dimanche, avril 5, 2020
Accueil > Actualités > Internationale > INTERVIEW/ ABDAL KARIM EWAIDA, AMBASSADEUR DE PALESTINE A ABIDJAN : « CE QUE NOUS PENSONS DU PLAN DE PAIX PROPOSE PAR DONALD TRUMP »

INTERVIEW/ ABDAL KARIM EWAIDA, AMBASSADEUR DE PALESTINE A ABIDJAN : « CE QUE NOUS PENSONS DU PLAN DE PAIX PROPOSE PAR DONALD TRUMP »

Le plan de paix de Trump pour le Moyen-Orient baptisé le « Deal du siècle » n’est pas du goût des autorités palestiniennes. Dans une interview exclusive qu’il a accordée à Abidjan.net, l’ambassadeur de la Palestine en Côte d’Ivoire, Abdal Karim Ewaïda rejette plusieurs aspects de ce plan qui, selon lui, nie l’existence de l’Etat palestinien.

Abdal Karim Ewaida : Le plan, présenté par le président américain Trump, soutient-il un État de Palestine indépendant et souverain, avec Jérusalem-Est pour capitale ?

Abidjan.net : Le plan rejette outrageusement le droit de la Palestine d’exister en tant qu’État indépendant, souverain et contigu. En parrainant la légalisation des colonies illégales israéliennes et en dictant qu’aucune ne sera démantelée, le plan représente simplement l’annexion de territoires, rendant impossible une Palestine libre. Dans le cadre de ce plan, Israël conserverait son contrôle de sécurité suprême sur de vastes zones de la Palestine occupée, y compris sa capitale Jérusalem-Est et la vallée du Jourdain. Il suggère un État de Palestine fictif, par lequel il substitue la contiguïté territoriale à la «contiguïté des transports», ébranlant ainsi la viabilité même de l’État palestinien. Cet État fictif sera divisé en une série d’enclaves, éparpillées comme un archipel relié par des tunnels et des ponts, permettant à Israël de maintenir le contrôle de la sécurité sur les frontières terrestres et maritimes palestiniennes, l’espace aérien et les ressources naturelles. En tant que tel, le plan annule toutes les possibilités pour l’État de Palestine d’exercer une souveraineté significative et la sécurité même de l’État. D’un autre côté, le plan décrit le soutien total à un Grand Israël entre le Jourdain et la Méditerranée.

Tout en servant pleinement les seuls intérêts de l’État d’Israël, le plan constitue une continuation de la Déclaration Balfour de 1917 et de la loi de l’État de la nation juive d’Israël de 2018. Il vise à officialiser le projet colonial du Grand Israël sur les terres de la Palestine historique, qui nie les droits nationaux du peuple palestinien et ne lui permet de vivre que dans « des bantoustans » autonomes avec à peine une poignée de droits civils et religieux. Elle soulage Israël du fardeau de payer le coût de son occupation et d’assumer ses responsabilités en tant que puissance occupante.

Le plan peut-il réellement apporter la paix dans cette partie du monde ?

En légalisant l’annexion du territoire palestinien occupé à l’État israélien et en limitant les Palestiniens à des enclaves disjointes sur leurs propres terres, le plan consolide un système déjà existant où deux lois s’appliquent dans le territoire palestinien occupé: un pour les colons israéliens et un autre pour le peuple palestinien occupé. Alors que la loi israélienne s’applique aux colons israéliens illégaux en Cisjordanie occupée, les Palestiniens sont soumis aux lois et tribunaux militaires israéliens. Non seulement le plan propose un État palestinien sans souveraineté, mais il énonce une réalité à un seul État avec deux systèmes, selon laquelle les Palestiniens continuent de se voir refuser les droits politiques, économiques, culturels et sociaux dont jouissent les juifs israéliens. En effet, avec le nombre de Palestiniens, dans l’État de Palestine et les citoyens palestiniens d’Israël dépassant déjà le nombre de juifs israéliens dans le pays entre le Jourdain et la Méditerranée, Israël est à un pas de devenir un État d’apartheid à part entière. Dans l’ensemble, ce plan exige que les dirigeants et le peuple palestiniens se soumettent totalement à l’apartheid israélien.

Le plan est-il conforme à la solution à deux États à la frontière de 1967?

