était un combattant de l’organisation État islamique.

Mélina Boughedir, originaire de Seine-Saint-Denis avait rejoint Mossoul avec mari et enfants en octobre 2015. Elle a toujours nié avoir prêté allégeance au groupe État islamique, affirmant que son mari dont elle n’a plus de nouvelles depuis la chute de Mossoul, n’était pas un combattant mais un simple cuisinier.

Mélina Boughedir espérait être rapidement expulsée et retrouver en France trois de ces enfants déjà rapatriés. Elle compte faire appel de la décision ; en attendant, elle va désormais retrouver sa cellule de la prison pour femmes des forces antiterroristes irakiennes à Bagdad. Cellule qu’elle partage avec Djamila Boutouatou, autre Française condamnée également à la perpétuité en avril dernier.

Justice « légitime »

Suite à l’annonce de cette décision, le secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, Christophe Castaner, interrogé sur Europe 1 et CNews, a estimé que la « la justice irakienne est légitime à juger » le cas de Mélina Boughedir. Une justice en qui il a dit avoir « confiance ».

Lire l’article sur RFI