mercredi, février 24, 2021
Accueil > Actualités > MOHAMMED BEN SALMANE: RIYAD SERA PARMI LES 10 PLUS GRANDES ECONOMIES URBAINES

MOHAMMED BEN SALMANE: RIYAD SERA PARMI LES 10 PLUS GRANDES ECONOMIES URBAINES

S’exprimant lors du forum de l’Initiative d’investissement futur, le prince héritier a déclaré qu’il y avait des plans pour améliorer la condition environnementale de Riyad. (FII)

 «Notre objectif ultime est de faire de Riyad l’une des 10 plus grandes économies urbaines du monde », a aussi affirmé le prince héritier

À l’occasion de la Future Investment Initiative (FII) qui s’est  déroulé le 29 janvier dernier dans la capitale saoudienne, le prince héritier, Mohammed ben Salmane, a annoncé les plans ambitieux du Royaume. Faire de Riyad l’une des dix villes les plus riches du monde, doubler le nombre d’habitants, développer une ville «plus verte»…  Un programme à la hauteur des ambitions d’un pays qui sait regarder vers l’avenir.

Dès l’entame de ses propos, le prince héritier a déclaré  ce qui suit : «Le vrai développement commence dans les villes, que ce soit en termes d’industrie, d’innovation, d’éducation, de services ou d’autres secteurs»

Par la suite, s’adressant à l’ancien Premier ministre italien  sur l’avenir de la capitale saoudienne il a asséné : «Toutes les caractéristiques de Riyad préparent le terrain pour la création d’emplois, la croissance économique, l’investissement et bien d’autres opportunités», «Notre objectif ultime est de faire de Riyad l’une des 10 plus grandes économies urbaines du monde. Aujourd’hui, elle se situe au 40e rang, la quarantième plus grande économie urbaine au monde. Nous visons également à augmenter le nombre de ses habitants de 7,5 millions aujourd’hui à environ 15-20 millions en 2030», a-t-il ajouté.

« Les villes représentent 85 % de l’activité économique mondiale et sont le berceau du développement en termes d’industrie, d’innovation, d’éducation, de services ou d’autres secteurs », a déclaré Mohammed ben Salmane qui a également affirmé n’avoir aucun doute concernant le fait que «l’économie mondiale repose beaucoup plus sur des villes que sur des nations».

Riyad représente environ 50 % de l’économie non pétrolière du Royaume et bénéficie d’avantages de coûts par rapport aux autres centres urbains. Le coût de la création d’emplois dans la capitale est 30 % inférieur à celui des autres villes saoudiennes, a révélé le prince héritier.

«Le coût du développement des infrastructures et de l’immobilier est inférieur de 29 % à celui des autres villes, tandis que l’infrastructure de Riyad est déjà très bien établie en raison de la bonne gestion et de la planification rationnelle sur plus de cinquante-cinq ans pensée et mise en œuvre par Son Altesse le Roi Salmane», a-t-il ajouté.

Le prince héritier a également annoncé des projets de long terme pour une ville plus verte et plus durable. «Cela impliquera la plantation de millions d’arbres dans la ville afin de réduire les températures et les niveaux de poussière», a-t-il expliqué. «Il est également prévu d’améliorer les conditions environnementales de Riyad et de la province, ainsi que de soutenir d’autres projets environnementaux dans le Royaume qui seront annoncés à une date ultérieure».

Fahd al-Rasheed, président de la Commission royale pour la ville de Riyad, a pour sa part déclaré à Arab News  que le fait de «construire des installations attirera inévitablement les investisseurs».

Khalid al-Falih, le ministre saoudien des Investissements, a par ailleurs annoncé une série de réformes favorables aux entreprises qui seraient adoptées d’ici mi-2021.

L’événement du FII, qui a attiré plus de 10 000 participants inscrits ainsi que des millions d’autres sur les réseaux sociaux, a également appris que 24 sociétés multinationales s’étaient inscrites pour établir leur siège régional à Riyad, y compris des géants tels que PepsiCo, Schlumberger, Bechtel et Boston Scientific, ainsi que la chaîne de restauration rapide Tim Hortons.

Lors de son intervention, le prince héritier avait également dévoilé qu’Aramco, la plus grande compagnie pétrolière du monde, pourrait organiser une deuxième offre d’actions après son introduction historique en bourse depuis un peu plus d’un an. «Cela produira un flux de trésorerie qui sera transféré au Fonds d’investissement public pour être ensuite réinvesti aux deux niveaux national et international au profit des citoyens saoudiens», a-t-il conclu.

Ce texte est la traduction d’un article paru sur Arabnews.com

Frank Kane  in Arab New, paru  le 29 janvier 2021

 

Laisser un commentaire