samedi, octobre 31, 2020
Accueil > Actualités > IMAM MAHMOUD DICKO: « JE NE CHERCHE RIEN ET JE NE SUIS CANDIDAT A RIEN ; JE SUIS IMAM ET JE RESTERAI IMAM »

IMAM MAHMOUD DICKO: « JE NE CHERCHE RIEN ET JE NE SUIS CANDIDAT A RIEN ; JE SUIS IMAM ET JE RESTERAI IMAM »

 

Le leader moral du mouvement du 5 juin-RFP a davantage expliqué les griefs qu’il a contre la mission de médiation initiée au Mali par la CEDEAO, en ensuite par un groupe de chefs d’État de la sous-région.

Dans un entretien exclusif qu’il a consacré à la radio Sud Fm, émettant depuis Dakar, au Sénégal, l’imam Mahmoud Dicko a qualifié de superficielles les mesures proposées par les chefs d’État de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

« Les mesures qu’ils ont proposés sont vraiment des mesures superficielles qui ne tiennent pas en compte les véritables problèmes de gouvernance qui minent ce pays », a indiqué l’imam Mahmoud Dicko.

Interrogé sur ses ambitions personnelles, l’imam Mahmoud Dicko indique n’être candidat à rien du tout. Dans cette interview à Sud Fm, le leader du Mouvement du 5 juin-RFP dit être intéressé par une solution au problème que traverse le Mali actuellement.

« Nous ne nous sommes pas déplacés pour chercher des places ou devenir ministre. Moi je peux vous dire que je ne cherche rien et je ne suis candidat à rien. Je suis imam et je resterai imam. Aujourd’hui ce sont les populations maliennes qui sont en train de s’entretuer et c’est encouragé par les autorités au vu et au su de tous. Ce qui m’intéresse c’est de trouver une solution à cela », a indiqué l’imam Mahmoud Dicko.

Les présidents Muhammadu Buhari du Nigeria, Alassane Ouattara de la Côte d’Ivoire, Nana Akufo-Addo du Ghana, Macky Sall du Sénégal et Muhammadou Issoufou du Niger, par ailleurs président en exercice de la CEDEAO s’étaient donnés rendez-vous à Bamako, jeudi pour tenter de trouver une solution à la crise malienne. Les discussions n’ont pas été couronnées de succès. D’ailleurs, un sommet de la CEDEAO a été convoquée, lundi 27 juillet pour examiner la situation au Mali.

Source: Walfnet

Laisser un commentaire