lundi, novembre 19, 2018
Accueil > Actualités > CRISE DES MIGRANTS: LE SILENCE ASSOURDISSANT DES RESPONSABLES AFRICAINS

CRISE DES MIGRANTS: LE SILENCE ASSOURDISSANT DES RESPONSABLES AFRICAINS

Il n’y a pas eu de réactions de responsables politiques africains à la triste odyssée des quelque 600 migrants, dont de nombreux Africains, pris en charge par l’Aquarius cette semaine et qui ont débarqué ce dimanche matin dans le port de Valence sur la côte méditerranéenne de l’Espagne. Et ce, alors que cette triste épopée provoquait une tension politique en Europe. Pas un homme politique africain n’a réagi se désole Ali Bensaad, un des meilleurs connaisseurs des migrations dans les régions du Maghreb et du Sahel.

Ce silence d’un continent est assourdissant et n’est pas nouveau, nous explique le chercheur Ali Bensaad, un des meilleurs connaisseurs des migrations dans les régions du Maghreb et du Sahel. Et il illustre le mépris des gouvernants pour les populations, leurs populations…

« Lorsque Kadhafi réprimait très sévèrement les populations africaines, aucun dirigeant n’avait protesté. Ils étaient tous des clients bien rémunérés du dirigeant libyen. Ils avaient tous la langue – si je peux dire -, liée. Et si je peux dire, ce même silence qui se perpétue c’est en fait cette incapacité, finalement, à prendre en charge et à défendre leurs citoyens.

Cette immigration est d’abord la manifestation de l’incurie de ces dirigeants qui n’arrivent pas à retenir leurs jeunes. Et ce n’est pas seulement vrai de l’Afrique noire. C’est aussi vrai de tout le Maghreb. Et les chefs d’Etat africains ne peuvent pas se disculper de la responsabilité de la gestion de leur pays. C’est d’abord la vie des Africains qui n’a aucun prix par rapport à leurs dirigeants.

Regardez comment on en tue dans les affrontements ! C’est quasiment le quotidien !

Et il y en a qui meurent en bateau, mais il y en a qui meurent dans des bateaux pour traverser les fleuves à l’intérieur même de l’Afrique, par centaines. On tire sur les manifestants, etc.

Donc, la vie n’a pas de prix pour les dirigeants africains, effectivement, déjà en Afrique même et donc elle en a encore moins à l’extérieur. Et la façon dont tous ces dirigeants s’accrochent au pouvoir, aussi mourants soient-t-ils – nous avons l’exemple de l’Algérien Bouteflika –, montre le profond mépris.

A cette échelle-là on peut l’élargir dans cette façon de voir tout le reste du peuple. Un pays est vu comme un patrimoine, comme une propriété. Et donc, les gens qui vivent ou meurent, ça [passe] par pertes et profits ».

Lire l’article sur RFI