samedi, janvier 22, 2022
Accueil > Actualités > SOKORO: LE BILI, MONUMENT HISTORIQUE DE PLUS DE 150 ANS, EST EN VOIE DE S’ECROULER

SOKORO: LE BILI, MONUMENT HISTORIQUE DE PLUS DE 150 ANS, EST EN VOIE DE S’ECROULER

Du 22 au 23 octobre 2021, nous avons effectué un reportage à Sokoro, ville situé à l’extrême Nord de la Côte d’ivoire, faisant frontière avec le Mali et la Guinée.

Le premier texte paru dans nos colonnes, a porté sur la découverte d’une Côte d’ivoire en Chantier, d’Abidjan à Sokoro. Le deuxième a fait la radioscopie de cette ville. Le troisième article a permis de faire le portrait du Cheikh Alpha Cissé, l’Hermite de Sokoro.

Dans ce présent article, nous mettons l’accent sur la description d’un monument historique qui malheureusement, risque de s’effondrer si  rien fait pour le sauver.

L’Hermite de Sokoro, El hadj Alpha qui a fait l’objet d’une de nos parutions dans le cadre de notre reportage à Sokoro, vit dans une maison assez impressionnante qui s’impose aux visiteurs. Cette bâtisse est appelée par les habitants de Sokoro, le Bili.

une vue dubatiment

Le Bili est un monument historique vieux de plus 150 ans. A travers nos échanges avec l’Hermite de Sokoro, Cheikh Alpha Cissé, nous apprenons que ce monument historique a été construit bien avant sa naissance par sa grand-mère, la sainte Hadja Nankaba Savané aidée de ses Talibés et des habitants de Sokoro. A ceux-ci, se sont ajoutés  les habitants des villages environnant. Les travaux ont été dirigés par un maître maçon qu’il il a vu pendant son adolescence. Ce dernier qui vient de Djenné, était revenu sur ses pas afin de revoir son œuvre.

Cet immense bâtiment est une maison en banco couverte de paille. Cependant, celle-ci a pris un coup de vieux du fait des pluies et des intempéries. Malheureusement, si on n’y prend garde, cette bâtisse pratiquement en ruine qui en d’autres lieux aurait été conservée ne serait-ce que pour attirer les touristes, risque de s’écrouler. D’ailleurs, le premier niveau s’est affaissé. Cette situation a poussé notre Hermite à se déplacer au rez –de chaussée à l’entrée de la bâtisse. Dans cette même dynamique, tout ce que la grand-mère a laissé comme héritage à sa descendance aussi bien en livres qu’en objets de toutes sortes, véritables vestiges du passé, a été déplacé au niveau de ce même rez de chaussée.

En fin de compte, ce qui saute aux yeux, c’est qu’au rythme de sa dégradation cette bâtisse historique risque de s’écrouler dans peu de temps à moins que …..

Kemebrama@hotmail.com

Laisser un commentaire