Au début de ce plan, ses auteurs présentent le conflit comme un conflit entre «l’État d’Israël et les Palestiniens», détruisant efficacement la solution à deux États et effaçant à tort la frontière de 1967, connue sous le nom de Ligne verte. Les frontières définies de l’État de Palestine internationalement reconnues par 139 nations dans le monde conformément à la résolution 67/19 de 2012 de l’ONU sont situées à l’intérieur des frontières de 1967, comprenant la Cisjordanie, y compris la capitale Jérusalem-Est, et la bande de Gaza. D’un autre côté, Israël n’a pas encore défini ses frontières. Non seulement la carte approuvée par le président Trump élimine la frontière de 1967, mais elle reconnaît également les faits illégaux d’Israël sur le terrain et de facto «un État avec deux systèmes». Sans doute, le plan soutient la réalisation d’un Grand Israël qui érode le concept de la solution à deux États approuvée internationalement et le remplace par l’apartheid.

Respecte-t-il le droit international et les résolutions des Nations Unies?

Ce plan viole effrontément le droit international, ainsi que toutes les résolutions des Nations Unies concernant la cause de Palestine. Nous parlons des résolutions approuvant la solution à deux États, d’autres considérant les colonies de peuplement israéliennes comme illégales, des résolutions reconnaissant Jérusalem-Est comme la capitale de l’État palestinien, jugeant nulle toute modification de Jérusalem par Israël, et des résolutions reconnaissant les droits des réfugiés palestiniens au retour et à l’indemnisation. Le plan normalise (i) la colonisation de la Palestine, en violation du droit international et des résolutions de l’ONU, (ii) l’annexion du territoire palestinien occupé, manifestement illégale au regard du droit international et considérée comme un crime d’agression par le Statut de Rome et (iii) l’apartheid, reconnu comme un crime contre l’humanité au regard du Statut de Rome.

Les États-Unis et Israël défient et menacent ainsi le droit et l’ordre internationaux pour les remplacer par un nouvel ordre mondial, autoritaire et exploiteur. Comme l’a déclaré Michael Lynk, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme dans le territoire palestinien occupé depuis 1967: « Ce plan renverserait l’ordre international fondé sur des règles et implanterait durablement l’assujettissement tragique des Palestiniens existant déjà sur le terrain ». « L’abandon de ces principes juridiques menace de briser le consensus international de longue date sur le conflit, favorisant la realpolitik sur les droits, le pouvoir sur la justice et la gestion des conflits sur la résolution des conflits », ajouta-t-il.

Quelle partie rejette les références internationalement approuvées pour parvenir à la paix?

Sur la base du droit international et des résolutions pertinentes des Nations Unies, l’Initiative de paix palestinienne de 1988 a marqué un accord historique et douloureux en acceptant le droit d’Israël à exister sur 78% des terres de la Palestine historique et l’État de Palestine sur les 22% restants, composé de la Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est, et la bande de Gaza. Contrairement à Israël, qui continue de créer des actes illégaux sur le terrain et de violer à la fois le droit international et les accords signés, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) continue d’honorer toutes ses obligations internationales, y compris en vertu des accords signés avec Israël, et de saisir toutes les occasions pour réaliser la paix et le droit du peuple de Palestine à l’autodétermination. Au cours des trente-deux dernières années, l’OLP s’est véritablement engagée dans le processus de paix qui a commencé avec la Conférence de paix de Madrid de 1991 et s’est conclu avec la dernière série de négociations dirigée par l’ancien secrétaire d’État américain John Kerry en 2014, qui a échoué parce qu’Israël continuait à utiliser les négociations en tant qu’écran de fumée pour violer les droits palestiniens et le droit international.

D’un autre côté, depuis la signature de l’Accord intérimaire d’Oslo en 1993, Israël s’est fortement engagé dans un processus colonial de construction de colonies sur le territoire palestinien, tout en continuant à violer presque tous les droits des Palestiniens, au détriment du processus de paix. Les Israéliens a systématiquement détruit les fondements mêmes du processus de paix alors qu’ils continuent de s’approprier des terres palestiniennes et de transférer leur propre population civile dans le territoire palestinien occupé, en violation manifeste du droit international.

