lundi, septembre 28, 2020
Accueil > Actualités > RELATIONS IVOIRO-QATARIES: UN LOBBYING PAYANT DU PRESIDENT OUATTARA.

RELATIONS IVOIRO-QATARIES: UN LOBBYING PAYANT DU PRESIDENT OUATTARA.

DOSSIER: LES RELATIONS  ENTRE LA COTE D’IVOIRE ET LES PAYS ARABES

Le Qatar par l’entreprise de sa société gazière, Qatar petroleum (QP), vient d’effectuer son entrée dans l’amont pétrolier en Côte d’Ivoire par des prises de participation à hauteur de 45% dans chacun des blocs pétroliers CI–705 et CI–706 opérés par le groupe français Total. Ces deux blocs sont situés dans le bassin de Tano.

Comme nous l’avons signalé dans notre première parution relatif à ce dossier, cette accession du Qatar dans le secteur pétrolier  ivoirien est le résultat d’un  lobbying du Président Alassane Ouattara qui a effectué deux visites officielles dans cet émirat et qui a reçu en retour, l’Emir du Qatar sur les bords de la lagune ebrié

 

 

Par devoir de mémoire, nous revenons sur ces différents événements

En effet, le président ivoirien Alassane Ouattara s’est rendu à deux reprise au Qatar d’abord en 2013 puis en 2018.

Diversifier la recherche des partenaires et des investisseurs

Comme on le sait, à son avènement à la Magistrature suprême de notre pays en 2011 dans le cadre de sa reconstruction après une longue crise, le Président Ouattara s’est résolument engagé dans une diversification des partenaires bilatéraux et multilatéraux, et surtout, dans une recherche d’investisseurs afin de mener la Côte d’Ivoire à l’émergence à l’horizon 2020

C’est dans cette optique qu’il s’est rendu au Qatar pour une première visite officielle de 72 heures en 2013 avec comme objectif, la signature d’importants contrats d’investissements avec des opérateurs économiques qataris. En cette occasion, le Président Ouattara et ses ministres ont insisté sur la stabilité de la Côte d’Ivoire, de sa monnaie, sur la paix qui y règne, données essentielles pouvant  attire des investissements dans les secteurs minier et agricole, mais aussi dans les infrastructures.

Le Qatar : un  choix bien motivé 

En son temps, le ministre Emmanuel Essis, alors Directeur du Centre de promotion des investissements en Côte d’Ivoire (Cepici) avait affirmé : «  le Qatar n’a évidemment pas été choisi au hasard. Tout le monde sait que les fonds qatariens sont prolixes dans ce monde, et nous espérons pouvoir avoir notre part et pouvoir convaincre. Je crois que nous avons fait une très bonne réunion avec la Chambre de commerce. Nous les avons convaincus que la Côte d’Ivoire était une bonne destination. Et nous lançons bien sûr un appel à tous les investisseurs dans le monde pour leur dire que la Côte d’Ivoire est la porte de l’Afrique de l’Ouest. »

A travers cette première visite d’Etat, le président Ouattara entendait ainsi mobiliser d’importants investissements de cet Emirat du Golfe. Cette ambition était d’ailleurs en phase avec celle de l’émir du Qatar qui nourrissait de grandes ambitions pour les pays africains en termes d’investissements  à travers les Fonds Qataris. Ce sont ces fonds que la Côte d’Ivoire était venue chercher.

Une visite fructueuse

Au niveau des résultats, cette première visite du Président ivoirien au Qatar a été très fructueuse dans la mesure où, notre pays a pu bénéficier d’importants investissements pour son industrialisation.

Dans ce sens, le Président Ouattara a rencontré Son Altesse Cheick Hamad BEN Khalifa Al-Thani, Emir du Qatar le lundi 13 Mai 2013, à Doha, au Palais du « Diwan Amiri». Les échanges entre les deux personnalités ont porté sur la coopération bilatérale entre leurs deux pays .Au plan diplomatique, elle a permis l’ouverture d’une Ambassade de la Côte d’Ivoire au Qatar, afin de matérialiser le renforcement de ces liens de coopération.

L’appui du Qatar sollicité

Au plan économique et au niveau du Développement, le Président ivoirien a indiqué avoir sollicité l’appui de l’Emir du Qatar pour la construction de l’autoroute devant relier la Côte d’Ivoire au Burkina Faso d’une longueur de 1000 km et pour l’accroissement de la production de l’électricité par la mise disposition de gaz liquéfié. : « Nous avons notamment parlé de l’autoroute qui pourrait relier la Côte d’Ivoire au Burkina Faso, pour un investissement de 4 milliards de dollars. Nous avons également évoqué la construction d’une grande université, que l’émir a bien voulu accepter. Mais la Côte d’Ivoire intéresse également le Qatar par son potentiel. »

A la fin de ce premier séjour dans cet émirat du Golfe, le Président Ouattara a annoncé que le Qatar allait financer la construction d’une grande Université en Côte d’Ivoire. Il a aussi exhorté les investisseurs Qatari à s’intéresser aux domaines de l’agro-industrie, des mines de l’énergie et du pétrole, du commerce et des infrastructures économiques.

Une deuxième visite riche en apports concrets.

La deuxième visite du président ivoirien s’est déroulée en 2018

En effet, pour la seconde fois, à l’invitation de l’Emir du Qatar, Son Altesse Sheikh Tamim Bin Hamad AL-THANI, le président ivoirien a effectué une visite d’Etat au Qatar, les 16 et 17 septembre 2018 à Doha à la tête d’une forte délégation composée entre autres, de membres du gouvernement et d’hommes d’affaires ivoiriens.

