samedi, décembre 15, 2018
Accueil > Actualités > TARIQ RAMADAN RECONNAIT AVOIR EU DES RELATIONS SEXUELLES AVEC HENDA AYARI ET “CHRISTELLE”

TARIQ RAMADAN RECONNAIT AVOIR EU DES RELATIONS SEXUELLES AVEC HENDA AYARI ET “CHRISTELLE”

Depuis la révélation, fin septembre, de la teneur des quelque 399 SMS échangés avec « Christelle », sa deuxième accusatrice, un revirement dans la ligne de défense de Tariq Ramadan était fortement pressenti en ce lundi 22 octobre, date de sa nouvelle audition par les juges d’instruction, au tribunal de grande instance de Paris, conformément à sa demande.

L’islamologue suisse, après avoir nié obstinément tout rapport physique avec Henda Ayari et « Christelle », les premières femmes à avoir porté plainte contre lui pour « viol » il y a déjà un an de cela ( le 20 octobre 2017 pour la première et le 28 octobre 2017 pour la deuxième), a finalement reconnu aujourd’hui avoir eu des « relations sexuelles consenties » avec elles, tout en démentant formellement les avoir violées.

Face aux magistrats instructeurs devant lesquels il a comparu pendant deux heures, il les a accusées de mentir, tandis que son avocat, Me Marsigny, a concédé que son client n’aurait pas dû « nier bêtement » des mois durant.

Alors, comment expliquer aux juges un tel virage à 180 degrés dans son récit des faits ? Parce que « Sa parole s’est enfin libérée, il est soulagé. Il a eu des relations sexuelles avec elles mais il s’agissait de relations consenties », a expliqué Me Marsigny, renchérissant : « Ces relations ont été souhaitées, consenties et mêmes par la suite recherchées ».

Anticipant l’autre question qui était sur toutes les lèvres – pour quelles raisons s’est-il enferré dans ses dénégations ? – l’avocat de Tariq Ramadan a complété son propos : « Parce que mon client a eu le sentiment que la conviction [des juges] était acquise qu’il était coupable… »

Et d’ajouter : « La raison pour laquelle Monsieur Ramadan a été contraint de ne pas accepter de reconnaître avoir eu des relations tient au fait que depuis le départ, tant sur le plan médiatique qu’au cours de sa garde à vue (…), il a eu le sentiment que la conviction était acquise qu’il était coupable des faits pour lesquels il était mis en examen ».

De son côté, l’avocat de « Christelle », Me Eric Morain, a réagi vivement à l’annonce de ce coup de théâtre qui n’en était pas un, tant il était prévisible : « Cela fait onze mois que Tariq Ramadan ment », a-t-il martelé. « L’avocat de Monsieur Ramadan ment comme son client a menti pendant onze mois », poursuivant : « Cela fait onze mois que Tariq Ramadan ment, que lui et ses soutiens salissent, insultent les plaignantes ».

Concernant Henda Ayari, Me Marsigny a indiqué avoir versé au dossier, vendredi dernier, des éléments tendant à prouver qu’elle a menti au sujet de la nature de sa relation avec son client. Sur la sauvegarde d’un téléphone de Tariq Ramadan, l’avocat affirme avoir retrouvé des messages compromettants de cette dernière, très crus.

La meilleure défense étant l’attaque, Me Marsigny a annoncé qu’il allait porter plainte pour « dénonciation calomnieuse » et « dénonciation de crimes imaginaires » contre les deux premières plaignantes, avec d’autant moins de scrupules que la réputation d’honorabilité de Tariq Ramadan n’est plus à sauver. Elle est désormais irrémédiablement entachée.

Une nouvelle demande de remise en liberté surveillée de l’islamologue genevois devrait être également soumise à la justice.

Oumma