vendredi, octobre 23, 2020
Accueil > Actualités > CUBA: APRES LES SANCTIONS AMERICAINES, BAISSE DU TOURISME SUR L’ILE

CUBA: APRES LES SANCTIONS AMERICAINES, BAISSE DU TOURISME SUR L’ILE

Depuis la mise en place des sanctions américaines, les touristes sont de moins en moins nombreux sur l’île de Cuba : 10% de touristes en moins. La Havane a revu à la baisse ses prévisions dans le secteur touristique depuis l’interdiction par Donald Trump des voyages de groupes. Les États-Unis interdisent également les bateaux de croisière, de pêche et de plaisance ainsi que l’aviation privée de voyager sur l’île.

À La Havane, la baisse de fréquentation se fait déjà durement ressentir par les travailleurs indépendants du secteur touristique. Le San Cristobal, restaurant de La Vieille Havane, qui doit sa réputation à la visite inespérée de Barack Obama en mars 2016, est fortement touché par les sanctions américaines.

« Il y avait deux croisières par jour qui arrivaient à La Havane et c’est ce qui dynamisait la capitale. Donc, qu’il n’y en ait plus, ça nous affecte beaucoup. Pour moi, c’est une baisse de chiffre d’affaires de 20%. Il va falloir se battre et aller de l’avant », explique Carlos Cristobal Marquez.

Un objectif revu à la baisse

De nombreux touristes affluent dans les rues de La Vieille Havane, mais l’objectif d’en accueillir 5,1 millions cette année à Cuba ne sera pas atteint. Le gouvernement a revu à la baisse de 15% ses prévisions. Les gérants d’hôtels, restaurants, les guides et les conducteurs de taxis s’inquiètent.

« J’ai travaillé avec les derniers croisiéristes américains. Ils venaient du Nebraska et ils étaient révoltés contre ces mesures parce que cette politique de Donald Trump affecte les peuples. Elle n’affecte pas le gouvernement cubain, c’est nous qui sommes perdants, nous qui travaillons à notre compte et les Américains qui aiment se balader dans ces voitures et dans La Havane », regrette Yoldani Fernandez Abasto, dans son authentique Ford Victoria décapotable rose de 1951.

À Cuba, le tourisme est la deuxième activité économique. Les revenus de ce secteur sont estimés à 2,5 milliards de dollars par an.

RFI

Laisser un commentaire