mercredi, septembre 30, 2020
Accueil > Actualités > MOHAMMAD JAVAD ZARIF (M.A.E IRAN) :L’IRAN N’A AUCUNE PRÉTENTION DE CONTRÔLER LE MOYEN-ORIENT

MOHAMMAD JAVAD ZARIF (M.A.E IRAN) :L’IRAN N’A AUCUNE PRÉTENTION DE CONTRÔLER LE MOYEN-ORIENT

INTERVIEW

La République Islamique d’Iran va bientôt célébrer le quarantième anniversaire de sa révolution survenue  en  1979 sous la direction  de l’Ayatollah Khomeiny, guide suprême de cette révolution

Pour être en  phase avec cet événement, nous avons ouvert un dossier à cet effet. C’est dans ce sens que se situe cette interview accordée par le Ministre des Affaires étrangères SEM MOHAMMAD JAVAD ZARIF (M.A.E IRAN)  à  l’hebdomadaire le point que nous  vous présentons de manière illustrée

Il est bon de noter que cette interview est la suite d’une première déjà réalisée et titrée Mohammad javad zarif (M.A.E IRAN) : «  nous n’avons jamais cherché à éliminer quelque pays que ce soit »

Il y a quelques jours, l’Iran a confirmée avoir effectué un nouvel essai de missiles balistiques condamné par les pays occidentaux. Comprenez-vous la crainte que ce programme suscite ?

Tout d’abord, le programme balistique iranien n‘a rien d’illégal. Il n’y aucun élément qui prouve le contraire. Auparavant, il y avait la résolution 1929 de l’ONU, appelant l’Iran à cesser ses activités. Mais ce texte n’existe plus.

Certains affirment que ces missiles pourraient porter une arme atomique et que les tests que vous réalisez vont à l’encontre de « l’esprit » de l’accord sur le nucléaire iranien.

Attendez…..  La résolution 2231 de l’Onu (qui approuve l’accord sur le nucléaire iranien NDLR) ne parle en aucun cas d’ « esprit » ou de quoi que ce soit d’autre. Le texte même de cette résolution demande à l’Iran (elle ne le contraint pas, NDLR) de ne se doter de missile conçu pour porter une tête nucléaire. Nous n’avons pas de programme nucléaire (militaire). D’ailleurs, le but même de l’accord sur le nucléaire est d’instaurer la confiance (entre le Russie, le Chine, les Etats-Unis, la France, le Royaume Uni, l’Allemagne et la République Islamique.) afin que l’Iran ne se dote pas d’armes atomiques. Par conséquent, un pays qui ne dispose pas de bombe nucléaire ne possède pas de vecteur conçu pour en porter. Par ailleurs, nos missiles sont des engins de précision. Or, si vous souhaitez utiliser des armes de destruction massives, vous n’investissez pas dans des missiles qui soient précis. Car une arme qui porte des têtes nucléaires  peut toucher sa cible à 1 kilomètre ou même 10 kilomètres de distance. Les missiles que nous développons ne sont donc pas faits pour porter  des têtes nucléaires. 

Emmanuel Macron a souligné à plusieurs reprises les inquiétudes que ce programme balistique suscite en Occident, relayant ainsi les craintes des pays de la région. Il souhaiterait inclure cette question dans un accord élargi avec l’Iran.

La France vend chaque année des milliards de dollars d’armes aux Emirats Arabes Unis et à l’Arabie Saoudite. Regardez uniquement les chiffres relatifs au Moyen-Orient. L’an dernier, les achats d’armes des Emirats Arabes Unis atteignaient 14% du chiffre total de la région. Ceux de l’Arabie Saoudite s’élevaient à 31%, alors que ceux de l’Iran en représentaient que 1% ! Focalisez-vous ensuite sur le budget militaire de chaque pays. L’année dernière, celui des  Emirats Arabes Unis s’élevait à 22 milliards de dollars, quand celui de l’Arabie Saoudite atteignait 69 milliards de dollars. Pour ce qui est du budget militaire de l’Iran, il était inférieur à 16 milliards de dollars. Calculez maintenant ce budget par habitant. Le plus élevé de la région est celui des Emirats, avec 2500 dollars de dépense par habitant, puis vient l’Arabie Saoudite avec plus de 2000 dollars. Pour ce qui est de l’Iran il n’est que de 150 dollars ! Que signifient ces chiffres ? Qu’en termes de pourcentage d’achat d’armements ou de budget militaire par habitant nous sommes le plus petit pays de la région. Qu’au niveau du budget militaire global nous sommes l’un des plus petits du Moyen-Orient. A présent, la question est de savoir si la France est prête à vendre à l’Iran les avions perfectionnés qu’elle livre à l’Arabie Saoudite et aux Emirats afin que nous puissions nous défendre. Ou peut-être M. Macron ne souhait-il pas que nous puissions nous défendre ?