Au cours de ce second séjour dans cet émirat , le Président Ouattara a eu un entretien avec son homologue du Qatar au terme duquel, six accords de coopération ont été signés, dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, la promotion et la protection réciproque des investissements, la réglementation de l’utilisation de la main-d’œuvre ivoirienne dans l’Emirat du Qatar, le transport maritime, le tourisme ainsi que les activités touristiques commerciales. Une Commission mixte de coopération a par ailleurs été instituée entre Abidjan et Doha.

Le secteur privé sollicité

Il a également eu d’importantes rencontres, avec le secteur privé, avant de rencontrer le Ministre qatari des Finances, Ali Sherif Al-Emadi, le Ministre de l’Energie et de l’Industrie du Qatar, Mohamed Saleh Al-Sada, et le Président du Fonds qatari pour le Développement, Khalifa Al Kuwari.

Aux termes de ces rencontres, le président Ouattara a exprimé sa satisfaction en ces termes : « avec le Ministre des Finances et le Président du Fonds qatari pour le développement, les échanges ont essentiellement porté sur l’industrialisation de la Côte d’Ivoire grâce à la transformation de nos matières premières agricoles ainsi que sur le financement de trois projets prioritaires que sont l’autoroute de contournement de la ville d’Abidjan , la construction et l’équipement de trois lycées de formation professionnelle et la construction de l’Université d’Abengourou. »,

Dans cette même dynamique, le développement du secteur énergétique en Côte d’Ivoire ainsi que l’examen des différentes opportunités d’investissement dans ce secteur, ont été au centre des discussions que M. Ouattara a eu avec le ministre de l’Energie et de l’Industrie.

Les affaires privilégiées

En outre, le Chef de l’Etat a présidé une rencontre entre les hommes d’affaires ivoirien et qataris. Au terme de toutes ces rencontres, de nombreux accords de coopération ont été signés avec les partenaires qataris en vue du financement de plusieurs projets d’infrastructures dans notre pays.

La réalisation de ces projets va permettre à la Côte d’Ivoire de s’industrialiser davantage. De même, la transformation des matières premières agricoles, tel que le café, le cacao (dont la Côte d’Ivoire est le premier producteur mondial), le coton, l’anacarde, favorisera la création de plusieurs milliers d’emplois. L’autoroute de contournement de la ville d’Abidjan, la construction et l’équipement de trois lycées de formation professionnelle et la construction de l’Université d’Abengourou ont été également annoncées comme des projets prioritaires.

Pour le suivi de ces projets, une équipe d’experts, détachée par le Président du Fonds qatari s’est rendu à Abidjan pour une étude minutieuse de la mise en œuvre de ces réalisations. Il est bon de noter que pour clore son séjour en terre qatarie, le Président Ouattara a visité le Musée d’Art Islamique ainsi que le chantier de Construction du Métro de Doha.

L’Emir du Qatar à Abidjan

De son côté, comme pour renvoyer l’ascenseur au Président Ouattara, l’Emir du Qatar a effectué une visite en Côte d’Ivoire dans le cadre d’une tournée africaine. En effet, après avoir séjourné au Mali, au Burkina Faso et en Guinée Conakry, Son Altesse Sheikh Tamim Bin Hamad Al Thani est arrivé à Abidjan le 22 Décembre 2017, pour une visite de Travail et d`Amitié de 48 heures. L’illustre personnalité a été accueillie à son arrivée aux environs de 16h00, heure locale et Gmt par le chef de l’Etat ivoirien, Alassane Ouattara avec qui il a eu un tête à tête en début de soirée.

Au cours de cette visite, il a été question de la consolidation de la coopération entre l’Emirat et la Côte d’Ivoire. C’est pourquoi, en présence des deux chefs d’Etats, quatre accords ont été signés entre les deux pays. Il s’est agi de trois accords couvrant les domaines de la jeunesse, des sports, du service aérien et le 4ème qui est un mémorandum d’entente et de coopération entre les deux Etats dans le domaine de la culture.

De belles perspectives

Lors de son séjour sur les bords de la Lagune Ebrié, l’Emir du Qatar a été élevé au rang de Grand-croix de l’Ordre national de la République de Côte d’Ivoire, la plus haute distinction. En cette occasion, le Président Ouattara a déclaré lors du dîner officiel qui a suivi la décoration : « la Côte d’Ivoire et le Qatar entretiennent d’excellents liens d’amitié et de coopération. »

Il en a profité pour rappeler qu’il s’était lui-même rendu en visite officielle à Doha en mai 2013.Dans sa lancée il a appelé à un renforcement des échanges commerciaux entre son pays et celui de son illustre invité, en ces termes : « Altesse, je voudrais me féliciter de la constante progression de nos échanges commerciaux qui demeurent cependant largement en deçà des importantes potentialités de nos deux pays. Il nous appartient donc d’encourager nos opérateurs économiques en envisageant la signature entre autres d’un accord de protection et de promotion réciproque des investissements et d’un accord pour éviter la double imposition. La Côte d’Ivoire reste un marché libre, ouvert et concurrentiel, donc ouvert aux investisseurs de votre pays ».

C’est certainement cet appel qui a été entendu et qui a permis au géant gazier Qatar Petroleum(Qp) de se lancer dans la recherche du gaz et du pétrole dans notre pays.

kemebrama@hotmail.com

Laisser un commentaire