Selon l’ONG israélienne Peace Now, jusqu’en 1994, plus de 280 000 colons juifs israéliens vivaient en Palestine occupée. En revanche, les statistiques actuellement disponibles montrent que ce nombre a presque triplé pour atteindre plus de 640 000 colons vivant dans plus de 200 colonies, dont 42 à Jérusalem occupée et aux alentours. Selon un rapport récemment publié par une organisation de colons israéliens, au cours de la dernière décennie seulement, , le nombre de colons israéliens a augmenté de 48%. Rien qu’en 2019, il y a eu une augmentation de 3,4%, soit plus du double du taux de croissance démographique en Israël proprement dit qui a atteint 1,9% au début de 2020.

Comment le plan envisage-t-il les questions essentielles réservées aux négociations sur le statut permanent?

À travers une série de décisions unilatérales et depuis sa reconnaissance de Jérusalem comme capitale d’Israël fin 2017, l’administration Trump a méthodiquement sapé les négociations sur le statut permanent concernant principalement les questions fondamentales: les frontières, Jérusalem et la question des réfugiés de Palestine. Une lecture attentive du plan Trump montre comment tous ses détails incarnent la vision raciste des colons israéliens les plus idéologiquement extrêmes, qui ont progressivement pris en main la responsabilité depuis l’assassinat de l’ancien Premier ministre israélien Yitzhak Rabin en 1995 et ont dirigé l’État d’Israël depuis plus d’une décennie maintenant.

Dans l’ensemble, le plan nie le statut d’un État souverain pour les Palestiniens, reconnaît Jérusalem comme la capitale d’Israël, viole le statu quo historique de la mosquée Al-Aqsa, en imposant des divisions temporelles et géographiques à l’intérieur du complexe pour les différentes confessions, légalise l’annexion de toutes les colonies israéliennes et rejette catégoriquement les droits des réfugiés palestiniens. En permettant à Israël d’étendre et de perpétuer son entreprise de colonisation, le plan nie le droit palestinien à l’autodétermination et propose une alternative au mandat international pour les négociations entre la Palestine et Israël, le tout en violation du droit international, des résolutions de l’ONU, consensus international et accords précédemment signés. S’engager dans ce plan signifie une légitimation de l’acquisition par Israël d’un territoire par la force et une perpétuation de sa supériorité et de sa domination sur la terre et la vie du peuple palestinien. En d’autres termes, il légitime «la force prime le droit».

La partie économique du plan peut-elle remplacer une paix globale, juste et durable?

L’État de Palestine a le droit d’exercer sa souveraineté avec des plans financiers et monétaires indépendants, le contrôle de ses politiques d’importation et d’exportation, ainsi que l’accès à ses frontières et aux ressources naturelles, y compris l’eau, les minéraux, le gaz naturel et les ressources pétrolières. Ce n’est que par une paix juste et durable que la Palestine pourra garantir l’indépendance, la prospérité et la durabilité de son économie, à commencer par la fin de l’occupation d’Israël et la réalisation de l’État palestinien et des droits inaliénables. Selon diverses études économiques, la Palestine possède un grand potentiel économique et le principal obstacle à la réalisation de ce potentiel est l’occupation israélienne. Par exemple, en 2013, un rapport de la Banque mondiale estimait que si les restrictions israéliennes sur la zone C de Cisjordanie étaient levées, cela «pourrait entraîner une expansion significative de nombreux secteurs de l’économie palestinienne», qui pourrait générer 2,2 milliards de dollars par an en termes de valeur ajoutée. Selon le rapport: «La majeure partie de cela proviendrait de l’agriculture et de l’exploitation des minéraux de la mer Morte.» La mer Morte, une zone stratégique pour la Palestine, est promise à Israël dans le plan Trump.

Dans l’ensemble, la partie économique du plan est une tentative ratée de couvrir la prolongation de l’occupation belligérante d’Israël et le vol de terres et de ressources palestiniennes.

Quelle est la position de l’État de Palestine?

L’État de Palestine considère le plan d’apartheid américain comme une agression flagrante contre les droits inaliénables du peuple de Palestine, qui ont été approuvés par les Nations Unies pour permettre à notre nation d’exercer son droit à l’autodétermination, l’indépendance et la souveraineté nationales, et le droit de nos réfugiés à retourner. Ce plan sape le droit international et le rôle des Nations Unies et constitue donc une menace directe pour le peuple de Palestine et sa juste cause, et pour l’ensemble du système international fondé sur des règles tel que nous le connaissons. Il considère toutes les colonies israéliennes comme légales, y compris celles de Jérusalem-Est, la capitale de la Palestine internationalement reconnue, qui comprend la vieille ville et ses environs de 6 km2.

