lundi, août 20, 2018
Accueil > Actualités > ALLEMAGNE : UNE MOSQUÉE, UNE ÉGLISE ET UNE SYNAGOGUE RÉUNIES DANS UN MÊME BÂTIMENT À BERLIN

ALLEMAGNE : UNE MOSQUÉE, UNE ÉGLISE ET UNE SYNAGOGUE RÉUNIES DANS UN MÊME BÂTIMENT À BERLIN

Une collocation improbable est en chantier à Berlin : « House of One » est un projet ambitieux mené par un rabbin, un imam et un pasteur visant à créer au sein de la capitale allemande un lieu de culte partagé et ouvert à tous.

Réunir les trois principales religions monothéistes au sein d’un même lieu, c’est le pari fou que se sont donnés en 2009 trois représentants religieux allemands : l’imam Kadir Sanci, le pasteur Gregor Hohberg et le rabbin Andreas Nachama.

Située en plein cœur de Berlin, sur les ruines d’une des plus anciennes églises de la capitale, « House of One » (que l’on pourrait traduire par « maison de l’unité ») est un projet fou censé se finaliser à la fin de l’année. Suite à un impressionnant concours d’architecture (208 candidatures de 14 pays différents ont été reçues), le projet a été confié au cabinet Kuehn-Malvezzi et officiellement lancé en 2011.

« Un nouveau lieu de culte sera créé, permettant aux personnes de confessions différentes de prier côte à côte. Les gens qui viendront ici resteront fidèles à leur propre religion, continueront à puiser dans son pouvoir et s’engageront dans un dialogue pacifique entre eux et les membres de la population laïque de la ville. Cette maison sera celle de l’égalité, de la paix et de la réconciliation », explique le pasteur Gregor Hohberg sur le site officiel du projet.

L’initiative mise beaucoup sur le dialogue. En plus des trois lieux de cultes (église, synagogue et mosquée), le bâtiment inclura un espace inter-religieux destiné à l’échange et aux rencontres entre les fidèles de différentes confessions et les athées. Des conférences, des débats et des expositions y seront régulièrement organisés.

Reste un obstacle : le financement. Malgré la possibilité pour les fidèles et sympathisants de participer en achetant des « briques » à dix euros et plusieurs aides de la région et de la ville, le projet peine à collecter les 43 millions d’euros nécessaires à sa concrétisation.

Interrogé par le magazine Usbek & Rica, Wilfried Kuehn, l’un des architectes, ne s’en inquiète pourtant pas : « Je suis convaincu que le temps joue cette fois un rôle différent, comparé à des projets architecturaux plus conventionnels. »

neonmag.fr