jeudi, mars 21, 2019
Accueil > Actualités > LE VATICAN CONTRE-ATTAQUE APRES LES ACCUSATIONS DE MGR VIGANO

LE VATICAN CONTRE-ATTAQUE APRES LES ACCUSATIONS DE MGR VIGANO

Le Vatican contre-attaque après les accusations de l’ancien représentant du Saint-Siège à Washington. Celui-ci avait accusé le pape François et de nombreuses personnes de la Curie d’avoir tout fait pour protéger le cardinal McCarrick, l’ancien archevêque de Washington, pourtant connu depuis longtemps pour être un prédateur sexuel. Ce week-end, le Saint-Siège est passé à l’offensive pour contrer ses accusations et annoncer des enquêtes approfondies.

En quarante-huit heures, le Vatican a tenu à répondre aux accusations lancées fin août parCarlo Maria Vigano.

D’abord samedi après-midi dans un communiqué le bureau de presse du Saint-Siège rappelle que le pape François a ordonné une enquête approfondie dans les archives des différents services de la Curie romaine. « Les abus, ainsi que leur couverture, ne peuvent plus être tolérés et un traitement différent pour les évêques qui les ont commis ou couverts représente une forme de cléricalisme qui n’est plus acceptable », peut-on lire dans ce texte.

Mais c’est surtout la lettre ouverte d’un cardinal publiée hier qui vient répondre de manière cinglante aux accusations de l’ancien nonce aux Etats-Unis. « Je te dis franchement qu’accuser le pape François d’avoir couvert en toute connaissance de cause ce présumé prédateur sexuel, me semble à tous les points de vue incroyable et invraisemblable », écrit le cardinal Ouellet, préfet de la Congrégation des évêques.

Le cardinal canadien, qui a pris ses fonctions dénonce une « monstrueuse accusation qui ne tient pas la route ». Il explique surtout qu’après avoir regardé dans ses archives, rien ne permet de penser que le pape François aurait pu annuler des sanctions prises par Benoît XVI contre McCarrick, car elles n’ont jamais existé.

Outre ses réponses, le cardinal Ouellet reconnaît aussi des failles et s’interroge : comment McCarrick a pu être nommé à Washington et même être créé cardinal ? Une manière de dire que le Saint-Siège ne peut plus considérer les scandales comme dans le passé et doit faire la transparence. Une opération-transparence qui semble à présent commencer.

RFI

Laisser un commentaire