lundi, avril 6, 2020
Accueil > Actualités > IRAN : MANIFESTATIONS VIOLENTES DANS LES VILLES APRES L’AUGMENTATION DU PRIX DE L’ESSENCE.

IRAN : MANIFESTATIONS VIOLENTES DANS LES VILLES APRES L’AUGMENTATION DU PRIX DE L’ESSENCE.

Comme au  Liban et en Irak, les rues s’embrasent en Iran. En effet, des manifestations se déroulent dans plusieurs villes du  pays depuis le samedi 16 novembre 2019. Les manifestants sont nombreux dans les rues pour protester contre la hausse du prix du carburant décidé par les gouvernants vendredi 15 novembre. Dans la capitale Téhéran, des infrastructures publiques des stations d’essence, ont été endommagés. Des banques et des voitures ont été mises en feu.

Ces violences ont été condamnées par le guide suprême de la Révolution, l’Ayatollah Ali Khamenei lui- même en présence d’un collège de Religieux présentés à la télévision d’Etat, en ces termes : «mettre le feu à des biens, n’est pas l’attitude de personnes normales mais plutôt, d’Hooligans .Ces actions ne mèneront à rien. Au contraire, elles créeront l’insécurité et d’autres problèmes alors que l’insécurité est la plus grandes des calamités pour toutes les sociétés »

Selon les informations recueillies  sur la chaîne française France 24, le prix de l’essence va augmenter de 50% pour les 60 premiers litres achetés. Toujours selon cette chaîne, cette augmentation est inacceptable pour de nombreux iraniens dans un pays où toujours selon la chaîne française, 40% de la population vivrait déjà sous le seuil de la pauvreté.

Des personnes interrogées par cet organe d’informations, ont affirmé qu’elles ne vont pas se permettre de payer 30 000 rials le litre de carburant. Pour celles-ci, le blocage des routes est la seule réaction face à cette hausse des prix. Elles affirment par ailleurs que le gouvernement avait promis de stopper l’inflation et de donner plus d’argents aux populations mais que, les autorités augmentent le prix de l’essence pour financer ces mesures. Pour ces manifestants, cette décision n’a pas de sens et elle conduira inévitablement au désastre avec le risque que la situation ne dégénère.

La chaîne française a affirmé aux premières heures de cette matinée du lundi 8 novembre 2019 que le bilan des manifestations s’élevait à des dizaines d’arrestations à travers le pays et à trois morts dont un policier.

On a également appris à travers cette chaîne que depuis le samedi 16 novembre, l’accès à internet avait été limité et que le porte-parole de la police à Téhéran avait prévenu que, les forces de sécurité n’hésiteraient pas à affronter ceux qui perturbent la paix et la sécurité

kemebrama@hotmail.com

Source : France 24

Laisser un commentaire