mercredi, décembre 7, 2022
Accueil > Actualités > LA CHINE PROMET DE REPONDRE «ENERGIQUEMENT» EN CAS DE VISITE DE NANCY PELOSI A TAÏWAN

LA CHINE PROMET DE REPONDRE «ENERGIQUEMENT» EN CAS DE VISITE DE NANCY PELOSI A TAÏWAN

Pékin ripostera par des « mesures énergiques » si la présidente de la Chambre des représentants américaine, Nancy Pelosi, se rend à Taïwan en août. L’avertissement arrive après que le Pentagone a jugé la visite peu opportune.

Quelle pourrait-être la réaction de la Chine si le voyage de la présidente de la Chambre des représentants est maintenu ? Non seulement la diplomatie chinoise ne lâche rien, mais elle enfonce le clou. Alors que la Maison Blanche vient de rappeler la proximité d’un nouveau coup de fil entre les présidents chinois et américain, prévu « dans les dix jours », Pékin fait savoir que cette visite de Nancy Pelosi, si elle a lieu, « ébranlerait les fondements politiques des relations sino-américaines ».

Que l’appareil d’État américain soit divisé sur la question ne change rien, martèlent, depuis, les médias d’État ; la position chinoise, elle, ne change pas.

Ligne rouge à ne pas franchir

Les propos de l’un des porte-parole du ministère des Affaires étrangères, il y a deux jours, ont été largement repris sur les réseaux sociaux à Pékin, avec ajout d’un tapis sonore guerrier. « Le Congrès américain fait partie du gouvernement US. Or, la Chine s’oppose à toute relation officielle entre Washington et Taipei qui irait contre le principe de la Chine unique. »

« Grave violation », « ligne rouge » à ne pas franchir, Pékin a allumé tous les « warning », évoquant une réponse « énergique » qui irait au-delà de la simple rhétorique. D’où peut-être la mise en garde des militaires aux États-Unis, visiblement inquiets sur le fait que la Chine puisse en profiter pour démontrer sa souveraineté de facto en contrôlant l’espace aérien et maritime autour de l’île. Les chasseurs de l’Armée populaire de libération pourraient « accompagner » l’avion de la présidente de la Chambre des représentants, a ainsi suggéré, auprès de ses 20 millions d’abonnés sur Weibo, l’ancien rédacteur en chef du Global Times, ce qui leur permettrait de survoler Taïwan. Menaces en l’air ou réalité ? Pour de nombreux observateurs, si ce voyage est maintenu, des turbulences sont à craindre.

kemebrama@hotmail.com

Texte de Stéphane Lagarde correspondant à Pékin RFI

 

Laisser un commentaire