Sauf que les pays que vous citez n’ont jamais appelé à la destruction d’Israël. Et certains de vos missiles ne portent-ils pas l’inscription en hébreu » Mort à Israël » ?

Le Premier Ministre israélien M. Netanyahou, s’est rendu près de la centrale de Dimona, où sont fabriquées les armes nucléaires [d’Israël, NDLR] et a déclaré qu’il détruirait l’Iran. Il n’a pas dit que notre pays devrait disparaitre, mais qu’il allait le détruire. Pourquoi M. Macron n’a-t-il pas réagi à ce moment-là ? Pourquoi n’ai-je pas vu une seule personne en France s’élever contre ces propos ? En ce qui nous concerne, quand a-t-on dit que nous allions détruire Israël ? Amenez-moi une seule personne qui ait déclaré cela. Personne n’a prononcé de telles paroles.

L’Ex Président Mahmood Ahmadinejad en 2007.

Non. Il n’a pas dit cela ! Il a rappelé que l’Imam [Khomeiny, NDLR] avait indiqué qu’Israël disparaitrait des pages du temps. Il n’a pas dit qu’il allait le détruire ! Il a souligné qu’Israël, en poursuivant ses politiques, allait subir ce sort.

Beaucoup d’experts s’accordent à dire que la République Islamique n’a jamais été aussi puissante au Moyen –orient. Les gardiens de la révolution islamique [Armée idéologique du régime, NDLR] se sont même vantés d’avoir mis la main sur quatre capitale arabe (Bagdad, Damas,  Beyrouth, Sanaa) Est-ce une réalité ?

Ces propos sont une erreur. C’est une insulte pour la région. Quiconque a déclaré cela s’est trompé. L’une des raisons pour lesquelles l’Iran possède une influence au Moyen-Orient est justement que nous sommes convaincus que ce sont les populations de la région qui doivent détenir le pouvoir. Une deuxième raison est que d’autres ont mené une politique erronée. Nous ne souhaitons contrôler aucune zone. En Irak, nous avons du poids, car nous n’avons pas soutenus Saddam Hussein quand il était au pouvoir, mais le peuple irakien. Nous sommes présents en Syrie, car nous n’avons pas aidé Daesh. Nous sommes au Liban, car nous n’avons pas emprisonné le Premier Ministre Saad Hariri [Il a été « pris en otage » en Novembre 2017, NDLR]. Nous sommes au Yémen car nous ne bombardons pas ce pays, nous [ l’Arabie Saoudite est à la tête d’une coalition arabe engagée depuis mars 2015 contre les rebelles yéménites Houthis, soutenus par Téhéran, NDLR). Voilà la réalité. C’est aux auteurs de ces actes qu’il faut demander pourquoi ils mènent des politiques néfastes au Moyen-Orient. Quant à l’Iran, dites-moi quelle mauvaise décision nous avons prise dans la région ? Est-ce nous qui avons soutenus Daesh ? Est-ce nous qui avons soutenus le Front Al Nostra [ex branche d’Al-Qaeda en Syrie, NDLR]? Avons-nous emprisonné Saad Hariri ? Lequel de ces actes a été commis par l’Iran pour que M. Macron  s’inquiète autant de nous ? Il serait judicieux que votre Président aille voir ses amis et leur tire les oreilles pour qu’ils changent leur comportement.

kemebrama@hotmail.com

Sources : Le Point 2416-2417 I 20-27 Décembre 2018 pp32-35.

Laisser un commentaire