mardi, novembre 20, 2018
Accueil > Actualités >  RÉFLEXION :FRACTURE AU PDCI, L’HISTOIRE SE RÉPÈTE.

 RÉFLEXION :FRACTURE AU PDCI, L’HISTOIRE SE RÉPÈTE.

Dans le cadre de notre rubrique réflexion, nous vous publions cette réflexion de Soumahoro Alpha Yaya, homme de médias doublé d’un écrivain. Cette réflexion porte sur la fracture qui a lieu actuellement au sein du PDCI-RDA.

Dans le manuscrit d’un ouvrage dans notre tiroir depuis le début de l’an 2000 et intitulé « Comment perd-on le pouvoir en Afrique ? « , nous évoquons le déterminisme philosophique.

Relations de cause à effet.

Voici en substance une approche dénotative de ce concept : « Théorie selon laquelle les événements du réel, y compris ceux du monde humain, sont soumis à un enchaînement causal nécessaire…».

De cette théorie philosophique, nous retenons que : « les mêmes causes produisent les mêmes effets ».

En effet, ce qui se passe au PDCI-RDA, ressemble étrangement à ce qui s’est passé aux lendemains du décès du Président Felix Houphouët-Boigny, en 1993 : la légende outre- tombe du PDCI-RDA.

Lisons ensemble notre article écrit en 1994 :

Le Premier texte officiel du RDR écrit en 1994.

 »La Naissance du RDR »

Au soir du 7 Décembre 1993, l’histoire de la Côte d’Ivoire passe à une double vitesse et connaît une accélération.

Si la question de la succession à la Présidence de la République semble avoir trouvé une issue heureuse grâce à la maturité du peuple ivoirien et au bon sens de l’ex-Premier Ministre Alassane Ouattara, en revanche celle de la vacance de la présidence à la tête du Parti Démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) demeure un secret de polichinelle, un mystère entretenu.

Une main « inconnue ‘’se lève au fond de la salle

Coup de théâtre, une main « inconnue ‘’se lève au fond de la salle du Palais des Congrès de l’Hôtel Ivoire et insiste pour prendre la parole.

Quelques jours auparavant sans être dans le secret des dieux, nous avions eu des brides d’information. Cette main inconnue veut mettre fin à la pensée unique et faire entendre la position du courant politique des rénovateurs qu’il dirige au sein du PDCI. Cette main, est celle de Djeny Kobina.

Mais cette main-là, sera hélas noyée par les clameurs délibérément orchestrées et entretenues par une cohorte de loubards commis à la besogne d’empêcher toute intervention et tout autre son de cloche que celui composé par la direction du parti. L’atmosphère est électrique et délétère.

Konan Bédié est proclamé Président du PDCI-ŔDA

C’est dans cette ambiance « uni-sonore » et monocorde qu’Aimé Henri Konan Bédié est proclamé Président du PDCI-ŔDA. Vinum bibi trahatur  » Le vin était ainsi tiré il fallait le boire ».

Mais Djeny Kobina et ses camarades n’accepteront pas de boire de vin mal distillé selon eux. La rupture avec le PDCI est inévitable et sera vite consommée. Tous les militants du PDCI-RDA épris de justice sont frustrés par ce manquement grave à la pratique démocratique universelle.

Alassane Ouattara est ignoré

Nombreux sont ceux des militants et sympathisants du PDCI et même des citoyens lambda qui n’ont pas compris pourquoi à ce congrès du PDCI, aucun mot de gratitude et de reconnaissance n’a été exprimé par la direction du parti à l’endroit de l’ex-Premier Ministre Alassane Ouattara, qui venait pourtant d’accomplir, durant trois ans, un travail immense pour sortir le pays du creux de la vague, et sauver le pouvoir chancelant de Félix Houphouët-Boigny.

Au lendemain de ce congrès, le PDCI est confronté à une crise sans précédent.

Beaucoup de défections dans les rangs du PDCI-RDA

On assiste à des défections en masse dans ses rangs. Tous ceux qui veulent sauvegarder les valeurs républicaines rejoignent Djeny Kobina, alors traité par le Secrétaire général Dona Fologo de « loup solitaire perdu dans le désert.  »

La suite on la connaît. Les statuts du Rassemblement des Républicains (RDR) sont déposés le 27 Juin 1994 au Ministère de l’Intérieur.

Le 27 Septembre 1994 le RDR devient une réalité

Trois mois plus tard, soit le 27 Septembre 1994, conformément à la loi, le RDR, devient une réalité vivante et vivace en Côte d’Ivoire.

Pour la mémoire et le souvenir.

LES MÊMES CAUSES, PRODUISENT LES MÊMES EFFETS

Après avoir lu un article du Ministre Kobenan Kouassi Adjoumani, publié récemment dans le journal en ligne ‘’ Le Banco’’ et intitulé : ‘’Un profond malaise secoue le PDCI-RDA ‘’, nous en déduisons que le déterminisme philosophique évoqué en début de texte semble se trouver dans l’ADN du PDCI, du moins sous la présidence d’Aimé Henri Konan Bédié.

À tort ou à raison, tout porte à croire que Bédié est l’homme des ruptures, du non compromis et du non dialogue ; pourtant le Dialogue est considéré en référence historique et légendaire à Felix Houphouët-Boigny, comme étant l’arme des forts.

Comme Bédié l’a si bien écrit jadis, ses suiveurs risquent encore une fois de l’envoyer à l’abattoir ; si entre temps il ne sonne pas lui-même le glas au PDCI.

Extrait de propos d’Adjoumani

Un congrès extraordinaire serait le bienvenu.

‘’…À l’heure actuelle, au regard de la situation et pour préserver l’unité de notre parti, un congrès extraordinaire serait le bienvenu. Parce que cette situation indispose beaucoup de militants au PDCI-RDA. Certains n’ont pas encore parlé, d’autres ont peur de s’exprimer et de dire ce qu’ils pensent. Mais, il faut reconnaître qu’un profond malaise secoue le PDCI-RDA et cela est très dommageable pour la cohésion au sein du parti. »

Un défilé militaire historique

Le Président de la République Alassane Ouattara vient de restituer à la prospérité, la grandeur de la Côte d’ivoire à travers un défilé militaire historique, qui nous renoue avec le passé glorieux, et nous ouvre les chantiers exaltants du futur.

Alassane Ouattara promet le passage du témoin aux jeunes

La meilleure et la bonne de nouvelle ; le Président Alassane Ouattara promet le passage du témoin à une autre génération en 2020. Nul ne peut douter l’effectivité de cet engagement le moment venu. Du Dr Alassane Ouattara, l’histoire retiendra essentiellement ceci : outre le fait qu’il soit le bâtisseur de la Côte d’ivoire nouvelle et moderne, (sur les traces du Président Houphouët Boigny), c’est un homme d’honneur qui respecte sa parole donnée.

Un mot à l’attention du Président Henri Konan Bédié. Nous avons recours aux ‘’Mémoires de Louis David, peintre et député a la convention (1850) :

‘’L’immortel Poussin traçant sur la toile les plus sublimes leçons de philosophie, est un témoin qui prouve que le génie des arts ne doit avoir d’autre guide que le flambeau de la raison.’’

Djeni Kobina avait averti, un autre Konan Adjoumani prévient… même si le second Kobinan a un N en sus !

Soumahoro Alfa Yaya