L’État de Palestine a approuvé toutes les résolutions pertinentes des Nations Unies et le droit international comme base de toute solution vers l’instauration de la paix. Il considère l’Initiative de paix arabe (API) comme la formule de base qui peut réaliser l’intégration diplomatique et économique d’Israël dans la région en échange de mettre fin à son occupation de tous les territoires arabes, y compris les fermes libanaises de Shebaa, le Golan syrien arabe et l’État occupé de Palestine, ainsi que la recherche d’une solution juste et convenue à la question des réfugiés de Palestine.

Quelles sont les positions de la communauté internationale et du monde arabe?

Alors qu’un certain nombre de pays ont «salué» l’annonce américaine, aucun n’a approuvé le plan. Mais la majorité des réponses ont été positives insistant sur l’importance de la solution à deux États, du droit international et des résolutions pertinentes de l’ONU comme voie à suivre pour parvenir à la paix. Cela comprend l’Union européenne, à travers une déclaration publiée par le haut représentant / vice-président Josep Borrell, qui a affirmé la position de l’UE qui « ne reconnaît pas la souveraineté d’Israël sur les territoires occupés depuis 1967 », et a estimé que «les étapes vers l’annexion, si elles étaient mises en œuvre, ne pourraient pas passer sans contestation». La Ligue arabe a également décidé «de rejeter le «Deal du siècle» américano-israélien, qui ne répond pas au minimum des aspirations et droits du peuple palestinien, et viole toutes les références du processus de paix fondé sur le droit international et les résolutions internationales pertinentes.» De plus, l’Organisation de coopération islamique (OCI) a réaffirmé «son rejet de tout plan, accord ou initiative soumis par une partie quelle qu’elle soit, qui est incompatible avec les droits inaliénables du peuple palestinien consacrés par des résolutions convenues sur la légitimité internationale, ou non conformes aux mandat internationalement reconnu du processus de paix au Moyen-Orient, dont le plus important est le droit international, les résolutions de l’ONU et l’Initiative de paix arabe».

Selon vous, quelle est la voie à suivre pour parvenir à la paix?

Notre vision de la paix est fondamentalement fondée sur la fin de l’occupation coloniale de la Palestine par Israël. Un État de Palestine indépendant et viable ne peut se fonder que sur une souveraineté totale sur notre territoire et nos ressources; le contrôle de nos frontières, de notre espace aérien et de nos frontières maritimes; et, plus important encore, l’autodétermination: la capacité de déterminer librement la forme de notre vie politique, civile, économique, culturelle et sociale. Désormais, la voie à suivre devrait être conforme au droit international et au système de justice que l’ordre juridique international est censé préserver. Tout plan qui affront le droit international et les résolutions des Nations Unies et légitime le vol illégal de terres et l’annexion n’est pas du tout un plan de paix. C’est pourquoi, la récente Initiative de paix palestinienne de 2018, telle que proposée par le président Mahmoud Abbas au Conseil de sécurité des Nations Unies, peut atteindre un tel objectif.

L’Initiative de paix palestinienne appelle à la mise en œuvre du principe de la solution à deux États aux frontières de 1967. Tout en proposant la convocation d’une conférence de paix internationale fermement fondée sur le droit international. Le plan précise qu’aucune action unilatérale susceptible de compromettre les négociations sur le statut final ne doit être prise. La vision globale de ce plan est claire: il est basé sur le respect de la légitimité internationale et des résolutions pertinentes de l’ONU, y compris l’aboutissement d’une solution juste et convenue pour les réfugiés palestiniens conformément à la résolution 194 de l’ONU qui stipule leur droit au retour à leurs maisons et à une juste compensation. Le plan prévoit «Jérusalem-Est en tant que capitale de l’État de Palestine et une ville ouverte pour les fidèles des trois religions monothéistes». Il exige également d’assurer la sécurité de la Palestine et d’Israël «sans compromettre l’indépendance et la souveraineté de l’un ou de l’autre ». En fin, notre vision de la paix requiert la justice et la capacité d’exercer nos droits librement dans notre patrie. Nous restons convaincus qu’avec le soutien de pays épris de paix qui cherchent à préserver l’ordre international menacé, nous réussirons dans notre quête de cette paix juste et durable.

Abidjan.net

Laisser un commentaire